Accueil > Critiques > 2024

Midas Fall - Cold Waves Divide Us

vendredi 8 mars 2024, par marc


Il ne nous est jamais arrivé de penser qu’une voix manquait à des morceaux. Même quand Albin de la Simone a jeté sur un album instrumental ce qui est devenu plus tard de ’vraies’ chansons, l’élément vocal ne semblait pas indispensable. Dans le cas de Midas Fall par contre, le chant a toujours semblé de trop, redondant par rapport à la majesté du post-rock qui l’entoure. On aborde donc cet album en connaissance de cause, les réticences aux aguets. Et bon, elle en fait des caisses la chanteuse Elizabeth Heaton, on imagine ce que ce serait sans. Mais ça fonctionne tout de même.

Cette musique conviendra donc à ceux qui estiment qu’un goût de trop est préférable à un goût de trop peu mais dans ce cadre, les constructions un peu chargées de Midas Fall. Parce que les morceaux ne sont plus articulés comme des morceaux de post-rock dont la voix serait un instrument. Il y a de la place pour les deux, pour monter sur I Am Wrong.

C’est paradoxalement quand le tempo ralentit que cette élégie plait le moins. Salt doit donc attendre une fort belle montée pour donner son plein potentiel. C’est un cas de figure qui se présente tout au long de cet album, ces accalmies élégiaques sont moins convaincantes que les moments plus enlevés. Il y des cordes aussi, notamment au détour de Point of Diminishing Return. On vous avait bien dit que c’était une musique riche. Il y a même une pulsation presque électronique sur la plage titulaire.

L’album de la réconciliation ? Peut-être. En tous cas, si la voix semble toujours trop expressive, les morceaux semblent plus cohérents avec leur style et dégagent une force plus patente.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Oootoko - Oootoko

    l y a plusieurs expressions qui attirent immédiatement notre attention. Et big band n’en fait pas vraiment partie. Mais il faut reconnaitre que les effectifs pléthoriques sont aussi une belle façon de susciter l’ampleur. C’est précisément ce qui rend Oootoko immédiatement sympathique.
    Impossible donc de valablement tenter le jeu des étiquettes. Même le terme générique de ’musique instrumentale’ ne (...)

  • Séance de rattrapage #121 - Carmen Sea, Chris Garneau, Chistine (...)

    Carmen Sea – Sorry (EP)
    Parmi les inspirations étranges, le quatuor parisien Carmen Sea en a une qui détonne. Cet EP est en effet basé sur un accident routier qu’ils ont subi un soir de retour de concert. Ils s’en sont sortis indemnes et avec une énergie qui les a poussés à relater tout ça sur cet EP. Enfin, quand on dit ‘relater’ tout est relatif parce que la musique est essentiellement instrumentale. (...)

  • Explosions in the Sky - End

    Même si tous les styles et mélanges potentiels coexistent actuellement, force est de constater que certains ont perdu de leur vigueur. Très présent en nos colonnes il y a plusieurs années, le post-rock s’est fait plus rare. Et pas à cause d’un revirement de nos goûts, c’est l’offre qui s’amenuise. L’effet positif sans doute, c’est que les sorties ont plus de chances de se singulariser. Comme par exemple (...)