Accueil > Critiques > 2023

Peter Kernel – Drum To Death

lundi 20 novembre 2023, par marc


La batterie est un instrument créatif, ce n’est pas une découverte pour vous. Mais au-delà des batteurs qui prennent des sentiers de traverse comme Philip Selway de Radiohead, Father John Misty qui a commencé comme batteur de Fleet Foxes ou Tyler Ramsay de Band of Horses, il y a ceux qui mettent leur instrument au cœur du projet comme Anthony Laguerre dont on vous reparle prochainement. Et puis il y a ceux qui font appel à l’équipe.

Si on avait déjà croisé la route de Barbara Lenhoff (en tant Camilla Sparksss) avec beaucoup de plaisir, on n’avait pas vraiment approfondi la discographie de Peter Kernel dont elle est la moitié, l’autre étant Aris Basetti. On sait que c’est un tort maintenant réparé avec cet album qui a pour base des séquences de batterie apportées par des batteurs d’horizons différents. Citons-les pour complétude. Il s’agit de Bernard Trontin (The Young Gods), osmic Neman (Zombie Zombie), Beatrice Graf, Domi Chansorn, Ema Matis, Tam Bor, Hugo Panzer, Julian Sartorius, Kevin Shea (Storm & Stress, Lydia Lunch), Simon Berz et Simone Aubert (Hyperculte, Massicot).

Certes, tous ces noms ne génèrent pas un écho chez nous, mais force est de constater que ce qu’a fait le duo à partir de cette matière brute est vraiment envoûtant. Album varié mais pas disparate pour autant, il présente un résultat qui force les comparaisons étranges. On pense donc à de la world-music déviante ou ce qu’aurait pu faire The Do s’ils avaient été un groupe d’art-rock. Il faut dire que la voix de Barbara Lenhoff évoque souvent celle d’Anita Lane, référence chère à nos oreilles s’il en est. Best en devient carrément fondant.

On ne peut être qu’emportés par la gniaque d’Amen ou Ciao ou séduits par Pouf qui dégage une ambiance étrange et pénétrante et un petit gimmick qui évoque New Order dans un souk. Bref, cet album qui est l’opposé d’un exercice de remixes peut se permettre de passer de l’anglais à l’Italien sans déconcerter et se présente comme une envoûtante pause musicale.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Peter Kernel – Drum To Death 22 novembre 2023 17:41, par Laurent

    Donc si j’ai bien compris, Peter Kernel est un duo et cet album compile des featurings de drumbeats ? C’est compliqué cette affaire, mais les titres rigolos simplifient le propos et les morceaux pêchus distillent une bonne humeur communicative. C’est vrai qu’il y a du The Dø là-dedans.

    repondre message

    • Peter Kernel – Drum To Death 24 novembre 2023 08:41, par marc

      Oui, c’est exactement ça. Et la chanteuse sort un album de berceuses pas plus tard qu’aujourd’hui. On en reparle, c’est forcément très différent.

      repondre message

  • The Smile - Wall of Eyes

    Même en 2042 et après avoir sorti 13 albums réussis, The Smile restera ’le groupe des deux types de Radiohead’. C’est comme ça, le groupe d’Oxford est trop ancré dans la culture pop pour passer au second plan de quoi que ce soit. Mais cette encombrante et inévitable figure tutélaire ne doit pas oblitérer les qualités indéniables de The Smile. Les deux protagonistes, flanqués du batteur Tom Skinner au (...)

  • Maxwell Farrington & Le Superhomard - Please, Wait...

    On ne peut pas dire que la paire formée par Maxwell Farrington et Le Superhomard (le producteur français Christophe Vaillant) se repose sur les lauriers d’un premier album remarqué. Après un EP il y a deux ans et une tournée intense, voici déjà le second album en peu de temps sur le toujours excellent label Talitres.
    Australien établi à Blinic en Bretagne, Maxwell Farrington propose sa belle voix de (...)

  • Heeka - The Haunted Lemon

    Il faut se méfier des avis trop rapides, des débuts d’albums trompeurs. Ce sur les morceaux initiaux du premier album de l’artiste flamande (née Hanne Hanegraef) installée dans le sud de la France doivent beaucoup aux voix, dédoublées. Quelque part entre Camille et Agnes Obel, ces morceaux intrigants et séduisants à la fois ne représentent cependant qu’une facette d’Heeka.
    Une fois mis en confiance, (...)

  • Mayuko - Songs To Whistle When Strolling Along The Abyss

    La forme est toujours très importante, elle est même au cœur d’une esthétique. Le premier album du trio Mayuko, basé à Mannheim et Berlin et formé de Michelle Cheung, Kasia Kadlubowska et Rebecca Mauch en est une belle illustration. Si les morceaux ont d’indéniables qualités, c’est leur exécution qui force l’admiration.
    De sorte que leurs mélodies parfois tortueuses ne sont jamais un frein. On sent même (...)