Accueil > Critiques > 2006

Tiga : Sexor

mercredi 23 août 2006, par Fred


Sur papier cet album part très bien. Tiga, DJ canadien, s’adjoint le frères Dewael à la production pour nous livrer un album mixant, balades, tueries de dance-floor et chansons aux saveurs 80’s. On peut dire que ça marche en bonne partie. Les premières chansons qui suivent l’intro font mouche. On trouve le gentillet (Far From) Home, l’extrêmement efficace You Gonna Want Me et High School qu’aurait pu chanter Dave Gahan.

La suite part un peu plus en vrille. On a alors quelques morceaux fortement orientés pour les dance-floor, entre 2 et 4h du matin, (Pleasure from the bass). Mais bon, toujours fortement écoutables et même bien foutus (Good as Gold).

Là où les poils commencent à se hérisser, c’est quand arrivent les balades électro : Car, autant les Pet shop Boys à leur grande époque ont pu faire des choses à la fois calmes, intelligentes et drôles, autant Depeche Mode a pu (et nous a prouvé qu’il pouvaient encore) faire des albums aux rythmes lents, pesants mais toujours intenses ; autant ici, ne ressort que le côté kitsch de la chose. La vacuité des paroles apparaît dés que les rythmiques ralentissent et s’effilochent etdés que les accompagnement baissent le ton (Balad of sexor, Down in it).

On notera une reprise électro sous acide du Burning down the House des Talking Heads. Divertissant.

Au total, cet album sera à conseiller à ceux qui ont aimé la musique des années 80 et à qui de nouvelles chansons copie calque de Pet Shop Boys, Soft Cell et Depeche Mode feront plaisir. On ne pourra dans tous les cas que difficilement excuser 3 balades au gout douteux.

Par contre ceux qui espèrent écouter l’album electro de l’année sur base du single "You gonna want me" risqueront d’être surpris par le mélange des genres. (F.)

    Article Ecrit par Fred

Répondre à cet article

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)

  • Jonas Albrecht - Schrei Mich Nicht So An Ich Bin In Trance Baby

    Si ce n’est pas trop visible pour le lecteur, certains distributeurs participent beaucoup à la ligne éditoriale. Parmi eux, Five Roses tient la pole position. Si l’éclectisme est remarquable, une des constantes est la présence d’artistes qui manipulent la percussion comme matière première. Dans un passé récent, on a eu le dernier Peter Kernel, la claque de Parquet et tous les projets d’Anthony Laguerre (...)

  • Parquet – Sparkles & Mud

    Alors que la technologie tente depuis très longtemps d’avoir des équivalents numériques à tous les instruments qui existent, la démarche de certaines formations va dans le sens opposé. Certes, c’est parfois anecdotique quand certains se présentent comme fanfare techno (Meute) mais dans le cas qui nous occupe, la force de frappe est indéniable.
    Parquet a été fondé en 2014 par Sébastien Brun qui a déjà (...)