Accueil > Musique > 2005 > Gorillaz : Demon Dayz

Gorillaz : Demon Dayz

mercredi 23 août 2006, par Fred


Après avoir insuffler un bouffée d’air pur au hip hop en 2001 avec leur première album éponyme, le groupe bande dessinée Gorillaz est de retour. Vont-ils réussier encore un fois à renouveller le hip hop qui décidement cette année est fécond en surprises appréciables ?
Voilà, la question qui trotte dans la tête à l’écoute de cette album. Question que vient malheureusement vite effacer une lassitude. en effet, on est bien loin des morceaux accrocheur et facile d’abord dont nous avions finalement pris l’habitude.

Donc, après un intro plutôt mystérieuse, on rentre dans le vif du sujet avec Last living souls au rythme moins guilleret et plus posé que ce qu’on aurait espéré. Le tout est très propre et largement écoutable, mais semble manquer déserpérement de pêche.
Je dois avouer que je ne m’attendais pas à recevoir une album musique d’ascenseur de la part de Gorillaz...
Car ça continue... Kidz with guns me laisse de glace. Enfin, O green world relève un peu la moyenne et se laisse apprécier après quelques écoutes, les ambiances, la voix triste d’Albarn et les grosses basses pesant fortement en sa faveur.

Mais quand les choeurs d’enfant entre dans la danse dans Dirty harry, on maudit Scala d’avoir été jusqu’à contaminer cet album.
La seule véritable planche de salut de cet album viendra du single, qui pourra être décrit en un mot : Terrrible.
On retrouve enfin la ligne de basse groovy que l’on attendait depuis le début de l’abum, la voix triste de Damon albarn et le flow qui tue sur la partie rappée. On ne s’étonnera pas de la participation de De la Soul sur cette véritable perle. On a probablement dans les oreilles, la ligne de basse de l’année, celle qui ornera tous les DJ sets de Miss kittin et 2 many DJ’s par exemple, qui sera utilisé dans maints remixes et qui servira pour une tonnes de morceaux rap dans les 10 années à venir, rien que ça !
Après ce coup d’éclat, l’album reprend son rythme de croisière, avec de belles chansons introspectives (el manana), des titres beaucoup plus hip hop (november has come m-fm), des incusions quasi drum and bass (All alone), un titre noisy (White line) et deux plages finales lyriques soutenues par des choeurs.

Comme on le voit, l’éclectisme est le mot d’ordre et ce semblerait-il au détriment de toute consistance.

Gorillaz n’aura donc pas réussi à convaincre dans le down tempo mais confirme de justesse son statut de machine à groove... quand ça leur plait.
Un album qui ne manquera cepedant pas d’avoir du succes, le single, la présentation graphique et visuelle du groupe et la différence affichée étant des arguments de vente indéniables. (F.)

Article Ecrit par Fred

Répondre à cet article

  • Foals – Life Is Yours

    Depuis un certain temps, chaque sortie de Foals suscite un peu de curiosité et on se promet de passer notre tour si ça ne nous inspire pas. Et depuis longtemps, on n’est plus séduits mais toujours assez pour formuler un avis. On avait quitté la formation anglaise sur un double album qui étrangement ne lançait pas les idées nouvelles que le format laissait espérer.
    Jamais désagréable, toujours bien propre sur soi et bien exécutée, la musique de Foals manque de plus en plus de personnalité. Ils semblent (...)

  • The Smile – A Light For Attracting Attention

    Sans vouloir manquer de respect aux autres membres de Radiohead, lesquels sortent même sous leur nom des albums charmants, Thom Yorke et Johnny Greenwood sont tout de même au cœur du processus artistique de la formation d’Oxford. Un artiste qui tente le solo, c’est dans l’ordre des choses. D’ailleurs, Yorke produit de très convaincants albums solo quand Greenwood connait un vrai succès avec ses musiques de film avec deux nominations aux Oscars à la clé. Mais que les deux forces vives d’une formation (...)

  • Maxwell Farrington et Le Superhomard - I Had It All (EP)

    Parfois il faut faire un pas de côté, prendre un peu de recul pour que les choses apparaissent sur un jour nouveau. Certes, le temps avait manqué pour vous parler de Once qui marquait la rencontre entre le chanteur australien installé en Bretagne et le musicien et producteur français Le Superhomard (Christophe Vaillant pour l’état civil), mais l’album avait plu, récoltant un beau succès critique.
    Et puis on écoute Dewaere dont il est aussi le chanteur et on se dit que ce mélange de crooner et de rock (...)

  • Black Country, New Road – Ants From Up there

    On avait vu passer au loin le buzz de Black country, New Road l’an passé, saisissant au vol quelques morceaux tous dignes d’intérêt. Cette fois, on ne voulait pas passer à côté. Mais on est passé à côté.
    Ils aiment les angles, c’est de l’art-rock dans ce qu’il a de plus revigorant et d’usant aussi. Moins héroïques que leurs cousins canadiens au rang desquels on compte les projets tordus des songwriters d’exception à (Sunset Rubdown, Swan Lake, Silver Mt Zion et autres...), ils en partagent pourtant (...)

  • FUCTAPE - FUCTAPE

    Au moment d’aborder un album, on est parfois submergés par les informations, les intentions et les comparaisons aussi élogieuses que non pertinentes. Le collectif de Toronto (une vingtaine de membres quand même) ne suit décidément pas cette tendance tant il est compliqué de savoir qui fait quoi, voire qui en fait partie tout court. C’est sans doute voulu et cohérent avec le forcément un peu disparate résultat. Mais jamais on n’a l’impression d’entendre une compilation.
    Dès l’intro au piano avec des (...)

  • run Sofa - The Joy of Missing Out

    On ne peut pas dire qu’en tant que ville industrielle, Charleroi nous ait livré autant de frissons musicaux que, disons Sheffield ou Manchester. Et si ça changeait ? On n’en sait rien mais un environnement pareil peut aussi être stimulant comme peut le prouver le groupe du jour, distribué par les Liégeois de Jaune Orange montre une belle vitalité.
    L’immédiateté, les avis rapides et tranchés, c’est bien mais parfois il faut un peu de temps pour apprivoiser un artiste, même sur un EP de six titres. Il (...)

  • Peritelle - Ne Soyez Pas Triste

    On avait déjà copieusement apprécié ce que faisait Carl Roosen en tant que Carl ou Carl et les Hommes-Boîtes ou Facteur Cheval. Il est donc logique que l’attachement se poursuive avec Peritelle. On ne lui en veut même pas d’avoir pondu des textes pour le rejeton Geluck (Antoine Chance donc). C’est un de ces cas-limites où la subjectivité joue en plein. On ne va pas le nier, il faut même le reconnaître.
    Tout est question de ton et de collaborations. Ses partenaires de jeu sont ici Julien Campione (...)

  • Dum Spiro - Hors Chant

    Il faut parfois oser dépasser son pré carré, s’aventurer à la lisière pour découvrir du nouveau. Et ce nouveau, pour moi, est par exemple ce Dum Spiro, coordination des talents de musicien de Francis Esteves et du slameur Zedrine. Le résultat n’est pas a proprement parler un album de hip-hop vu que ça semble plus pensé comme un projet musical, pas des textes qui réclamaient un habillage (on signale même des instrumentaux). Dans un autre genre, on se rappelle de ce que nous avait livré Filiamotsa. (...)