Accueil > Critiques > 2006

The Knife : Silent Shout

lundi 28 août 2006, par Seb


Parfois on n’arrive pas à se dépêtrer. Parfois on appelle à l’aide. Et parfois même on vous vient en aide. Merci dont à Seb pour être arrivé à parler d’un album que je vais donc me borner à continuer d’écouter.

Olof Dreijer and Karin Dreijer Andersson nous livrent ici leur 3eme opus. Dès la 1ère écoute, on ne peut s’empêcher d’être attiré par un son très electro dark mais en même temps très loin des hits dance-floor. Le synthé vintage diffuse de la mélodie ultra simple mais très efficace sans tomber dans le minimal. Le son rappelle quelques tracks trance mais pas la trame, on note toutefois une ressemblance entre la plage titulaire et Abusator de Sweetlight, le côté ’je mets les bras en l’air dans les montées’ en moins. Des nappes bien senties font virvolter l’ensemble.

La voix de Karin, que l’on a pu entendre dans le featuring avec Royksopp avec What else is there ? est soupoudrée dans vocodeur qui donne un ton à la fois décalé par rapport aux mélodies mais cohérent.

Le frérot donne la réplique vocale sur le très osé rythmiquement ’We Share Our Mother’s Health’ ou bien encore ’One Hit’. On se perdra volontiers dans ’The Captain’ ou ’Na na na’ qui fleurent bon les étendues blanches et les lacs de Suède.

Le tout est soutenu par des percussions aux goûts de 808 qui évoluent lentement comme les nappes sans jamais finir dans l’ennui.
Avec un peu de recul on pourrait croire que cet album est fait de quelques notes... et c’est le cas ! Chaque morceau semble être en équilibre et ne tenir qu’à un fil mais la cohérence de l’album prouve qu’il ne s’agit pas d’un coup d’inspiration passager mais d’un réel talent.

Bref cet album surprend agréablement par le mélange des genres et prouve que son electro et vocaux peuvent rimer avec poésie et légèreté. (S.)

    Article Ecrit par Seb

Répondre à cet article

  • Bitter Moon & After 5:08 – Berlin Kinder

    On vous avait dit en son temps à quel point on appréciait l’electro un peu vintage du duo suisse Bitter Moon. On dirait que le duo After 5:08 (Aloys Christinat et Matthew Franklin) qui les accompagne est dans un mood plus ambient. La répartition des rôles n’est pas précisée mais on se doute que les plages plus apaisées (on peut même y entendre des bruits d’eau) leur sont attribuables.
    La voix de Réka (...)

  • Tyto - 未来 MIRAI

    Si Beppe Scardino, le multi-instrumentiste à la manœuvre ici est visiblement une figure courante de la scène jazz péninsulaire, ce premier album en tant que Tyto n’est vraiment jazz pour autant. Tout au plus peut-on dire que la relative complexité et densité montre un savoir-faire assez étendu. On peut en trouver des traces, notamment dans les climats tortueux de Minore.
    Mais Scardino est aussi (...)

  • Tachycardie – Nouvelles et Anciennes Pratiques de Cartographie (...)

    En photographie, la macro est un peu à part et permet souvent de déterminer des structures abstraites à partir de choses bien réelles, simplement par la magie du changement d’échelle. Si certains artistes ont appliqué ce principe à la musique via le microsampling (The Field notamment), d’autres utilisent le field recording, touchant à ce qu’on appelle la musique concrète. C’est cette dernière voie qui (...)

  • Niton – Cemento 3D

    Encore un disque d’expérimentations électroacoustiques et encore une fois, une plongée étrange qui intrigue mais n’irrite jamais. Quand deux musiciens italiens, Luca Xelius Martegani et El Toxyque, flanqués du violoncelliste suisse Zeno Gabaglio se réunissent à l’occasion d’une ‘jam drone’ (chacun a sa façon de se détendre), le résultat leur plait tellement que Niton se forme dans la foulée.
    Une version (...)