Accueil > Critiques > 2004

The Hives : Tyrannosaurus Hives

mercredi 23 août 2006, par Fred


Enfin, dirons ceux qui nous suivent régulièrement. En effet, depuis le temps qu’on vous promet cette critique de la nouvelle galette de Hives. J’imagine que les plus impatients on même déjà du se le procurer…

Allez, je retrousse mes manches et je m’y mets. Quelques mots tout d’abord sur le groupe en lui-même. La bio officielle nous présente The Hives comme un groupe de « garage-punk » suédois. Révélé par leur premier album Veni, Vidi, Vivious (que je promets de rattraper également à l’occasion), ils ont fait forte impression au MTV VMA 2002

Mais bon, trêve de verbiage publicitaire, passons au décorticage méthodique de la dernière livraison en date Tyrannosaurus Hives.
De leur propre aveu, le nom de l’album a été choisi sur la continuité du premier afin d’afficher leur férocité, leur importance… On ne peut effectivement pas nier cette agressivité : la ligne conductrice de cet album pouvant se résumer à des guitares affûtées et cinglantes et une voix oscillant entre celle d’un interné en plein crise de démence et celle de Plastic Bertrand sur « Ca plane pour moi » (vous me direz que l’intervalle n’est pas large !).

Dans les faits, l’album s’ouvre sur Abra Cadaver un morceau punk que l’ami Sid Vicious aurait pu entonner à la grande époque. Suivent Two-timing touch and broken bones et Walk Idiot Walk deux morceaux clairement rock mais avec le même côté rétro ’70 qu’on retrouve beaucoup pour le moment…

Et ainsi de suite, l’album oscille entre les morceaux punk neurasthéniques (No punk intended, Dead quote olympics) et ceux rock’n roll légèrement rétro (b is for brutus, See through head , A little more for little you) bien que tout du long trône la voix de fou furieux de cet Iggy Pop suédeois. Le tout est sympa, bien que toutes certaines compos soient un peu en dessous. Ainsi on déplorera la certaine faiblesse des derniers morceaux de l’album (Missing link, Antidote, dead quote olympics).

Un album rafraîchissant, qui attaque aux tripes mais qu’il ne faudra probablement pas mettre entre toutes les mains et surtout ne pas aborder d’une traite à la première écoute. Nous on aime, surtout le matin avec un bon café… (F.)

    Article Ecrit par Fred

Répondre à cet article

  • Izzy and The Black Trees - Revolution Comes in Waves

    Si la Pologne ne nous évoquait pas nécessairement de frissons musicaux, la découverte d’Izzy and The Black Trees avait changé la donne. On avait en effet décelé sur le premier album le haut patronage de Patti Smith ou PJ Harvey et on avait tout de suite apprécié. Ce second album ne fait que confirmer les belles dispositions, avec un virage vers une tension post-punk qui ne pourra pas déplaire, au (...)

  • Dewaere – What Is Pop Music Anyway ?

    Il est des gens qui ingèrent des boissons énergétiques comme on boit de l’eau, c’est un goût qu’ils ont développé. D’autres n’y recourent que dans des contextes particuliers. Il en est de même pour le rock plus musclé. On se range alors au rang des usagers occasionnels et ceci est notre canette du mois d’avril. Autant qu’elle fasse l’effet maximal.
    Si on a autant apprécié cette ingestion, c’est notamment (...)

  • Izzy and The Black Trees - Trust No One

    Non, la rockeuse n’est pas l’artiste la plus représentée dans ces colonnes virtuelles. On a pu parler de Baby Fire ou la bande de Cheap Satanism ou encore de Be Your Own Pet mais ce n’est pas énorme. Que dire alors des artistes polonais, absents ici en plus de 2400 articles. Mais quand l’occasion se présente sous la forme d’un album emballant, on n’hésite pas.
    Les figures tutélaires inévitables du (...)

  • CSS - La Liberación

    L’insoutenable frivolité de l’être
    CSS pour « cansei de ser sexy ». Fatigué d’être sexy, le quintette brésilien a très tôt délaissé son électro-pop sensuelle et glamour pour un second album aux relents de punk mal digéré. Faisant suite à un premier disque jouissif, le pénible “Donkey” faisait figure de cas d’école dans le contexte des sensations d’un jour, ces nombreuses formations un peu trop vite montées en (...)

  • Josefin Runsteen - HANA Three bodies (Original Soundtrack)

    Même si on n’est pas exactement un service public, un peu de gai savoir s’impose parfois. Le Butoh est une danse de performance minimaliste créée au Japon en 1959. La danseuse suédoise Frauke a donc demandé à sa compatriote Josefin Runsteen de créer une bande-son pour une performance et c’est ce qui constitue l’objet musical du jour.
    La lisière entre les musiques électronique et classique est (...)

  • Annika and the Forest - Même la Nuit

    On l’avoue, un talent féminin éclectique et un peu électronique, c’est quelque chose qui nous plait. On peut penser à Bat For Lashes, Harrys Gym, Jeanne Added, Odd Beholder ou autres et on ajoutera donc la Suédoise Annika Grill et son troisième album.
    On est d’emblée mis à l’aise par un petit air de Metric dans leurs moments les plus gorgés de beats et de guitares combinées (Thinking Crazy). On (...)

  • Frida Hyvönen - Dream of Independance

    Ce n’est pas parce qu’une artiste nous a marqués fortement qu’elle ne peut pas échapper momentanément à notre radar. Ils faut dire que si certaines de ses productions plus récentes que son album d’il y a 9 ans ne se sont pas signalées, c’est aussi parce qu’elles étaient chantées en Suédois. Et puis la toute dernière fois qu’on l’avait aperçue, c’était aux côtés de First Aid Kit pour une soirée hommage à (...)

  • First Aid Kit - Ruins

    Elles en ont fait du chemin, les Suédoises de First Aid Kit. Il y a un peu plus de 8 ans, on les découvrait dans une petite Rotonde en ouverture de Megafaun et Port O’Brien et maintenant elles jouent à guichets fermés après une expatriation réussie aux Etats-Unis. La recette marche donc et les sœurs Klara et Johanna Söderberg n’ont visiblement pas l’intention de la changer. Deux voix à l’unisson, des (...)