Accueil > Critiques > 2023

Sufjan Stevens – Javelin

jeudi 26 octobre 2023, par marc


Chez Sufjan Stevens, il y a les choses qu’on admire et celles qu’on adore et ce ne sont pas nécessairement les mêmes. Et si chez les fans de la première heure le meilleur était au début, c’est sans doute son fantastique Carrie and Lowell qui a été le plus acclamé et est considéré comme la ‘base’ de son style. Parce que Sufjan, c’est bien plus large que ça, entre albums hénaurmes et risqués, ambient pas toujours passionnant et musique pour chorégraphies, son espace d’expression est plutôt large.

Il revient cependant à une forme plus traditionnelle, prouvant qu’il reste un des grands singer-songwriters de l’époque. Avec l’annonce de sa maladie de Guillain–Barré, il dédie cet album à la mémoire de son boyfriend décédé en avril de cette année. Pas à dire, le contexte n’est pas le plus riant qui soit.

Mais la beauté n’en apparait que plus flagrante. Et elle nous cueille dès Goodbye Evergreen, morceau qui prend immédiatement la tangente et monte plus haut qu’on ne l’aurait imaginé. C’est la magie de Sufjan Stevens, cette propension à transcender cette délicatesse que tant d’autres arrivent à atteindre (Angelo De Augustine , Novo Amor...) mais que peu peuvent dépasser. Sans doute forgée au long d’albums plus aventureux, sa capacité à sortir des clous d’une écriture folk classique se manifeste en plein d’endroits. Sur les chœurs en apesanteur d’A Running Start par exemple mais aussi tout au long de morceaux plus étranges et vaporeux comme Everything That Rises. Si ce dernier maintient fièrement le cap, ce n’est sans doute pas ce qu’on retiendra en priorité de ce Javelin.

Ce qui restera par contre, c’est la beauté qui frappe presque partout et tout le temps. Entre la douceur de Will Anybody Ever Love Me ? et la longue fin de Shitty Talk (qui ressemble fort à une fin d’album) en passant par la majesté intime de My Red Little Fox. Moins frontalement ‘classique’ dans sa facture qu’un Carrie Et Lowell, cet album devrait réjouir tout fan du maître de Chicago et d’une manière générale tout qui considère la beauté comme une vertu cardinale. Son style copié mais jamais complétement égalé y éclate en tous cas au grand jour.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Sufjan Stevens – Javelin 26 octobre 2023 09:46, par Laurent

    Un tout grand Sufjan ! Je ne suis personnellement pas le plus ardent défenseur de "Carrie & Lowell", excellent album certes, mais un peu surestimé dans sa discographie (je préfère de loin "Illinoise" et "Age of Adz"). Pour moi, "Javelin" pourrait, avec le temps, détrôner "Carrie & Lowell" pour clôturer le podium. Comme tu dis, c’est beau partout, tout le temps.

    repondre message

    • Sufjan Stevens – Javelin 26 octobre 2023 10:47, par marc

      C’est surtout un beau cadeau pour les fans qui pourront faire écouter cet album à la ronde et convaincre beaucoup de monde. Comme ça semble compliqué pour lui de repartir en tournée, il faut répandre la bonne parole.

      repondre message

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)

  • Ella Ronen – The Girl With No Skin

    Fuck Cute/I’m Tired of Cute/Cute has never served me
    Il ne faut pas se laisser tromper par la délicatesse d’Ella Ronen. Si on est séduit d’emblée par les plaisirs doux qui ne sont pas sans rappeler ceux de Marie Modiano (référence ancienne on en convient...), la jolie voix propose une écriture plus profonde, sans doute parce qu’elle repose sur un substrat qui a son content de drames.
    Une des (...)

  • Tomasso Varisco – These Gloves

    Les amis de nos amis (même récents) deviennent bien vite nos amis. En découvrant Stella Burns il y a peu, on ne savait pas que d’autres artistes se cachaient derrière comme Tommaso Varisco auquel Stella Burns prête ici main forte. Si ceci est moins marqué par l’americana mais c’est évidemment ce genre de terreau qui l’inspire. On est donc invités dans un road trip. Mais pas sur la route 66, ce périple (...)

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)

  • Menomena - The Insulation (EP)

    On ne va pas se lancer dans une thèse sur la musique indé du Pacific Northwest pour trois nouveaux titres, mais il est bon de rappeler que la formation de Portland a beaucoup mieux que d’autres encapsulé le son d’une époque, cristallisé l’excitation d’un moment qui a irradié jusqu’en Europe. Sur place, c’étaient des héros locaux, un point de ralliement inévitable. On a tous cherché un là-bas exemplaire d’I (...)

  • HEALTH - RAT WARS

    Même après des années passées à autre chose (des musiques de film, des versions disco), la puissance de feu d’HEALTH a laissé une trace manifeste. Mais il a fallu un rabatteur de qualité pour qu’on ne passe pas à côté de cet album. Le souvenir bien qu’ancien était toujours cuisant et on retrouve le trio avec un plaisir certain.
    Ils ont collaboré avec Nine Inch Nails ou Xiu Xiu et ces cousinages semblent (...)

  • Beirut – Hadsel

    Bien honnêtement, quand on a découvert Beirut en 2006, on ne se doutait pas qu’on allait suivre le jeune Zach Condon pendant plus de 17 ans. Cette musique fortement influencée par les fanfares balkaniques a suscité d’emblée l’intérêt mais le procédé semblait trop étriqué pour s’inscrire dans la longueur. On avait tort, forcément, et ceci en est un nouveau rappel.
    En première écoute, ce Hadsel est plutôt en (...)