Accueil > Critiques > 2023

Batz - Red Gold Rush

vendredi 27 octobre 2023, par marc


Batz est le projet de deux musiciens et producteurs français, Seb Moreau et Franck Marchal et si ces noms ne vous disent rien non plus, ce premier album devrait changer les choses. Surtout qu’ils ont eu la bonne idée d’inviter sur 5 titres la chanteuse Charlotte Savary qu’on avait surtout connu comme chanteuse principale du projet Wax Taylor.

C’est un argument d’appel sans doute aucun, et le très pop single Call Me By Your Name évoque les moments plus synthétiques de Metric. Surtout que la voix de Charlotte évoque souvent celle d’Emily Haines. Cette ressemblance est plus marquée sur les morceaux plus lents comme A Polaroid On The Beach alors que son timbre plus clair emmène des morceaux comme Before The Flowers Die dans des contrées plus pop. Le résultat est d’ailleurs globalement plus léger que nos amis de Toronto.

Et les ressemblances s’arrêtent là en fait, parce qu’à part les morceaux mentionnés, le reste est plutôt instrumental, bien balancé et assez solide, avec ce qu’il faut d’électricité pour retenir l’attention. Avec un beau discernement qui ne rallonge jamais inutilement les morceaux. Ce qui fait qu’un Sodium Chloride garde tout son allant.

On sent leur passé de concepteurs de musiques de film (et de production d’images sur Musical Boxes). Ces voix enregistrées font visiblement partie de leur univers. Notons qu’ils réussissent aussi leur virage synthpop sur Kaatu Barada Nikto et qu’on les surprend à sonner comme du Moby sur 7°15’56,8 N_2°27’13,1 W (on a vérifié, c’est quelque part au Ghana on dirait... ). Donc cet album en deux tons qui se complètent bien est une belle carte de visite pour les deux musiciens et leur invitée.

Tout ça s’écoute ici : https://www.redgoldrush.com/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)

  • Jonas Albrecht - Schrei Mich Nicht So An Ich Bin In Trance Baby

    Si ce n’est pas trop visible pour le lecteur, certains distributeurs participent beaucoup à la ligne éditoriale. Parmi eux, Five Roses tient la pole position. Si l’éclectisme est remarquable, une des constantes est la présence d’artistes qui manipulent la percussion comme matière première. Dans un passé récent, on a eu le dernier Peter Kernel, la claque de Parquet et tous les projets d’Anthony Laguerre (...)

  • Parquet – Sparkles & Mud

    Alors que la technologie tente depuis très longtemps d’avoir des équivalents numériques à tous les instruments qui existent, la démarche de certaines formations va dans le sens opposé. Certes, c’est parfois anecdotique quand certains se présentent comme fanfare techno (Meute) mais dans le cas qui nous occupe, la force de frappe est indéniable.
    Parquet a été fondé en 2014 par Sébastien Brun qui a déjà (...)

  • Odyssée - Arid Fields

    La nature est un décor, certes, mais pour beaucoup de musiciens, c’est un contexte, voire une inspiration. On se souvient par exemple des expériences Echolocation d’Andrew Bird ou des prestations au grand air de Kwoon, la liste étant loin d’être exhaustive. Odyssée est Edouard Lebrun et, installé dans un chalet des Alpes depuis 2020, il a développé un système de synthétiseur auto-alimenté qui lui (...)