Accueil du site > Musique > 2004 > The Hives : Tyrannosaurus Hives

The Hives : Tyrannosaurus Hives

mercredi 23 août 2006, par Fred


Enfin, dirons ceux qui nous suivent régulièrement. En effet, depuis le temps qu’on vous promet cette critique de la nouvelle galette de Hives. J’imagine que les plus impatients on même déjà du se le procurer…

Allez, je retrousse mes manches et je m’y mets. Quelques mots tout d’abord sur le groupe en lui-même. La bio officielle nous présente The Hives comme un groupe de « garage-punk » suédois. Révélé par leur premier album Veni, Vidi, Vivious (que je promets de rattraper également à l’occasion), ils ont fait forte impression au MTV VMA 2002

Mais bon, trêve de verbiage publicitaire, passons au décorticage méthodique de la dernière livraison en date Tyrannosaurus Hives. De leur propre aveu, le nom de l’album a été choisi sur la continuité du premier afin d’afficher leur férocité, leur importance… On ne peut effectivement pas nier cette agressivité : la ligne conductrice de cet album pouvant se résumer à des guitares affûtées et cinglantes et une voix oscillant entre celle d’un interné en plein crise de démence et celle de Plastic Bertrand sur « Ca plane pour moi » (vous me direz que l’intervalle n’est pas large !).

Dans les faits, l’album s’ouvre sur Abra Cadaver un morceau punk que l’ami Sid Vicious aurait pu entonner à la grande époque. Suivent Two-timing touch and broken bones et Walk Idiot Walk deux morceaux clairement rock mais avec le même côté rétro ’70 qu’on retrouve beaucoup pour le moment…

Et ainsi de suite, l’album oscille entre les morceaux punk neurasthéniques (No punk intended, Dead quote olympics) et ceux rock’n roll légèrement rétro (b is for brutus, See through head , A little more for little you) bien que tout du long trône la voix de fou furieux de cet Iggy Pop suédeois. Le tout est sympa, bien que toutes certaines compos soient un peu en dessous. Ainsi on déplorera la certaine faiblesse des derniers morceaux de l’album (Missing link, Antidote, dead quote olympics).

Un album rafraîchissant, qui attaque aux tripes mais qu’il ne faudra probablement pas mettre entre toutes les mains et surtout ne pas aborder d’une traite à la première écoute. Nous on aime, surtout le matin avec un bon café… (F.)

Article écrit par Fred

Share on Facebook

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0