Accueil > Musique > 2006 > Jana Hunter : Blank Unstaring Heirs Of Doom

Jana Hunter : Blank Unstaring Heirs Of Doom

vendredi 25 août 2006, par Marc


Du folk minimaliste (très minimaliste dans le cas de The new sane scramble ou Untitled), de la présence - même si ici le procédé n’est pas systématique - d’effets, le copinage de la nouvelle référence du baba-folk Devenda Banhart. Ca ne vous rappelle rien ? Cocorosie bien sûr. Mais contrairement à l’oeuvre des deux soeurs, la musique de Jana Hunter emporte mon adhésion. Même dans les canons où les plusieurs voix s’accordent tant bien que mal (The earth has no skin, qui me semble un peu gratuit) ou fort bien (Laughing and crying), emportant l’adhésion ou l’irritation suivant l’humeur de l’auditeur.

Les effets sur la voix sont simplement là pour ajouter de la distance (The angle). L’effet ici n’est pas de rendre l’ensemble joli mais d’inscrire certaines mélodies comme appartenant à une tradition fort ancienne, comme gravé dans l’inconscient collectif. Les compositions sont relevées tantôt d’un violon (Farm, CA) ou d’un petit synthé (sisi) et une rythmique digne d’un vieil orgue-jouet Bontempi de la belle époque pour K Un morceau plus originel, plus en langueur qu’en désolation. Dans les eaux de Feist ou Kelly de Martino par exemple.

Mais c’est quand le dépouillement est le plus extrême et la voix moins trafiquée que je suis touché (Have you got my money, Heartseeker’s safety Den, Christmas). Cependant, six minutes de minimalisme c’est parfois trop (Angels all cry the same). On a en tous cas un pendant féminin aux élégies sèches de Will Oldham (Palace et ses avatars Palace music, Palace Brothers ou Palace songs). C’est à ce propos plus rêche que Marissa Nadler écoutée récemment.

La musique peut ressembler parfois à une plaine désolée, à une cabane abandonnée que peuple des fantômes. Si la nudité ne vous fait pas peur, vous pourrez espérer pénétrer l’univers singulier et profondément humain de Jana Hunter. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)