Accueil > Critiques > 2024

Nicolas Jules – La Reine Du Secourisme

vendredi 15 mars 2024, par marc


Jusqu’où s’arrêtera-t-il ? Practice makes perfect, tel est le dicton dans une langue non pratiquée par Nicolas Jules. Mais force est de constater qu’il le met en application avec un rythme de publication quasi annuel qui voit son œuvre se polir et se distinguer. Il se situe pour cet aspect-là dans le sillage du regretté Murat.

Une musique n’est pas parfaite quand il n’y a rien à ajouter mais quand il n’y a plus rien à retirer. Fort de ce précepte, Nicolas Jules a forgé un style aussi facilement identifiable que compliqué à définir. Si ce n’est pas aussi poussé que chez un Andrew Bird par exemple, le violon tient souvent les avant-postes. Comme chez le maître chicagolais, le fiddle structure les morceaux (Poignarder La Fumée) plus qu’il ne les rehausse a posteriori. On aime donc le joli violon de Sept Huit Deux Mille Vingt Trois et on profite à fond des morceaux enlevés comme Vos Oreilles ou Six Heures et demie.

Et puis les fins de morceaux peuvent être plus percutants comme Serviette en Papier décolle. On aime donc parce qu’il y a beaucoup de musique chez lui. Pas de bruit, pas d’esbrouffe mais la conjonction de la forme et du fond est toujours poussée au maximum.

Côté fond donc, il y a toujours cet humour distancié, cette propension à faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux. Ce qui fait qu’on a tout de suite adhéré à Nicolas Jules sans trouver la porte d’accès à un Bertrand Belin. Le conformisme étant toujours visé, ici avec Perroquet faisant écho à Mort Aux Photocopieuses de l’album précédent. On devine que ce n’est pas une pose, que c’est viscéralement ancré en lui. Et un des côté pile est la vie décrite par Les Persiennes qui contient sans doute des éléments autobiographiques. C’est désarmant de sincérité sans jamais être frontalement prosaïque. C’est la poésie qui sert de pudeur chez lui. Les géants peuvent être discrets et je vous conseille donc celui-ci.

Ça s’achète ici
Mais vous pouvez vous faire une idée des albums précédents ici. (il est notoirement allergique aux plateformes).

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Trotski Nautique - Le Meilleur de A-Bas

    En musique, il est courant que les mots changent de sens. ’Pop’ ne signifie plus la même chose aujourd’hui qu’il y a 50 ans. Pareil pour ’alternatif’ qui a fameusement dévissé depuis les années ’80. Dans la démarche, ce qu’on entend chez Trotski Nautique (formidable nom...) est à placer dans cette filiation, même si les guitares maladroites ne sont pas de sortie.
    Sur le papier, c’est proposé (peu (...)

  • Françoiz Breut – Vif !

    Reconnaissable entre toutes, la voix de Françoiz Breut continue à nous faire voyager. Elle est tellement particulière et familière à la fois qu’elle peut s’accomoder de bien des contextes. On avait apprécié les atours plus synthétiques du Flux Flou de la Foule et cet album-ci se place dans cette lignée. Il faut dire que c’est la même équipe qui l’entoure, à savoir le claviériste Marc Mélia, le guitariste (...)

  • Beyries - Du Feu Dans Les Lilas

    Honnêtement, on l’a vu venir cet album. Inconsciemment, on l’a espéré aussi. Si Encounter avait vraiment plu, c’est le seul titre en français qui avait le plus marqué. On avait retenu le nom, et le temps a passé. Quand Du Temps a été lancé en éclaireur, l’échine s’est serrée immédiatement.
    On avait détecté sur l’album précédent une tendance à produire des morceaux soyeux mais occasionnellement lisses, c’est (...)

  • Bertier – Machine Ronde

    L’essoufflement est un phénomène bien connu en musique. Un des mécanismes pour le contourner est de s’entourer. Autour des deux membres fixes du projet (Pierre Dungen et Lara Herbinia), il y a toujours eu une effervescence créative, ce qui leur permet non seulement d’évoluer mais de présenter avec ce quatrième album une sorte de synthèse et leur opus le plus abouti et enthousiasmant.
    Chanson (...)