Accueil > Critiques > 2004

The Killers : Hot Fuss

mercredi 23 août 2006, par Fred


Voilà un groupe qui arrive à s’imposer dés le premier morceau. C’est un compliment qu’il ne nous est pas donné de faire tous les jours, surtout à un groupe américain (Las Vegas).

En effet, l’album de The Killers s’ouvre sur Jenny was a friend of mine, morceau qui résume parfaitement l’esprit de l’album tout en restant suffisamment accrocheur pour être un parfait single : une basse simple mais efficace, des guitares pour grossir le son, synthés pour faire joli, un batterie suffisamment intelligente pour ne pas devoir passer au dessus du reste et au dessus de tout cela, un voix charismatique.

Est ce les restes de leur performance au Pukkelpop, mais je ne peux m’empêcher de rapprocher le chanteur de ce bon vieux Morrissey.

Le reste de l’album se poursuit sur les mêmes notes nous fournissant une pop/rock agréable (Jenny... , Mr Brightside, On top) et des morceaux aux intonations plus sombres (Smile like you mean it, Andy you’re a star). Note spéciale pour Indie Rock and Roll, morceau quasi caricatural (désolé, je ne trouve pas le moyen de vous en dire plus, écoutez par vous même).

Un bon album donc d’un groupe auquel il ne reste plus qu’à se distinguer du lot pour devenir vraiment indispensable. (F.)

    Article Ecrit par Fred

Répondre à cet article

1 Message

  • The Killers : Hot Fuss 28 octobre 2010 15:44

    QUELLE MERVEILLEUSE IDEE D’ AVOIR SORTIT UN TEL PREMIER ALBUM. GENIAL, EFFICACE, PERCUTTANT...

    J’ ATTENDS AVEC UNE ENORME IMPATIENCE LE 4 ALBUM DES TUEURS DE LAS VEGAS. QUELQUE CHOSE ME DIT QUE JE VAIS ATTENDRE ENCORE QUELQUE TEMPS.

    repondre message

  • The Smile - Wall of Eyes

    Même en 2042 et après avoir sorti 13 albums réussis, The Smile restera ’le groupe des deux types de Radiohead’. C’est comme ça, le groupe d’Oxford est trop ancré dans la culture pop pour passer au second plan de quoi que ce soit. Mais cette encombrante et inévitable figure tutélaire ne doit pas oblitérer les qualités indéniables de The Smile. Les deux protagonistes, flanqués du batteur Tom Skinner au (...)

  • PJ Harvey – I Inside The Old Year Dying

    C’est un phénomène que j’ai du mal à m’expliquer. Il m’est difficile voire impossible de me plonger dans des œuvres récentes d’artistes que j’ai beaucoup aimés il y a longtemps. Si dans certains cas c’est la qualité de leurs albums qui est l’explication la plus facile (Muse, The Killers, Foals...), c’est plus mystérieux en ce qui concerne Radiohead, Nick Cave ou PJ Harvey.
    Il faut dire aussi qu’elle a pris (...)

  • Ralfe Band - Achilles Was A Hound Dog

    Outre un flair hors-normes pour dégotter des talents très actuels (Nadine Khouri, Raoul Vignal, Emily Jane White...), Talitres a aussi le chic de remettre en selle des formations culte. A l’instar de Flotation Toy Warning ou The Apartments, Ralfe Band était passé sous nos radars et c’est le label bordelais qui nous le signale.
    Et il fait bien. Si les albums précédents du groupe d’Oly Ralfe datent (...)

  • The Veils – ...And Out of the Void Came Love

    The Veils est ancré à l’histoire de ce site puisqu’à peu de choses près ils avaient constitué un de nos premiers coups de cœur, en 2004. On avait évidemment suivi toute leur discographie, noté qu’ils étaient absents depuis un petit temps mais il faut être honnête, on avait un peu oublié l’album solo de Finn Andrews. En une heure et quinze morceaux, un des albums de l’année fait le tour du propriétaire et des (...)

  • They Call Me Rico - Wheel of Love

    Le substrat musical sur lequel a poussé ce cinquième album de They Call Me Rico, projet de Frédéric Pellerin du groupe Madcaps, c’est l’americana et le blues. Et on le sent, souvent. Certains morceaux en sont encore baignés (This Old Dog, Don’t Let You Go Down). Wheel of Love est plus proche de ce canon rock et dans l’ensemble, c’est un fort plaisant rappel de la base de tout ceci.
    Mais si on a retenu (...)

  • Iggy Pop – Every Loser

    Le fun perçu est une des mesures les plus pertinentes pur évaluer un album d’Iggy Pop. Si on l’a croisé récemment aux côtés de Catherine Graindorge, il revient avec un Every Loser qui convoque logiquement une belle pelletée de connaissances du rock ‘n roll (Duff McKagan de Guns ‘n Roses, Stone Gossard de Pearl Jam, Dave Navaro et Eric Avery de Jane’s Addiction’s, Chad Smith des Red Hot Chili Peppers et (...)

  • The Poison Arrows - War Regards

    Un lapsus peut vous propulser dans l’actualité. Un émail signé War Regards à la place du Warm Regards donne à cet album du groupe de Chicago un air de prémonition inévitable.
    Il est étrange de pénétrer l’univers d’un groupe à travers des remixes. Ceux-ci ayant plu, il semblait logique de reprendre le fil de leur discographie. On découvre en tout cas une musique dénuée de l’électronique des remixes, au (...)

  • Foo fighters - Wasting Light

    Sortie du désert.
    Bien que n’ayant pas écouté un album entier des Foo Fighters depuis quelques années, je dois bien avouer avoir une certaine sympathie pour Dave Grohl. Ce mec est cool, point barre. De clips décalés en prestations explosives, en passant par des interviews dans lesquelles le côté relax du bonhomme transpire, Dave s’est construit un des plus gros capital sympathie du monde du rock. Et (...)