Accueil > Musique > 2006 > Final Fantasy : He Poos Clouds

Final Fantasy : He Poos Clouds

lundi 28 août 2006, par Marc


Parce que ça ressemblait dans l’économie de moyens à ce qu’on avait vu d’Owen Palett tout seul sur scène un jour de mai 2005 en première partie d’Arcade Fire (dont il est l’arrangeur et le violoniste, si ça c’est pas de la référence en acier trempé...), on a cru que le premier album de Final Fantasy (Has a Good Home, enregistré en quelques jours par son groupe à lui tout seul) représentait ce qu’il était et voulait.

Puis on écoute celui-ci et on se dit que non, ce n’était finalement qu’un galop d’essai. Car ce qui frappe d’emblée, c’est la densité et la complexité de ce deuxième album. Si le premier album montrait d’encourageantes dispositions, seul l’inusable (pas à force d’avoir essayé pourtant) Song of Win And Regine est repassé par les oreilles. Celui-ci par contre devrait repasser dans son intégralité.

Piano, violon, batterie et voix. Nooon, ne partez pas. On n’est pas dans la musique de chambre, c’est bien trop accrocheur pour ça. Et puis c’est chanté et l’énergie dégagée est importante si on exclut le plus reposé dernier morceau.

Les mélodies sont parfois aussi touffues que sur le premier album, mais la plage titulaire par exemple est d’un tout autre calibre. Les ruptures sont franches, tout est emporté sur le passage, la voix se fait tour à tour caressante et glavanisante.

Finalement, peu de choses dans la musique contemporaine ressemblent à ça (à ma connaissance du moins). Peut-être une madeleine de Proust à la Lovers des Lengendary Pink Dots. Mais ici c’est plus acoustique, et les résidus d’électronique années ’80 sont absents.

Certains morceaux réclament une certaine habitude de la musique hors des sentiers battus (Song Song Song et ses percussions) même si la mélodie ne part jamais en déliquescence. Et puis les riffs (ça se dit ?) de violons sont assez accessibles donc on n’en ressort pas éprouvés. Il y a en fait plusieurs morceaux dans ce titre à tiroirs.

L’apaisement peut venir d’un piano impeccable. C’est le parfait This Lamb Sells Condos. La musique est facile et c’est trop intense (et rapide, dans ce cas) pour être vraiment gentil. C’est ce qui sauve Final Fantasy du joli (c’est souvent trop complexe) ou du sirupeux dans lequel se vautre parfois Divine Comedy. Même les choeurs de la fin n’arrivent pas à ternir l’ensemble. On se doute que c’est Arcade fire qui crie sur le fond de Many Lives->49 Mp. L’intrusion de ces voix barbares en fond ne détonne pas dans cette musique à la lisière du classique, voire de la musique de film (If I were a carp). Et je n’arrive même pas à trouver ça prétentieux ou aride.

Au long de tout cet album sur lequel plane l’ombre tutélaire de Scott Walker, Owen Palett laisse éclater au grand jour son talent de compositeur et d’interprète. Décidément, Montréal n’a pas fini de nous abreuver de perles. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Metric – Fromentera

    Il est troublant de noter le retour de Metric quelques semaines après celui de Stars. On associe mentalement les deux groupes de Toronto parce qu’ils sont contemporains, que les chanteuses ont toutes deux participé à des albums de Broken Social Scene et surtout parce qu’ils ne nous ont jamais vraiment déçus.
    On sait tout de suite qu’on ne le sera pas cette fois-ci non plus grâce à Doomscroller. Leur caractéristique, c’est la tension de toute façon et elle est bien là. Ajouter des beats sans tomber (...)

  • Spencer Krug - Twenty Twenty Twenty Twenty One

    Même s’il y a eu quelques années fastes, même Jean-Louis Murat ne se montre pas aussi productif que Spender Krug. Lui qu’on a croisé avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lake et Moonface avec ou sans Siinai officie depuis l’an passé aussi sous son propre nom. Fading Graffiti n’avait pas laissé un souvenir impérissable. Mais connaissant le bonhomme, on savait qu’il ne faudrait pas attendre longtemps pour qu’il nous revienne en meilleure forme. Et disons-le d’emblée, c’est le cas ici
    Sans doute que le (...)

  • Stars – From Capelton Hill

    On a toujours eu besoin de Stars. Que ce soit conscient ou non. Ce n’est pas un appel impérieux, non, mais chaque livraison nous fait replonger. Issus de la grande vague canadienne du début du millénaire, ils s’en distinguaient un peu en tempérant l’indie héroïque du temps par une pop rêveuse mais toujours directe.
    C’est quand ils chantent tous les deux qu’on a leurs moments les plus caractéristiques. Et on aime cette douceur, cette mélancolie qui enveloppe Back To The End, la très belle mélodie de (...)

  • Arcade Fire - WE

    On ne va pas refaire inlassablement le match mais il faut quand même rappeler que la suite des trois premiers albums qui se sont imposés comme des classiques a vu le super-groupe de Montréal produire un album copieux et inégal qui comportait ses fulgurances puis un exercice plus cohérent mais qui restera comme un point noir de leur discographie. Peu de morceaux surnagent d’Everything Now et la très Abba-esque plage titulaire est quand même loin des standards de ce qu’on a aimé chez eux. Ils (...)