Accueil > Critiques > 2023

LSSNS - Transit

lundi 16 octobre 2023, par marc


I know it when I see It

Cette phrase d’un juge de la cour suprême américaine quand on lui demandait ce qu’était la pornographie peut aussi s’appliquer à certains styles musicaux, aussi faciles à identifier que compliqués à décrire. Les années ’80, ce n’est pas qu’une lointaine décennie, c’est un parfum qu’on reconnait tout de suite chez ce trio finno-allemand.

Et il convient bien à cette pop au synthé bien balancée, un peu sombre comme on l’aime. C’est le ton dégagé qui plait ici, ce faux détachement qui convient autant à la mélancolie sourde de Prophets (meilleur morceau du lot sans doute) qu’au son enveloppant de Gemini. Il faut dire qu’avec leur compétence (et des guitares remplies de chorus), ils arrivent à faire du chemin.

Les synthés peuvent se faire plus grandiloquents sur Rewired et quand le ton se calme sur Glory, on s’échappe du côté d’une dream-pop plus vaporeuse. Les morceaux instrumentaux apparaissent aussi plus froids et métronomiques mais ils arrivent à mêler leur versant plus pensif avec un ton presque martial sur Finish in Silence. Evidemment, il faut pouvoir compter sur des gimmicks réussis et celui de Dream Tomorrow fait mouche.

Explorer le versant le plus synthétique des années ’80 n’est évidemment pas la démarche la plus originale mais force est de constater que le trio le fait avec goût et passion, livrant un album cohérent qui a ses fulgurances.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Lescop - Rêve Parti

    Il y a des noms qui sont liés à une époque, qu’on oublie forcément un peu avant de les voir ressurgir de nulle part. Lescop fait partie de ceux-là, vous l’avez definé, petit.e.s futé.e.s que vous êtes. Les années ’80 sont une esthétique qui n’a plus déserté le paysage musical depuis plus de 20 ans. Mais si ce troisième album reste dans ce (micro)sillon, il le fait avec tant d’allant qu’on ne peut que céder. (...)

  • The Ultimate Dreamers - Echoing Reverie

    Le vintage années ’80 est un style qui se pratique depuis des dizaines d’années. S’il peut évidemment être pratiqué par des novices, on ne se lasse pas non plus de ceux qui ont vécu les évènements en direct. Outre les légendes Wire, il y en a d’autres qui ressurgissent du passé. Actif au milieu des années ’80, le quatuor belge est revenu aux affaires à la faveur du confinement qui les avait vus dépoussiérer (...)

  • AstraSonic - Society

    Les influences, on peut les aborder frontalement ou par la bande. Dans le cas du second album du groupe belge, si les marqueurs post-punk ou cold sont bien là, ils sont déjà très processés. On vous a déjà parlé de groupes comme Ultra Sunn (et on vous reparlera de The Ultimate Dreamers) plus frontalement cold wave ou gothique, on est plutôt ici dans un pop-rock mélancolique qui lorgne du côté d’un (...)

  • MHUD - Post Parade

    Il arrive qu’on voie débouler un artiste sans rien savoir de lui. C’est un peu ce qui s’est passé avec ce premier album de Matthieu Hubrecht dont on sait toujours peu en fait. Sa musique aussi arrive un peu masquée. On pense d’abord avoir affaire à une chanson française aux sonorités années ’80 mais on remarque vite que c’est plus pointu que ça
    L’instant Fragile est dans cette veine eighties, avec une (...)