Accueil > Critiques > 2006

Jana Hunter : Blank Unstaring Heirs Of Doom

vendredi 25 août 2006, par Marc


Du folk minimaliste (très minimaliste dans le cas de The new sane scramble ou Untitled), de la présence - même si ici le procédé n’est pas systématique - d’effets, le copinage de la nouvelle référence du baba-folk Devenda Banhart. Ca ne vous rappelle rien ? Cocorosie bien sûr. Mais contrairement à l’oeuvre des deux soeurs, la musique de Jana Hunter emporte mon adhésion. Même dans les canons où les plusieurs voix s’accordent tant bien que mal (The earth has no skin, qui me semble un peu gratuit) ou fort bien (Laughing and crying), emportant l’adhésion ou l’irritation suivant l’humeur de l’auditeur.

Les effets sur la voix sont simplement là pour ajouter de la distance (The angle). L’effet ici n’est pas de rendre l’ensemble joli mais d’inscrire certaines mélodies comme appartenant à une tradition fort ancienne, comme gravé dans l’inconscient collectif. Les compositions sont relevées tantôt d’un violon (Farm, CA) ou d’un petit synthé (sisi) et une rythmique digne d’un vieil orgue-jouet Bontempi de la belle époque pour K Un morceau plus originel, plus en langueur qu’en désolation. Dans les eaux de Feist ou Kelly de Martino par exemple.

Mais c’est quand le dépouillement est le plus extrême et la voix moins trafiquée que je suis touché (Have you got my money, Heartseeker’s safety Den, Christmas). Cependant, six minutes de minimalisme c’est parfois trop (Angels all cry the same). On a en tous cas un pendant féminin aux élégies sèches de Will Oldham (Palace et ses avatars Palace music, Palace Brothers ou Palace songs). C’est à ce propos plus rêche que Marissa Nadler écoutée récemment.

La musique peut ressembler parfois à une plaine désolée, à une cabane abandonnée que peuple des fantômes. Si la nudité ne vous fait pas peur, vous pourrez espérer pénétrer l’univers singulier et profondément humain de Jana Hunter. (M.)

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • JJH Potter - Low tide

    Encore un artiste folk hexagonal et encore un détour qu’il est bon de faire. Ce premier album est publié par #14 records, le refuge du génial The Wooden Wolf, ce qui est évidemment ce qui a attiré notre attention. Une fois attirée, cette attention a été captée par cette voix claire et la limpidité revigorante des morceaux, hantés mais pas trop.
    L’accord des voix sur Lonely Star pourrait être une version (...)

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk (...)