Accueil > Critiques > 2006

Joseph d’Anvers : Les Choses D’en Face

lundi 28 août 2006, par Marc


CQFD. Ca claque comme un conclusion de démonstration du temps où on en faisait encore. Mais dans le microcosme musical français, c’est aussi Ceux Qu’il Faut Découvrir, compilation annuelle du concours de démos lancé par les Inrockuptibles. Je ne sais pas la part de déterminisme qu’il y a là-dedans, mais les découvertes francophones de cette manifestations me plaisent. Il s’est agi de Florent Marchet hier et de Joseph d’Anvers aujourd’hui. Est-on à ce point conditionnés que ce qui nous est proposé ne puisse que séduire le bon public que je suis ? Toujours est-il qu’une fois encore ils ont tapé dans le mille et le premier album de Joseph d’Anvers est à découvrir.

Tout d’abord, précisons que Joseph d’Anvers n’est pas un néerlandophone se risquant à la langue de Voltaire (ce qui n’est pourtant pas rare) mais que son patronyme évoque la station de métro parisienne la plus proche de son domicile. A ce tarif-là, je me lancerais dans la chanson sous le pseudo de Marc de Mérode, ce qui serait très chic...

Bon, entrons sans plus attendre dans le vif du sujet. Nous sommes dans une chanson française intimiste mais loin d’être dépouillée. De temps à autre, la mélancolie et l’usage de l’harmonica évoque un autreJoseph, Arthur (A contretemps). Le violon et le piano peuvent tenir un morceau comme les jours heureux. Mais c’est dans le prenant Paris S’allume Sous Mes Pas qu’un riff de violon s’avère vraiment indispensable. Il s’agit de la pièce maîtresse de cet album. D’un bout à l’autre, le sens mélodique est certain, ce qui facilite l’accès à cet album.

De quoi parle Joseph ? En gros, on se situe du côté de Miossec, en moins cynique et viscéral. Donc d’amours perdues, de séparation, de déambulations. On peut situer sa sérénité plus proche d’un Florent Marchet par exemple. Mais l’ambiance n’est pas pesante même si c’est la mélancolie qui domine.

La voix volontairement fragile renforce cette impression. Mais elle reste moins maniérée que celles de Mathieu Boogaerts, Bastien Lallement ou autre Da Silva.

Si vous deviez prendre un chanteur français pour éructer "la vie est une putain" sur le morceau du même nom, qui prendriez-vous ? Miossec sans doute. Il a eu la même idée que vous et le résultat est bon avec cette basse rebondissante.

Un peu étouffant par le ton presque uniformément au premier degré, ce qui tranche avec le reste de la chanson française du moment. On a quand même des moments plus guillerets malgré le thème (On reste seuls au monde).

Un premier album prometteur, qui a résisté sans encombre à de nombreuses écoutes. (M.)

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Auren – Il s’est passé quelque chose

    Il y a des albums qui donnent envie d’en savoir plus. Alors on cherche longtemps pourquoi on aime ça et on ne trouve pas vraiment. Reste cette évidence, Auren nous fait une très belle proposition de pop en français et on se contentera de ça. Apprécier est mieux que comprendre après tout.
    C’est via ce duo avec Jeanne Cherhal (c’est en-dessous) qu’on avait eu vent de cet album et on le retrouve avec (...)

  • Bird Voices - Mirage

    Si le hip-hop est hégémonique, ce n’est pas la seule voie pour mêler écriture et musique comme le confirme brillamment le duo de Montpellier sur son premier album. Ce qu’on peut dire tout de suite est qu’on apprécie cette poésie naturaliste. Il est toujours difficile de dire précisément pourquoi. C’est entièrement au premier degré mais jamais sentencieux et musicalement, ces vignettes se distinguent (...)

  • Nicolas Jules – Carnaval Sauvage

    On vous voit, ceux qui forcent leur originalité, les as du marketing, ceux qui copient en moins bien. Et Nicolas Jules n’est pas dans votre camp. On lui donnait par boutade rendez-vous à cette année en parlant du très bon Yéti et il a tenu parole. Si on avait tout de suite apprécié les deux albums précédents, celui-ci marque encore plus sa singularité et se présente comme plus qu’une confirmation. (...)

  • Garden With Lips - Magnolia

    La transitivité simple qui veut que les amis de nos amis soient aussi nos amis connait certes quelques ratés mais reste une base solide. C’est lacollaboration avec Centredumonde sur un bel EP qui nous avait signalé Garden With Lips et l’occasion est belle de se frotter à un album complet. Surtout que comme on va le voir, la découverte est de taille.
    On commence par un instrumental languide, que (...)