Accueil > Critiques > 2024

The Smile - Wall of Eyes

mercredi 7 février 2024, par marc


Même en 2042 et après avoir sorti 13 albums réussis, The Smile restera ’le groupe des deux types de Radiohead’. C’est comme ça, le groupe d’Oxford est trop ancré dans la culture pop pour passer au second plan de quoi que ce soit. Mais cette encombrante et inévitable figure tutélaire ne doit pas oblitérer les qualités indéniables de The Smile. Les deux protagonistes, flanqués du batteur Tom Skinner au pédigrée plutôt jazz livrent donc déjà une suite au très acclamé A Light for Attracting Attention.

Alors que la sortie d’A Light for Attracting Attention avait été volontairement discrète, celle-ci est plus visible. Il faut dire qu’ils ont confié à Paul Thomas Anderson (pour qui Greenwood a réalisé des musiques de film) la réalisation des deux premiers clips (c’est en-dessous). Ce second album de la jeune formation se profile donc comme la continuation du premier. Si les ruptures stylistiques ont été légion chez les leaders, ici on poursuit les mêmes pistes. Même la pochette a un air de famille indéniable avec le premier album.

Les gimmicks restent plus tordus et insistants que ceux de Radiohead (Under Our Pillows) et la mise en son est impeccable, ce sont ses structures qui basculent Teleharmonic, pas des bouleversements mélodiques. On sent des influences plus kraut d’une manière générale. C’est évidemment de la musique d’esthètes, pour ceux qui aimeront traquer ce genre de choses. Même si une écoute distraite est gratifiante, il y a moins d’émotions fortes évidentes, sauf peut-être Bending Hectic qui prouve l’incroyable versatilité de la voix de Thom Yorke. C’est le seul moment où le côté plus épique peut s’exprimer. D’une manière générale d’ailleurs, on vibre un peu moins ici qu’avec le prédécesseur.

Evidemment, avec Johnny Greewood, les cordes sont plus que soignées (I Quit, Friend of a Friend) et ne s’imposent jamais, rehaussant comme une enluminure cette musique subtile qui ne vise pas les amateurs d’émotions directes. La musique de The Smile est finalement différente dans ses plaisirs de celle de Radiohead et se profile moins comme une parenthèse qu’une voie nouvelle.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • PJ Harvey – I Inside The Old Year Dying

    C’est un phénomène que j’ai du mal à m’expliquer. Il m’est difficile voire impossible de me plonger dans des œuvres récentes d’artistes que j’ai beaucoup aimés il y a longtemps. Si dans certains cas c’est la qualité de leurs albums qui est l’explication la plus facile (Muse, The Killers, Foals...), c’est plus mystérieux en ce qui concerne Radiohead, Nick Cave ou PJ Harvey.
    Il faut dire aussi qu’elle a pris (...)

  • Ralfe Band - Achilles Was A Hound Dog

    Outre un flair hors-normes pour dégotter des talents très actuels (Nadine Khouri, Raoul Vignal, Emily Jane White...), Talitres a aussi le chic de remettre en selle des formations culte. A l’instar de Flotation Toy Warning ou The Apartments, Ralfe Band était passé sous nos radars et c’est le label bordelais qui nous le signale.
    Et il fait bien. Si les albums précédents du groupe d’Oly Ralfe datent (...)

  • The Veils – ...And Out of the Void Came Love

    The Veils est ancré à l’histoire de ce site puisqu’à peu de choses près ils avaient constitué un de nos premiers coups de cœur, en 2004. On avait évidemment suivi toute leur discographie, noté qu’ils étaient absents depuis un petit temps mais il faut être honnête, on avait un peu oublié l’album solo de Finn Andrews. En une heure et quinze morceaux, un des albums de l’année fait le tour du propriétaire et des (...)

  • Philip Selway – Strange Dance

    Parfois, il est très facile de cerner une personnalité par un seul de ses traits. Ainsi, on ne peut éviter de penser ‘c’est le batteur de Radiohead’ quand on pense à Philip Selway. En marge donc des albums d’un des groupes les plus passionnants qui soient, il sort dans une assourdissante discrétion des albums vraiment plaisants. On s’était déjà fait l’écho du délicat et attachant Familial et de l’EP qui (...)

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)

  • Terestesa - Bella Faccia (EP)

    On ne le répétera jamais assez, un premier morceau qui claque est toujours une bonne façon de se présenter. Et le groupe toulousain Terestesa formé de deux Françaises et deux Italiennes l’a bien compris. Mondo Cane monte, monte. C’est un peu âpre, très rentre-dedans sans jamais hausser le ton, et vraiment irrésistible. Une pulsation kraut, certes, mais éminemment moderne et aventureuse.
    Mais cet album (...)

  • Mildfire - Kids In Traffic

    Pourquoi les genres disparaissent-ils ? Ces symphonies de poche tellement présentes et attachantes ont un peu perdu de leur lustre et c’est un peu dommage. Parmi ces orfèvres, citons The Annuals, Choir of Young Believers, Musée Mécanique, Fanfarlo ou Efterklang parce qu’il est toujours bon de se rappeler de bons souvenirs. Dans cette veine, on avait spécialement apprécié Einar Stray et on ne (...)