Accueil > Critiques > 2006

Hot Chip : The Warning

mardi 29 août 2006, par Seb


Attention le nouvel album de Hot Chip arrive. Pas d’inquiétude ce n’est pas de la musique d’Amiga 500 mais celle d’un petit groupe d’Outre-Manche qui se perd entre pop et electro pour résumer.

Connu du grand public grâce au hit que l’on a entendu encore et encore (Over and Over), Hot Chip se révèle plus calme dans l’ensemble.
Si la première plage effraie, c’est normal. L’introduction en rebutera plus d’un. Un beat ultra breaké assez agressif contraste drastiquement avec les voix (op)posées. Quelques passages sans percussion rendent le tout presque digeste. Bref tout ceci n’est guère représentatif de la suite. De fait on nage par la suite dans des rythmes assez légers, bouclés, limite un peu trop simplistes nappés de mélodies gentillettes. Des clochettes rappellent parfois les carillons qui tournaient au dessus de nos têtes lorsqu’on était bébé (Cfr Colours, Look after me ou Won’t Wash). Tout ceci est toujours supporté par une voix féminine (et parfois masculine) qui donne aux morceaux tout leur sens. On assiste néanmoins à quelques soubresauts des bpms avec Boy From School ou Arrest Yourself mais n’y cherchez pas le futur dance floor killer.

Musicalement et techniquement, pas de révolutions à l’horizon. On est plus en présence d’un album d’une bande de potes qui s’amuse sans chercher la complication. Néanmoins la sauce pop/electro prend bien mais j’avoue me lasser avant la fin de l’album.

Toutes ces bases sont surtout le terrain propice aux remixeurs du genre pour s’en donner à coeur joie comme DFA (comme par hasard) avec Just Like We, Erol Alkan avec Boy from School ou bien encore le très bon Solid Groove remix de Over and Over.

Bref, un album à savourer au coin de la piscine un cocktail maison à la main, après un nuit qui s’est terminée aux aurores. (Seb)

    Article Ecrit par Seb

Répondre à cet article

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)

  • Jonas Albrecht - Schrei Mich Nicht So An Ich Bin In Trance Baby

    Si ce n’est pas trop visible pour le lecteur, certains distributeurs participent beaucoup à la ligne éditoriale. Parmi eux, Five Roses tient la pole position. Si l’éclectisme est remarquable, une des constantes est la présence d’artistes qui manipulent la percussion comme matière première. Dans un passé récent, on a eu le dernier Peter Kernel, la claque de Parquet et tous les projets d’Anthony Laguerre (...)

  • Parquet – Sparkles & Mud

    Alors que la technologie tente depuis très longtemps d’avoir des équivalents numériques à tous les instruments qui existent, la démarche de certaines formations va dans le sens opposé. Certes, c’est parfois anecdotique quand certains se présentent comme fanfare techno (Meute) mais dans le cas qui nous occupe, la force de frappe est indéniable.
    Parquet a été fondé en 2014 par Sébastien Brun qui a déjà (...)