Accueil > Critiques > 2006

Camille Live Au Trianon

lundi 28 août 2006, par marc


C’est maintenant une tradition bien établie dans la chanson française : dès qu’un artiste connaît un succès, un live (toujours DvD et parfois CD) vient entériner sur scène la réussite de l’album. S’il est bien quelqu’un qui a fait du chemin depuis un ou deux ans, c’est bien Camille. Les concerts se réservent longtemps à l’avance. Même si ici ont visiblement été gommées les nombreuses interventions (selon les témoignages de spectateurs de ce soir-là) non purement musicales.

La question légitime qu’on peut se poser à l’écoute de Le Fil est de savoir si ces performances sont aussi convaincantes. La réponse est sans conteste : Oui. Certains morceaux gardent leur mélancolie tenace (Baby Carni Bird, Pâle Septembre, Pour que l’Amour Me Quitte), certains se révèlent même d’une émotion rare comme sur Mon Petit Vieux ou Elle S’En Va. On réalise que la maîtrise et la sobriété lui vont si bien. Et puis la voix est vraiment assurée et ne perd rien de son attrait ou de son charme en sortant du studio. A l’inverse, les singeries comme la seconde partie de Vous semblent tout à fait gratuites et se révèlent horripilantes. L’originalité est suffisamment présente sur tous les morceaux pour ne pas avoir besoin d’en rajouter. Même remarque pour le manque de clarté de certains morceaux comme Le Sac Des Filles. Dans le même ordre d’idées, j’ai toujours trouvé Ta Douleur pénible (au sens littéral aussi, je suis compatissant) mais cette version comporte une basse qui fait quelque peu passer la pilule.

Car c’est la bonne surprise, en plus de ses copains de Saïan Supa Crew venus en renfort et qui font avec leur voix d’intéressantes rythmiques, on trouve un très sobre ensemble basse-batterie-clavier des plus simples et convaincants. Un clavier et une basse remontent bien à propos Au Port ou Baby carni Bird qui se termine comme une version cheap de Massive Attack (ce n’est pas si condescendant que ça n’en n’a l’air). Cette relative sobriété permet à la voix de s’exprimer mais le groove de la basse est souvent le bienvenu. Ou alors c’est un simple clavier qui appuie Pour Que L’Amour Me quitte. Les écueils de l’orchestration exagérée et du unplugged terne sont donc évités de bien belle façon. On prend donc un véritable plaisir au Fil (gag) des écoutes, ce qui n’était pas gagné à la première écoute de Le Fil...

Si ce dernier album vous a plu, la quasi-intégralité s’y retrouve et vous permettra de bénéficier de versions à la fois plus simples et plus directes. Les 21 titres vous permettront peut-être de combler vos lacunes du premier album (Les Ex, 1-2-3). Dans tous les cas, cette artiste se doit d’être découverte et ce concert est une fort opportune façon de se remettre à jour. (M.)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Trotski Nautique - Le Meilleur de A-Bas

    En musique, il est courant que les mots changent de sens. ’Pop’ ne signifie plus la même chose aujourd’hui qu’il y a 50 ans. Pareil pour ’alternatif’ qui a fameusement dévissé depuis les années ’80. Dans la démarche, ce qu’on entend chez Trotski Nautique (formidable nom...) est à placer dans cette filiation, même si les guitares maladroites ne sont pas de sortie.
    Sur le papier, c’est proposé (peu (...)

  • Françoiz Breut – Vif !

    Reconnaissable entre toutes, la voix de Françoiz Breut continue à nous faire voyager. Elle est tellement particulière et familière à la fois qu’elle peut s’accomoder de bien des contextes. On avait apprécié les atours plus synthétiques du Flux Flou de la Foule et cet album-ci se place dans cette lignée. Il faut dire que c’est la même équipe qui l’entoure, à savoir le claviériste Marc Mélia, le guitariste (...)

  • Nicolas Jules – La Reine Du Secourisme

    Jusqu’où s’arrêtera-t-il ? Practice makes perfect, tel est le dicton dans une langue non pratiquée par Nicolas Jules. Mais force est de constater qu’il le met en application avec un rythme de publication quasi annuel qui voit son œuvre se polir et se distinguer. Il se situe pour cet aspect-là dans le sillage du regretté Murat.
    Une musique n’est pas parfaite quand il n’y a rien à ajouter mais quand il (...)

  • Beyries - Du Feu Dans Les Lilas

    Honnêtement, on l’a vu venir cet album. Inconsciemment, on l’a espéré aussi. Si Encounter avait vraiment plu, c’est le seul titre en français qui avait le plus marqué. On avait retenu le nom, et le temps a passé. Quand Du Temps a été lancé en éclaireur, l’échine s’est serrée immédiatement.
    On avait détecté sur l’album précédent une tendance à produire des morceaux soyeux mais occasionnellement lisses, c’est (...)