Accueil > Musique > 2005 > Oasis : Don’t Believe The Truth

Oasis : Don’t Believe The Truth

samedi 26 août 2006, par Fred


Difficile de critiquer objectivement un album d’Oasis. Adulés outre-Manche, considérés comme des grandes gueules notoires et insupportables dans le quasi reste du monde, on pourrait vite prendre cette critique comme de la méchanceté gratuite. Et je dis ça avant même d’avoir commencer l’écoute, ce qui prouve bien les a priori (ça va être mauvaaaaaaiiiis..). Je vais donc être le plus objectif possible mais bon, à l’impossible....

Bon, un album d’Oasis on sait bien à quoi ça doit ressembler : 1/3 de Beatles, 1/3 de Who, 1/3 de classiques du rock. Et ici, en tout cas pour moi, les références sont un peu plus récentes. En fin, jugez par vous même en lisant ce qui suit.

Ca commence mollement avec Turn Up the Sun qui rappelle beaucoup l’album Morning Glory. Vient ensuite Mucky fingers avec son côté noisy faisant penser à des Stooges endimanchés.
Lyla, le single, prouve qu’effectivement on peut faire des chansons ne comptant que 4 accords (j’exagère à peine) et que les Gallaghers n’ont de leçon à recevoir de personne côté énergie et surtout pas de Hives... je déconne bien sur.

Love like a bomb quant à lui me laisse sans voix tant il est anodin, The importance of being Idle sonne comme les Dandy Warhols sous prozac et The meaning of a soul vous ferra probablement taper du pied avant que la répétition du riff de 2 accords vous laisse pantois. Et l’on se demandera à une moment ou un autre : "Mon dieu mais combien d’orgueil faut-il pour oser sortir des morceaux pareils et espérer être considéré comme le plus grand groupe du monde ?"

Etrangement, les perles aparaissent parfois où on les attend le moins : Guess God Thinks I’m Albei et Part of the Queue se laisseront bien réécouter une fois ou l’autre quand j’aurai rayé le reste du disque... de mes playlists.

Reste alors 4 morceaux sur ce disque : Keep the dream alive et A bell will ring dans le pur style Oasis, alliant grosse guitares et batteries molles. Let There be love au piano cherche à toucher le public-cible "Beatles" mais la rate mais par contre offre un chouette morceau pour des slows bien sucrés. On pensera d’ailleurs au désormais classique "Don’t look back in anger" à son écoute.

On termine enfin avec I can See it Now, un festival de guitares, comme une caricature de Pixies et de leur River Euphrates. Finalement on oublierait presque qu’on écoute Oasis et on doit bien admettre que c’est assez sympa.

Bon maintenant l’heure des comptes : 3 morceaux intéressants sur 12 font-ils de ce disque le disque de l’année et d’Oasis le plus grand groupe du monde ? Certainement pas. Cela rend-il l’écoute de ce disque indispensable ? non plus et de toutes façons, ne vous inquiétez pas, avec leur grandes g..., les frères Gallagher ne manqueront pas ressortir des albums qui avec un peu de chance seront bien meilleurs que celui-ci. Passez donc votre chemin l’esprit en paix et retourner écouter les indispensables en prévision des festivals de cet été. (F.)

Article Ecrit par Fred

Répondre à cet article

  • Foals – Life Is Yours

    Depuis un certain temps, chaque sortie de Foals suscite un peu de curiosité et on se promet de passer notre tour si ça ne nous inspire pas. Et depuis longtemps, on n’est plus séduits mais toujours assez pour formuler un avis. On avait quitté la formation anglaise sur un double album qui étrangement ne lançait pas les idées nouvelles que le format laissait espérer.
    Jamais désagréable, toujours bien propre sur soi et bien exécutée, la musique de Foals manque de plus en plus de personnalité. Ils semblent (...)

  • The Smile – A Light For Attracting Attention

    Sans vouloir manquer de respect aux autres membres de Radiohead, lesquels sortent même sous leur nom des albums charmants, Thom Yorke et Johnny Greenwood sont tout de même au cœur du processus artistique de la formation d’Oxford. Un artiste qui tente le solo, c’est dans l’ordre des choses. D’ailleurs, Yorke produit de très convaincants albums solo quand Greenwood connait un vrai succès avec ses musiques de film avec deux nominations aux Oscars à la clé. Mais que les deux forces vives d’une formation (...)

  • Maxwell Farrington et Le Superhomard - I Had It All (EP)

    Parfois il faut faire un pas de côté, prendre un peu de recul pour que les choses apparaissent sur un jour nouveau. Certes, le temps avait manqué pour vous parler de Once qui marquait la rencontre entre le chanteur australien installé en Bretagne et le musicien et producteur français Le Superhomard (Christophe Vaillant pour l’état civil), mais l’album avait plu, récoltant un beau succès critique.
    Et puis on écoute Dewaere dont il est aussi le chanteur et on se dit que ce mélange de crooner et de rock (...)

  • Black Country, New Road – Ants From Up there

    On avait vu passer au loin le buzz de Black country, New Road l’an passé, saisissant au vol quelques morceaux tous dignes d’intérêt. Cette fois, on ne voulait pas passer à côté. Mais on est passé à côté.
    Ils aiment les angles, c’est de l’art-rock dans ce qu’il a de plus revigorant et d’usant aussi. Moins héroïques que leurs cousins canadiens au rang desquels on compte les projets tordus des songwriters d’exception à (Sunset Rubdown, Swan Lake, Silver Mt Zion et autres...), ils en partagent pourtant (...)