Accueil > Critiques > 2004

Franz Ferdinand : Franz Ferdinand

mercredi 23 août 2006, par Fred


Ca y est, qu’on se le dise dans les chaumières le Rock est de retour sur le devant de la scène et pour de bon. Après le succès des White Stripes, Strokes et autres combos américains, voici donc la riposte des Anglais qui finalement ne veulent pas être les seuls à rester en arrière. Oasis n’existant plus ou presque depuis déjà bien longtemps, Blur et Radiohead ayant décidé d’aller voir sous d’autres cieux pour notre plus grand plaisir, Muse faisant désormais un rock qu’on ne peut plus tout à fait qualifié de basique, la relève viendra donc de Glasgow en la personne de Franz Ferdinand, un groupe qui a une idée précise sur la musique et l’image qui doit y être associée.

Mais trêve de blabla, quid de la musique ? Et bien le moins qu’on puisse dire, c’est que c’est simple, clair, précis et direct avec un album de 11 morceaux qui affiche moins de 45 minutes. 45 minutes qui donnent envie de taper du pied. Ca sonne très rock et souvent avec un certain accent seventies avec un certain côté lo-fi probablement dû à la saturation de la voix et au guitares. Quelques moments plus intimes sur cette galette par exemple sur l’intro de Jacqueline, mais ce n’est qu’un leurre et la batterie ne tarde pas à reprendre ses droits avant que les guitares ne commencent à être martyrisées.

Enfin, on se laisse complètement avoir par cette album ce qui n’est pas pour nous déplaire. Le rock’n roll anglais a décidément de beaux jours devant lui. (F.)

    Article Ecrit par Fred

Répondre à cet article

  • Kate Nash – 9 Sad Symphonies

    Nous sommes en 2013. Après un premier album acclamé emmené par le tube Foundations, la star de Myspace a confirmé avec My Best Friend Is You la plupart des espoirs placés en elle et la voici en position de définitivement asseoir son statut avec un troisième album traditionnellement piégeux. Mais elle va relever le défi.
    Sauf que vous savez que ça ne ça ne s’est pas passé comme ça. Larguée par son (...)

  • The Smile - Wall of Eyes

    Même en 2042 et après avoir sorti 13 albums réussis, The Smile restera ’le groupe des deux types de Radiohead’. C’est comme ça, le groupe d’Oxford est trop ancré dans la culture pop pour passer au second plan de quoi que ce soit. Mais cette encombrante et inévitable figure tutélaire ne doit pas oblitérer les qualités indéniables de The Smile. Les deux protagonistes, flanqués du batteur Tom Skinner au (...)

  • PJ Harvey – I Inside The Old Year Dying

    C’est un phénomène que j’ai du mal à m’expliquer. Il m’est difficile voire impossible de me plonger dans des œuvres récentes d’artistes que j’ai beaucoup aimés il y a longtemps. Si dans certains cas c’est la qualité de leurs albums qui est l’explication la plus facile (Muse, The Killers, Foals...), c’est plus mystérieux en ce qui concerne Radiohead, Nick Cave ou PJ Harvey.
    Il faut dire aussi qu’elle a pris (...)

  • Ralfe Band - Achilles Was A Hound Dog

    Outre un flair hors-normes pour dégotter des talents très actuels (Nadine Khouri, Raoul Vignal, Emily Jane White...), Talitres a aussi le chic de remettre en selle des formations culte. A l’instar de Flotation Toy Warning ou The Apartments, Ralfe Band était passé sous nos radars et c’est le label bordelais qui nous le signale.
    Et il fait bien. Si les albums précédents du groupe d’Oly Ralfe datent (...)