Accueil > Critiques > 2006

Le Fils De Jack : Tout Le Monde Est Fatigué

mardi 29 août 2006, par Marc


Il faut peu de choses pour mettre un critique en joie. L’envoi d’un album de la part d’un groupe par exemple est un motif de satisfaction. Même si la chanson française est un peu le parent pauvre de ce site, on va s’attarder sur ce jeune groupe français.

Lancé par des premières parties de Mickey 3D notamment, Le Fils de Jack bourlingue en ce moment un peu partout dans l’hexagone. S’ils passent par notre plat pays, nous irons à leur rencontre. Tout d’abord, un groupe de Rock français qui ne sonne pas comme un groupe anglais ni comme Noir Désir, c’est suffisamment rare et intéressant pour être signalé.

Par contre, Mickey 3D reste une référence incontournable pour le côté rock de France. Mais si le registre musical est souvent fort proche (Les Bonnes Manières mènent à l’Ennui), il n’y a ni l’aspect ’le-monde-est-foutu-tout-est-atroce’ ni les inflexions vocales du droopy stéphanois et c’est pas dommage.

Pour la chanson française, la voix est une des composantes essentielles. Dans le cas qui nous occupe, elle est parfois affectée (Triste Romance), évoque aussi nettementBenjamin Biolay (frappant sur La Rage) ou encore paraît incongrue sur l’introduction de Je n’Irai Plus Au Bal puisque celle-ci ressemble nettement au Placebo du premier album éponyme.

C’est le balancement entre le premier et le second degré qui déconcerte aussi parfois d’un morceau à l’autre. De la rage rentrée digne de Miossec sur Trop Tard à l’ambiance barrée de Le Capitaine de Soirée (le Bob français ?) en passant par la comptine sortie du bestiaire de Dionysos, tout le spectre y passe, quitte à risquer de laisser dubitatif sur le morceau Les Filles Aux Ongles Carrés.

Difficile d’éviter les comparaisons, j’espère simplement qu’elles vous auront aidé à vous faire une idée et à vous encourager à ce frotter à cette descendance de Jack. Les figures tutélaires ne manquent pas et c’est souvent normal pour un premier album. L’avenir nous dira si l’émancipation est possible. Au vu de certaines particularités comme l’orgue qui est particulièrement bien employé sur la première partie de l’album et sachant qu’ils ont un talent d’interprétation certain, on attend la suite avec impatience. (M.)

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Auren – Il s’est passé quelque chose

    Il y a des albums qui donnent envie d’en savoir plus. Alors on cherche longtemps pourquoi on aime ça et on ne trouve pas vraiment. Reste cette évidence, Auren nous fait une très belle proposition de pop en français et on se contentera de ça. Apprécier est mieux que comprendre après tout.
    C’est via ce duo avec Jeanne Cherhal (c’est en-dessous) qu’on avait eu vent de cet album et on le retrouve avec (...)

  • Bird Voices - Mirage

    Si le hip-hop est hégémonique, ce n’est pas la seule voie pour mêler écriture et musique comme le confirme brillamment le duo de Montpellier sur son premier album. Ce qu’on peut dire tout de suite est qu’on apprécie cette poésie naturaliste. Il est toujours difficile de dire précisément pourquoi. C’est entièrement au premier degré mais jamais sentencieux et musicalement, ces vignettes se distinguent (...)

  • Nicolas Jules – Carnaval Sauvage

    On vous voit, ceux qui forcent leur originalité, les as du marketing, ceux qui copient en moins bien. Et Nicolas Jules n’est pas dans votre camp. On lui donnait par boutade rendez-vous à cette année en parlant du très bon Yéti et il a tenu parole. Si on avait tout de suite apprécié les deux albums précédents, celui-ci marque encore plus sa singularité et se présente comme plus qu’une confirmation. (...)

  • Garden With Lips - Magnolia

    La transitivité simple qui veut que les amis de nos amis soient aussi nos amis connait certes quelques ratés mais reste une base solide. C’est lacollaboration avec Centredumonde sur un bel EP qui nous avait signalé Garden With Lips et l’occasion est belle de se frotter à un album complet. Surtout que comme on va le voir, la découverte est de taille.
    On commence par un instrumental languide, que (...)