Accueil > Critiques > 2023

Trounce - The Seven Crowns

lundi 23 octobre 2023, par marc


Partons du principe que vous êtes aussi béotien.ne que moi. Le blast-beat est une technique de batterie qui superpose des doubles croches effectuées aux pieds et aux mains à un tempo élevé pour créer un mur du son. Bref, un hénaurme roulement de batterie supporte tous les morceaux, en permanence. Comme une fin de morceau épique qui durerait 44 minutes. A l’instar d’une plongée dans de l’eau un peu froide, il faut se lancer mais on s’y fait. Pensez tout de même à sortir avant d’avoir les lèvres bleues.

Trounce est le projet de Jonathan Nido, fondateur de Hummus Records et guitariste de Coilguns. Ça vous rappelle quelque chose ? Oui, c’est de cette formation qu’était issu Louis Jucker, dont on vous a parlé avec enthousiasme récemment. Ces garçons balayent un spectre bien large on dirait.

Et de fait, le sens mélodique est là, le chant est un chant (pas de grunt ou growl en vue, c’est déjà ça). Enfin, sur The Seven Sleepers ça hurle quand même et c’est une entrée en matière plutôt exigeante. Sur The Goose and the Swan ça pousse quand même mais l’effet est plus héroïque que vraiment violent. Les riffs sont spectaculaires et on peut profiter d’un Codex réjouissant. Bon, on secoue inévitablement la tête sur The Wheel mais tous les 4 temps sinon c’est pas possible. The Circus est plus léger en blast-beats et en devient plus digeste, presque une ballade dans ce contexte

Parallèlement à cet album sort le volet live, enregistré au festival Roadburn. En fait, c’est en tant que projet original pour le festival de Tilburg que ce groupe est né. La fureur sonore est toujours là mais on perçoit la batterie comme un roulement qui supporte le tout, pas comme une omniprésence. Et ça dégage une force scénique indéniable. On retrouve tout l’héroïsme de The Goose and the Swan le presque recueillement de Many Waters Cannot Drown Love.

Parfois on se demande où exactement se trouvent nos limites, musicalement parlant. Voici pour moi un élément de réponse. Et la fréquentation répétée de cet album a amené un vrai plaisir que je n’attendais pas. Sans les blast-beats permanents ce serait une expérience plus douce sans doute. Mais la pousser aussi loin a été revigorant, je vous le conseille avec les précautions d’usage.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Trounce - The Seven Crowns 25 octobre 2023 16:20, par Laurent

    Épuisant. Alors oui, on s’habitue vaguement et oui, Codex c’est chouette. Mais écouter ça deux fois, ce serait comme revoir certains films traumatisants. On en reparle dans vingt ans.

    repondre message

    • Trounce - The Seven Crowns 26 octobre 2023 10:45, par marc

      J’avoue que j’ai pris ça comme un challenge et que je me suis pris au jeu, pour l’écouter bien plus souvent que je ne l’aurais imaginé. Mais je ne vais pas prendre des tickets pour le prochain Roadburn pour autant (quoique ça peut être plus rigolo que La Semo...).

      repondre message

  • Evangelista - In Animal Tongue

    Beauté monstrueuse
    Parmi les labels chouchous des amateurs d’indé exigeant, nul doute que la maison canadienne Constellation fait partie des mieux cotées, que ce soit pour sa contribution à l’envol du post-rock ou son intransigeance. Connue – façon de parler – pour être la première artiste allochtone à s’y faire embaucher pour un CDI, Carla Bozulich s’est depuis lancée dans une pléthore de projets dont (...)

  • Wu Lyf - Go Tell Fire to the Mountain

    Much ado about nothing
    On va tout de suite se calmer. Dans une première moitié de 2011 qui proclame davantage la bonne forme des talents confirmés qu’elle ne révèle de nouvelles têtes essentielles, le premier album de Wu Lyf était attendu comme le messie par une horde de zombies en manque de chair fraîche et prêts à enfoncer des portes (ouvertes) au premier murmure de la hype. Ça, pour sûr, (...)

  • Faust - Something Dirty

    Canal historique
    Des guitares zèbrent le ciel, le clavier tombe en pluie, une voix perce le brouillard. Vous l’aurez remarqué, la météo n’est pas au beau fixe et les amateurs de cartes postales ne sont pas à la fête. I Lost The Signal propose ainsi pour un blues ralenti et tendu un peu inquiétant par la voix vénéneuse de Géraldine Swayne. Something Dirty ménage d’autres surprises, comme son introduction (...)

  • Trotz Ensemble - Love Is Strange [Rough Cut]

    Le charme du contre-emploi
    « On appelle une musique expérimentale quand l’expérimentation a raté ». Cette phrase magnifique m’a souvent aidé à appréhender certains groupes qui soumettent à l’écoute des brouillons inaboutis qui n’ont aucun intérêt intrinsèque mais qui peuvent avoir servi de rampe de lancement à des choses plus matures. Mais ici, l’aspect jusqu’au-boutiste est indispensable. Parce que la (...)