Accueil > Critiques > 2023

Isbells - Basegemiti

vendredi 6 octobre 2023, par marc


Isbells avait toujours été associé avec une formation comme Marble Sounds. Les deux groupes ont partagé certains membres et étaient sociétaires du même et attachant label Zeal Records et pratiquaient des genres musicaux similaires. Si Marble Sounds a continué sur la même voie jusqu’au dernier album en date, Isbells semble prendre la tangente. Ils ont donc changé de label, de management et même de style.

C’est ce qui frappe d’emblée, avec quelques chansons sorties en single qui dévient sensiblement de leur pré carré. Modern Times est une vraie pop song qui a troqué l’intimité pour des synthés et un solo de guitare mais le côté clinquant ne débouche pas sur quelque chose de bombastique. On retrouve ces claviers sur Apoplexy. On a suffisamment assuré par ailleurs notre amour de la synthpop pour ne pas être suspects de synthéphobie. Par contre, l’autotune dans ce genre de contexte, c’est non. La précieuse Chantal Acda est pourtant toujours de la partie mais sa patte est bien moins manifeste. Aller vers une musique plus directe est une option qui se défend mais qui ne débouche pas ici sur des morceaux qui marquent (ou alors pas positivement dans les deux exemples cités).

Autre point d’achoppement, le contenu lui-même. Le nom de l’album est tout un poème à lui tout seul, étant un acronyme des intentions de l’album en mode ’poster de motivation’ (la liste est ici). Le genre de choses qu’il doit être crispant de lire au mur d’un local de répétition. Ces bonnes intentions se retrouvent souvent dans des paroles qui balisent des chemins consensuels. How Do You Know montre sa confusion vis-à-vis de cette époque post-vérité mais sans formule qui pourrait frapper. De même l’intimité de Matchday tombe à plat. Placer la voix plus en avant et plus claire peut avoir ce genre de désavantage.

On préfère évidemment la simplicité de la balade au piano What You Give is What You Get ou la simplicité d’A Little Bit Longer ou encore la montée dense de Day Five and Twelve. On s’accrochera à ces branches-là pendant la chute. Parce que cet album bien exécuté est une petite déception, vous l’aurez compris. Chaque artiste a le droit de se réinventer. Chaque auditeur a le droit de juger le résultat hasardeux.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Factheory – Serenity In Chaos

    On avait déjà évoqué les musiques cold comme étant le pendant musical du cinéma de genre. Le groupe belge revendique d’ailleurs un statut d’artisans et d’amateurs dans l’acception de ceux qui aiment. Et on ne pourrait être plus exact. Mais n’allez pas en conclure que le résultat fleure l’amateurisme, ce n’est vraiment pas le cas parce qu’après une poignée d’EPs dont un qui avait capté notre attention, (...)

  • Peritelle - l’Ampleur des Dégâts

    Alors que les dossiers de presse font état d’un album qui n’existe que dans la tête de ceux qui le défendent, il est difficile de faire mieux que Un album de la presque-maturité où la mélancolie succède presque au second degré... Cela risque d’en faire pleurer plus d’un·e !
    Cette laconique présentation met le doigt sur ce qui fait la spécificité de Peritelle, ’presque’. Parce que c’est dans ces (...)

  • La Jungle – Blurry Landscapes

    S’il en est qui ne semblent jamais s’arrêter, ce sont bien les deux turbulents Rémy Venant et Mathieu Flasse. On se remet à peine d’Ephemeral Feast que voici déjà son successeur. Il faut dire que ces deux album ont été tous deux composés pendant les confinements. Un simple album de plus alors ?
    Pas vraiment parce qu’il y a ici une composante visuelle. Ils ont eu en effet l’idée de proposer à dix (...)

  • The Ultimate Dreamers - Echoing Reverie

    Le vintage années ’80 est un style qui se pratique depuis des dizaines d’années. S’il peut évidemment être pratiqué par des novices, on ne se lasse pas non plus de ceux qui ont vécu les évènements en direct. Outre les légendes Wire, il y en a d’autres qui ressurgissent du passé. Actif au milieu des années ’80, le quatuor belge est revenu aux affaires à la faveur du confinement qui les avait vus dépoussiérer (...)