Accueil > Critiques > 2023

Edouard Ferlet - PIANOïD²

vendredi 3 novembre 2023, par marc


L’EP sorti l’an passé nous avait déjà signalé le talent et la singularité d’Édouard Ferlet. On rappelle donc la singularité de son procédé. Il utilise deux pianos dont un mécanique piloté par une machine semble dialoguer avec celui qu’il manipule en direct. Ce pilotage crée un dialogue, indéniablement, mais s’il permet de se laisser surprendre, il faut tout de même une sacrée maitrise.

Pas de souci à avoir, elle est bien là. Si Reset permettait de s’en faire une idée (trois de ses quatre morceaux se retrouvent ici d’ailleurs), l’album ’complet’ montre une versatilité plus grande encore. Herd Instinct montre que ça façon d’inclure des rythmiques est particulière et si elle semble synthétique, ça ne sent pas la boite à rythme. C’est là que ses procédés plus compliqués prennent tout leur sens. Par rapport à des artistes mêlant le piano et d’autres éléments plus électronique (Nils Frahm, Tim Linghaus...) le résultat semble plus organique.

On s’éloigne un peu du piano solo donc, ou plus précisément on le complète. Quand le piano est laissé plus seul, la tonalité peut se rapprocher des exercices de Yann Tiersen. C’est une petite indication dans la pléthore des exemples du genre. Mais Rain montre une virtuosité jazz qui définit l’amplitude de son style. Excess décline ce style sur un tempo plus élevé. Il y a même Babx qui vient déclamer sur Bord De Nuit. Sur la longueur d’un album c’est une pause qui est pertinente.

Si ce que proposait Edouard Ferlet le temps d’un EP était séduisant, avoir accès à un album plus long permet de prendre la mesure de l’amplitude de ses capacités et des résultats. Cet album instrumental profite de son originalité de procédé pour séduire, et c’est bien là le principal.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Edouard Ferlet - PIANOïD² 4 novembre 2023 07:48, par Laurent

    C’est assez fascinant, et je te remercie en particulier de nous avoir signalé le morceau avec Babx. Ce dernier a sorti récemment un album pianistique, avant un retour promis au format chanson dont je suis impatient. Le superbe Bord de Nuit aide à patienter de la plus belle manière.

    repondre message

  • Séance de rattrapage #121 - Carmen Sea, Chris Garneau, Chistine (...)

    Carmen Sea – Sorry (EP)
    Parmi les inspirations étranges, le quatuor parisien Carmen Sea en a une qui détonne. Cet EP est en effet basé sur un accident routier qu’ils ont subi un soir de retour de concert. Ils s’en sont sortis indemnes et avec une énergie qui les a poussés à relater tout ça sur cet EP. Enfin, quand on dit ‘relater’ tout est relatif parce que la musique est essentiellement instrumentale. (...)

  • Ô Lake – Still

    On avait déjà croisé le chemin d’Ô Lake à l’occasion d’une très réussie musique de film. On ne sera pas décontenancés donc par cet album du projet de Sylvain Texier qui utilise la même base avec le même style qui se voit décliné de plusieurs façons.
    Evidemment, il y a du clavier et des cordes, pour un mélange ample et mélodique mais quand il y a un peu de batterie synthétique, elle ne dénature jamais le (...)

  • Denis Frajerman - Tiphaine

    Parfait pour écouter dans votre bain !
    C’est ainsi que la présentation de cet album de Denis Frajerman se conclut. Tout d’abord, faute d’avoir une baignoire sous la main pour vérifier le propos, il convient de réétalonner la perception qu’on peut avoir d’un artiste. A l’aune de ce qu’on a pu entendre de la part du violoniste du côté de Palo Alto ou des imposantes Variations Volodine regroupées l’année (...)

  • Snowdrops - Missing Island

    On peut très bien se promener en forêt en automne et ne jamais voir de champignon mais si on en voit un, on en verra plein. On s’est ainsi promenés dans la musique sans vraiment entendre parler de Christine Ott mais une fois qu’on a découvert le premier album de Snowdrops (le très beau Volutes), on l’a aperçue partout. On a appris qu’on l’avait entendu chez Yann Tiersen, Oiseaux-Tempête ou les (...)

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)

  • Jonas Albrecht - Schrei Mich Nicht So An Ich Bin In Trance Baby

    Si ce n’est pas trop visible pour le lecteur, certains distributeurs participent beaucoup à la ligne éditoriale. Parmi eux, Five Roses tient la pole position. Si l’éclectisme est remarquable, une des constantes est la présence d’artistes qui manipulent la percussion comme matière première. Dans un passé récent, on a eu le dernier Peter Kernel, la claque de Parquet et tous les projets d’Anthony Laguerre (...)

  • Parquet – Sparkles & Mud

    Alors que la technologie tente depuis très longtemps d’avoir des équivalents numériques à tous les instruments qui existent, la démarche de certaines formations va dans le sens opposé. Certes, c’est parfois anecdotique quand certains se présentent comme fanfare techno (Meute) mais dans le cas qui nous occupe, la force de frappe est indéniable.
    Parquet a été fondé en 2014 par Sébastien Brun qui a déjà (...)

  • Odyssée - Arid Fields

    La nature est un décor, certes, mais pour beaucoup de musiciens, c’est un contexte, voire une inspiration. On se souvient par exemple des expériences Echolocation d’Andrew Bird ou des prestations au grand air de Kwoon, la liste étant loin d’être exhaustive. Odyssée est Edouard Lebrun et, installé dans un chalet des Alpes depuis 2020, il a développé un système de synthétiseur auto-alimenté qui lui (...)