Accueil > Critiques > 2006

Skin : Fake Chemical State

dimanche 4 juin 2006, par Fred


Second album solo de Skin, ex-chanteuse du groupe Skunk Anansie, Fake Chemical State démontre une fois de plus qu’un groupe ne peut se résumer à la voix de sa chanteuse et à ses performances scéniques. On se rappelle très bien de concerts devant des foules enflammées à la fin des 90’s durant lesquels Skin n’hésitait pas à rouler des pelles à des demoiselles du premier rang (ce qui semble avoir donné des idées à Robbie Williams...). Epoque du succès artistique et commercial, époque révolue.
On constate directement que la tournée promotionnelle de cet album sera beaucoup moins glorieuse, le contenu à défendre étant malheureusment un peu maigre.
On ne parlera certainment pas de renouvellement de genre pour Skin mais plutôt même de redite : les chansons les plus bruyantes de l’album rappellent le rock punk agressif souligné de la voix de Skin que pratiquait Skunk Anansie, le brio , l’originalité et le panache en moins. Un pâle copie délavée en somme.
Pire encore quelques chansons lorgnent fortement du côté du pop/rock un peu bâveux tel Fooling Yourself. Amusant un instant mais vite lassant.
Petite éclaircie cependant sur les morceaux plus downtempo, sur lesquels on retrouve mieux la patte de Skin. Ces morceaux gagnent alors en épaisseur. On sauvera donc de la galette Just Let The Sun Shine On Your Face, Movin’, Purple et Nothing But pour l’élan épique et mélodique qui les traverse et leur côté bien plus travaillé que le reste.
Un album qui décoit donc bien plus qu’il n’intéresse et qui n’est pas pret de libérer Skin de l’ombre de Skunk Anansie. (F.)

    Article Ecrit par Fred

Répondre à cet article

  • Modus Pitch - Polyism

    Quand on découvre un artiste, il est bon d’avoir quelques références. Ici, des collaborations avec Get Well Soon ou Modeselektor, une participation au formidable projet White Wine de Joe Haege et surtout la présence de P.A Hülsenbeck (remarquable artiste en solo ou avec Jüngstotter) viennent à la fois rassurer et attiser l’attente.
    Avec un pied définitivement dans le jazz (cinématique Drive) et (...)

  • Bazooka - Κάπου Αλλού (Kapou Allou)

    Non, la source d’artistes grecs ne s’est pas tarie, elle a même l’air de reprendre. On l’avoue, l’envie de s’enquiller un album en Grec n’est pas la proposition la plus sexy sur le papier. Si vous avez ce genre de réticence, sachez que vous pouvez l’oublier, elle disparaitra sans doute après quelques secondes.
    Bazooka pratique donc sa langue, mais pour être complètement honnêtes, c’est carrément (...)

  • Equipe de Foot - Géranium

    Quinze ans après Myspace, la tradition du nom de groupe étrange survit. Mais ce n’est pas le seul anachronisme ici. Le style pratiqué nous renvoie en effet plein d’années en arrière, au temps des nineties. Mais si beaucoup des formations qui font revivre ce temps-là penchent du côté alternatif de la force (The Poison Arrows, Beingmoved, Daydream Three), le duo bordelais privilégie une musique plus pop (...)

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de (...)