Accueil > Critiques > 2023

Fabien Martin - Je ne fais que marcher dans la montagne

vendredi 17 novembre 2023, par marc


Non, sincèrement, il en reste encore beaucoup des chanteurs français à découvrir ? Entre Max Darmon, Acquin ou Prattseul, cette année a été riche en rencontres. On ne va pas s’en plaindre, c’est certain, parce que la connivence s’est établie assez vite.

Evidemment, on a pensé tout de suite à Florent Marchet pour cette propension à mêler morceaux avec récitatifs et ’vraies’ chansons. Disons-le aussi, on n’est pas aussi retournés à l’écoute de Je Ne Fais Que Marcher Dans Les Montagnes. Ce qui peut aussi être vu comme une bonne chose. Mais ces passages déclamés restent poignants parce que l’illusion de vérité est assez bluffante au détour des Mémos Vocaux, Garçon au Cerveau Abîmé ou Sous L’Eboulis. On dit ’illusion’ parce que ceci est une création artistique et si on devine un fonds autobiographique, c’est la sensation de naturel qui s’impose.

Pour ce qui est des morceaux plus ’classiques’, on trouve vite ses préférés avec Je Ne Fais Pas Que Marcher Dans Les Montagnes (avec Jil Caplan) ou la grosse mélancolie qui déboule en même temps qu’Ours sur Dans Ma Boîte Noire. Tant qu’on en est à évoquer les collaborations, notons la présence de Jeff Hallam sur I Want a Lover. On retrouve donc avec plaisir l’ancien bassiste de Dominique Aqui enchantait nos oreilles et nous gratifiait d’une gestuelle assez particulière.

Au final, c’est l’empathie (ou son absence) qui vont décider de votre attachement à cet album. Pour notre part les récitatifs nous ont aidé à rentrer dans cet univers si humain, on espère que ce sera le cas pour vous aussi.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • My Name Is Nobody - Merci Cheval

    La veille musicale est un engagement à temps plein. Une fois qu’on a aimé un.e artiste, il semble logique de suivre sa carrière. Pourtant il y a trop souvent des discontinuités. Mais il y a aussi des possibilités de se rattraper. La présence de Vincent Dupas au sein de Binidu dont l’intrigant album nous avait enchantés en était une. On apprend donc qu’il y avait eu un album en mars et l’occasion était (...)

  • Sylvain Fesson - Origami

    La recherche de l’inouï est un des nombreux carburants de cet étrange hobby de critique musicale. Cette épithète n’est d’ailleurs pas à prendre dans l’acception de sensationnel mais de jamais entendu. Ou du moins pas comme ça. Et c’est précisément ce qu’offre cet album de Sylvain Fesson. Et c’est pourquoi on fait une exception nécessaire à l’habitude de ne critiquer que l’actualité. Parce qu’il serait (...)

  • Asia – Le Temps d’Aller Mieux (EP)

    A l’époque d’un premier album aux teintes folk en anglais qui nous avait beaucoup plu, quelques morceaux sortis discrètement (ou pas officiellement) avaient ouvert la voie vers la langue maternelle de la jeune Bruxelloise. On en avait brièvement parléd’ailleurs, manifestant une curiosité certaine. Le résultat est maintenant là, et on peut déjà dire qu’il plait aussi.
    Comme souvent, le changement de (...)

  • Trotski Nautique - Le Meilleur de A-Bas

    En musique, il est courant que les mots changent de sens. ’Pop’ ne signifie plus la même chose aujourd’hui qu’il y a 50 ans. Pareil pour ’alternatif’ qui a fameusement dévissé depuis les années ’80. Dans la démarche, ce qu’on entend chez Trotski Nautique (formidable nom...) est à placer dans cette filiation, même si les guitares maladroites ne sont pas de sortie.
    Sur le papier, c’est proposé (peu (...)