Accueil > Critiques > 2006

Tiga : Sexor

mercredi 23 août 2006, par Fred


Sur papier cet album part très bien. Tiga, DJ canadien, s’adjoint le frères Dewael à la production pour nous livrer un album mixant, balades, tueries de dance-floor et chansons aux saveurs 80’s. On peut dire que ça marche en bonne partie. Les premières chansons qui suivent l’intro font mouche. On trouve le gentillet (Far From) Home, l’extrêmement efficace You Gonna Want Me et High School qu’aurait pu chanter Dave Gahan.

La suite part un peu plus en vrille. On a alors quelques morceaux fortement orientés pour les dance-floor, entre 2 et 4h du matin, (Pleasure from the bass). Mais bon, toujours fortement écoutables et même bien foutus (Good as Gold).

Là où les poils commencent à se hérisser, c’est quand arrivent les balades électro : Car, autant les Pet shop Boys à leur grande époque ont pu faire des choses à la fois calmes, intelligentes et drôles, autant Depeche Mode a pu (et nous a prouvé qu’il pouvaient encore) faire des albums aux rythmes lents, pesants mais toujours intenses ; autant ici, ne ressort que le côté kitsch de la chose. La vacuité des paroles apparaît dés que les rythmiques ralentissent et s’effilochent etdés que les accompagnement baissent le ton (Balad of sexor, Down in it).

On notera une reprise électro sous acide du Burning down the House des Talking Heads. Divertissant.

Au total, cet album sera à conseiller à ceux qui ont aimé la musique des années 80 et à qui de nouvelles chansons copie calque de Pet Shop Boys, Soft Cell et Depeche Mode feront plaisir. On ne pourra dans tous les cas que difficilement excuser 3 balades au gout douteux.

Par contre ceux qui espèrent écouter l’album electro de l’année sur base du single "You gonna want me" risqueront d’être surpris par le mélange des genres. (F.)

    Article Ecrit par Fred

Répondre à cet article

  • Bitter Moon & After 5:08 – Berlin Kinder

    On vous avait dit en son temps à quel point on appréciait l’electro un peu vintage du duo suisse Bitter Moon. On dirait que le duo After 5:08 (Aloys Christinat et Matthew Franklin) qui les accompagne est dans un mood plus ambient. La répartition des rôles n’est pas précisée mais on se doute que les plages plus apaisées (on peut même y entendre des bruits d’eau) leur sont attribuables.
    La voix de Réka (...)

  • Tyto - 未来 MIRAI

    Si Beppe Scardino, le multi-instrumentiste à la manœuvre ici est visiblement une figure courante de la scène jazz péninsulaire, ce premier album en tant que Tyto n’est vraiment jazz pour autant. Tout au plus peut-on dire que la relative complexité et densité montre un savoir-faire assez étendu. On peut en trouver des traces, notamment dans les climats tortueux de Minore.
    Mais Scardino est aussi (...)

  • Tachycardie – Nouvelles et Anciennes Pratiques de Cartographie (...)

    En photographie, la macro est un peu à part et permet souvent de déterminer des structures abstraites à partir de choses bien réelles, simplement par la magie du changement d’échelle. Si certains artistes ont appliqué ce principe à la musique via le microsampling (The Field notamment), d’autres utilisent le field recording, touchant à ce qu’on appelle la musique concrète. C’est cette dernière voie qui (...)

  • Niton – Cemento 3D

    Encore un disque d’expérimentations électroacoustiques et encore une fois, une plongée étrange qui intrigue mais n’irrite jamais. Quand deux musiciens italiens, Luca Xelius Martegani et El Toxyque, flanqués du violoncelliste suisse Zeno Gabaglio se réunissent à l’occasion d’une ‘jam drone’ (chacun a sa façon de se détendre), le résultat leur plait tellement que Niton se forme dans la foulée.
    Une version (...)