Accueil > Critiques > 2006

Cecilia::Eyes : Echoes From The Attic

lundi 28 août 2006, par marc


Groupe hennuyer, Cecilia::Eyes propose ses premières compositions sur ce EP. S’il s’agit bel et bien d’un mini-album essentiellement post-rock, l’introduction du premier morceau fait penser à du Placebo. Ce qui n’est pas obligatoirement un gros mot. C’est en tous cas ici suffisamment enlevé pour que le tout puisse rester instrumental.

C’est avec le second morceau (Goodbye The Sky) qu’on en vient à penser à Explosions in The Sky. Les mêmes cassures rythmiques, les guitares suraiguës, tout nous ramène chez les modèles texans et cette influence traverse tout l’album. Mais le niveau mélodique se doit d’être fort bon pour soutenir la comparaison. Fort heureusement, c’est le cas ici. La limpidité est au rendez-vous. C’est le paradoxe de cet EP : le niveau est élevé et surtout le reste quelles que soient les circonstances mais l’existence d’antécédents aussi flagrants interpelle.

Le titre Play s’embarque dans des paysages rythmiques plus inhabituels pour les traditionnelles slow-fast-slow-fast du post-rock. Encore une fois, la concision du morceau permet de maintenir intact l’intérêt. Il existe aussi une version de The Airscrew Part.1&2 avec une voix. Même si elle est jolie, on a du mal à l’appréhender autrement que comme un dispensable gadget. On pense à une version soft de Liz Fraser (Chanteuse des Cocteau Twins qui a récemment collaboré avec Massive Attack ou Yann Tiersen). La musique telle que la pratique Cecilia eyes pour le moment n’a pas besoin de cet artifice. Surtout que l’émotion demanderait soit plus de bizarrerie (une voix à la Alison Shaw des Cranes) soit plus d’intensité (Miranda Sex Garden). On sent de plus que le morceau a été composé pour être instrumental, qu’il a sa structure propre. On ne pourrait pas prendre The Airscrew Part.1&2 instrumental (morceau au demeurant réussi) pour la version Karaoké de l’autre.

Par pure cruauté mentale, je l’ai soumis au crash-test ultime : la juxtaposition avec les modèles. Et sauf à considérer des moments qui sont même inaccessibles à Mogwai (comme First Breath After Coma ou The Moon Is Down qui font partie de ma play-list idéale toutes catégories confondues), on ne ressent pas de choc, ce qui est une preuve patente de réussite. Reste l’indéniable antériorité.

Ne perdons pas de vue le côté inhabituel de ce qui est critiqué ici, c’est-à-dire un premier EP autoproduit d’un groupe amateur. Vu sous cet angle-là, la qualité de l’interprétation et la production imposent le respect. De même, les morceaux restent souvent sinon courts, du moins d’une longueur raisonnable. Je vois cette volonté de ne pas délayer les compositions comme une preuve de maturité. Aucun morceau ne lasse dès lors.

Il faudra donc tuer le père pour reprendre de la psychanalyse de comptoir. Couper le cordon ombilical si le champ lexical de la médecine est plus doux à vos oreilles. Mais les incursions notamment plus noisy permettent d’entrevoir de belles perspectives. Ces six titres tiennent parfaitement la route et l’essai est donc très encourageant. Je vous convie donc à prêter une oreille moins que discrète sur Cecilia Eyes. (M.)

    Article Ecrit par marc

P.-S.

Pour commander le Cd ou tout autre renseignement :
http://www.ceciliaeyes.be/

Répondre à cet article

  • Séance de rattrapage #121 - Carmen Sea, Chris Garneau, Chistine (...)

    Carmen Sea – Sorry (EP)
    Parmi les inspirations étranges, le quatuor parisien Carmen Sea en a une qui détonne. Cet EP est en effet basé sur un accident routier qu’ils ont subi un soir de retour de concert. Ils s’en sont sortis indemnes et avec une énergie qui les a poussés à relater tout ça sur cet EP. Enfin, quand on dit ‘relater’ tout est relatif parce que la musique est essentiellement instrumentale. (...)

  • Explosions in the Sky - End

    Même si tous les styles et mélanges potentiels coexistent actuellement, force est de constater que certains ont perdu de leur vigueur. Très présent en nos colonnes il y a plusieurs années, le post-rock s’est fait plus rare. Et pas à cause d’un revirement de nos goûts, c’est l’offre qui s’amenuise. L’effet positif sans doute, c’est que les sorties ont plus de chances de se singulariser. Comme par exemple (...)

  • Sigur Rós - Átta

    Avis important pour les artistes : si vous comptez entamer un hiatus, arrangez-vous pour le faire après un bon album. C’est la bonne idée de la formation islandaise qui nous avait laissés en 2013 sur l’excellent Kveikur. Depuis, on savait le projet un cocon, notamment avec le départ de certains membres. Evidemment, on avait suivi les aventures solo du chanteur Jónsi Birgisson mais rien n’indiquait (...)

  • Bravery In Battles - The House We Live In

    Même si c’est contre-intuitif parce que le post-rock est essentiellement instrumental, le style a souvent été engagé. Entre les revendications de Godpeed You ! Black Emperor et la protection de la Grande Barrière de Corail de Selfless Orchestra, les exemples abondent. Le collectif parisien Bravery in Battles est présent sur le combat environnemental comme en témoigne la copieuse musique du film The (...)

  • Factheory – Serenity In Chaos

    On avait déjà évoqué les musiques cold comme étant le pendant musical du cinéma de genre. Le groupe belge revendique d’ailleurs un statut d’artisans et d’amateurs dans l’acception de ceux qui aiment. Et on ne pourrait être plus exact. Mais n’allez pas en conclure que le résultat fleure l’amateurisme, ce n’est vraiment pas le cas parce qu’après une poignée d’EPs dont un qui avait capté notre attention, (...)

  • Peritelle - l’Ampleur des Dégâts

    Alors que les dossiers de presse font état d’un album qui n’existe que dans la tête de ceux qui le défendent, il est difficile de faire mieux que Un album de la presque-maturité où la mélancolie succède presque au second degré... Cela risque d’en faire pleurer plus d’un·e !
    Cette laconique présentation met le doigt sur ce qui fait la spécificité de Peritelle, ’presque’. Parce que c’est dans ces (...)

  • Isbells - Basegemiti

    Isbells avait toujours été associé avec une formation comme Marble Sounds. Les deux groupes ont partagé certains membres et étaient sociétaires du même et attachant label Zeal Records et pratiquaient des genres musicaux similaires. Si Marble Sounds a continué sur la même voie jusqu’au dernier album en date, Isbells semble prendre la tangente. Ils ont donc changé de label, de management et même de (...)

  • La Jungle – Blurry Landscapes

    S’il en est qui ne semblent jamais s’arrêter, ce sont bien les deux turbulents Rémy Venant et Mathieu Flasse. On se remet à peine d’Ephemeral Feast que voici déjà son successeur. Il faut dire que ces deux album ont été tous deux composés pendant les confinements. Un simple album de plus alors ?
    Pas vraiment parce qu’il y a ici une composante visuelle. Ils ont eu en effet l’idée de proposer à dix (...)