Accueil > Critiques > 2023

Odyssée - Arid Fields

jeudi 7 décembre 2023, par marc


La nature est un décor, certes, mais pour beaucoup de musiciens, c’est un contexte, voire une inspiration. On se souvient par exemple des expériences Echolocation d’Andrew Bird ou des prestations au grand air de Kwoon, la liste étant loin d’être exhaustive. Odyssée est Edouard Lebrun et, installé dans un chalet des Alpes depuis 2020, il a développé un système de synthétiseur auto-alimenté qui lui permet de jouer dans des endroits qui seraient a priori inaccessibles à cet instrument.

Parce que si on connait une vague assez revigorante d’artistes jouant des synthés analogiques, le résultat est souvent plus robotique, urbain. Citons le bel album récent de Magnetic Rustpar exemple. Mais si l’impression d’espace est manifeste, ce n’est évidemment pas champêtre.

Pas de field recording au programme donc, mais une franche attaque qui propulse Erode, morceau euphorique en diable. Il propose aussi du spectacle sur Cast Off. Et quand Ultraviolet Night est plus abstrait, ce n’en est pas contemplatif pour autant. Bref, Odyssée profite de la possibilité de jouer en plein air pour donner du souffle à sa musique.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Odyssée - Arid Fields 9 décembre 2023 12:05, par Laurent

    Je vois, ou plutôt j’entends ce que tu veux dire. En effet, le retour des vieux synthés nourrit généralement des choses moins amples, plus serrées. Ici, cet espace qui pénètre mieux la musique est certes bienvenu, mais je ne peux m’empêcher d’imaginer malgré tout de vieilles B.O. de série B à la Miles Goodman (Footloose, Teen Wolf...). Et du coup, le problème vient du manque d’images ; je trouve que ça marcherait parfaitement dans un film un peu arty de type coming-of-age, mais sans l’accompagnement il y a un côté plus fugitif. J’ai pas vraiment imprimé (hormis les deux titres un peu plus nerveux).

    repondre message

    • Odyssée - Arid Fields 10 décembre 2023 15:20, par marc

      Oui c’est vrai qu’on note un retour de musiques du genre en support d’audiovisuel. Si je me souviens bien (mais je ne remets plus le lien dessus), il a également tâté de l’image, ce qui semble logique...

      repondre message

  • Franck Marchal - Maelström Metronomy

    Si les références historiques de la musique synthétique de Franck Marchal sont à aller chercher du côté de John Carpenter, on signale aussi les relectures modernes et enthousiasmantes de Magnetic Rust ou Odyssée.
    Les cordes ne sont pas l’ingrédient privilégie ici, mais le résultat n’est pas sans rappeler des choses comme Ô Lake. Son expérience en tant qu’auteur de musique de film n’est sans doute pas (...)

  • Ultra Sunn - US

    Suivre des artistes, découvrir de prometteurs EP et puis écouter leur premier album qui confirme tout le potentiel soupçonné, c’est vraiment un des plaisirs de cet étrange hobby. Et dans les EP qui nous avaient vraiment plu (et pas qu’à nous si on en juge par l’ampleur de leur tournée), le duo bruxellois se plaçait assez haut. Gaelle Souflet et Sam Huge nous reviennent donc US qu’ils ont écrit, (...)

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)