Accueil > Critiques > 2024

Mildfire - Kids In Traffic

vendredi 23 février 2024, par marc


Pourquoi les genres disparaissent-ils ? Ces symphonies de poche tellement présentes et attachantes ont un peu perdu de leur lustre et c’est un peu dommage. Parmi ces orfèvres, citons The Annuals, Choir of Young Believers, Musée Mécanique, Fanfarlo ou Efterklang parce qu’il est toujours bon de se rappeler de bons souvenirs. Dans cette veine, on avait spécialement apprécié Einar Stray et on ne s’étonnera pas de retrouver le chanteur norvégien au sein de cette formation qui a un pied à Berlin et un autre à Oslo. On avait tellement aimé Chiaroscuro, Politricks et Dear Bigotry qu’on ne comprend pas comment on ne l’a pas reconnu plus vite.

Cet album dont les titres ont été publiés depuis un an au fil d’EP forcément emballants commence par un parfait premier morceau qui a une tension folle sans convoquer aucune grosse ficelle. La subtilité qui produit un résultat bombastique sans le surligner.

On est toujours séduits par sa voix et sur ce projet, il y a aussi celle d’Ofelia Ossum de Team Me, autres orfèvres norvégiens du genre. La conjonction des deux fonctionne aussi.

Ils se font aériens sur Drinking Salt Water grâce à une rythmique incroyable. Ils peuvent compter sur la subtilité de la batterie pour que Shirin ne devienne pas pompière. Mais cette façon délectable de densifier How To Be An Astronaut Part.II, morceau purement instrumental qui plus est. Il faut dire que la mise en son est incroyable aussi.

On note que les cordes peuvent être très légères sur Personna Non Grata ou plus souveraines sur Staring Contest, morceau d’exultation s’il en est, tout comme Oak Floor.

Ce retour dans le temps fait un bien fou, on ne se rendait pas compte à quel point tout ça nous avait manqué. La discographie d’Einar Stray est décidément parfaite. C’est paradoxalement leur subtilité qui rend ces morceaux tellement immédiats et nous propose encore un album de garde, de ceux qui vont garder leur rondeur au fil du temps.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • The Smile - Wall of Eyes

    Même en 2042 et après avoir sorti 13 albums réussis, The Smile restera ’le groupe des deux types de Radiohead’. C’est comme ça, le groupe d’Oxford est trop ancré dans la culture pop pour passer au second plan de quoi que ce soit. Mais cette encombrante et inévitable figure tutélaire ne doit pas oblitérer les qualités indéniables de The Smile. Les deux protagonistes, flanqués du batteur Tom Skinner au (...)

  • Maxwell Farrington & Le Superhomard - Please, Wait...

    On ne peut pas dire que la paire formée par Maxwell Farrington et Le Superhomard (le producteur français Christophe Vaillant) se repose sur les lauriers d’un premier album remarqué. Après un EP il y a deux ans et une tournée intense, voici déjà le second album en peu de temps sur le toujours excellent label Talitres.
    Australien établi à Blinic en Bretagne, Maxwell Farrington propose sa belle voix de (...)

  • Heeka - The Haunted Lemon

    Il faut se méfier des avis trop rapides, des débuts d’albums trompeurs. Ce sur les morceaux initiaux du premier album de l’artiste flamande (née Hanne Hanegraef) installée dans le sud de la France doivent beaucoup aux voix, dédoublées. Quelque part entre Camille et Agnes Obel, ces morceaux intrigants et séduisants à la fois ne représentent cependant qu’une facette d’Heeka.
    Une fois mis en confiance, (...)

  • Mayuko - Songs To Whistle When Strolling Along The Abyss

    La forme est toujours très importante, elle est même au cœur d’une esthétique. Le premier album du trio Mayuko, basé à Mannheim et Berlin et formé de Michelle Cheung, Kasia Kadlubowska et Rebecca Mauch en est une belle illustration. Si les morceaux ont d’indéniables qualités, c’est leur exécution qui force l’admiration.
    De sorte que leurs mélodies parfois tortueuses ne sont jamais un frein. On sent même (...)