Accueil > Critiques > 2006

Junior Boys : So This Is Goodbye

mercredi 30 août 2006, par Marc


Parfois un album nous enchante ou nous énerve et on écrit beaucoup. Parfois il nous laisse froid et particulièrement sans voix. Je l’ai écouté. En entier. Plusieurs fois. Donc j’en parle parce que c’est nouveau. Il ne faut pas toujours chercher des raisons philosophiques compliquées à la rédaction d’une critique.

Car tout ici peut m’énerver potentiellement, le down-tempo bloub-bloub années ’80, la voix fluette et lassée, le rythme qui ne bouge pas (vous allez éviter la critique track-by-track, tout se ressemble trop), la déprime de la musique de supermarché que seuls des maniaques remarquent.

Les premiers morceaux sont trompeurs. On imagine qu’on va avoir droit à quelques moments plus rapides ou denses mais ce n’est pas le cas. Rendez-nous The Knife.

Une des qualités que j’apprécie dans la musique est l’intensité. Visiblement ce n’est pas le cas de tout le monde. Ce n’est pas de l’imprécation cruelle. C’est juste un constat. Ici, les climats s’installent mais je ne conçois pas de concentrer mon attention. Si vous cherchez juste une musique calme, pas énervante parce que vous ne supportez pas le silence au moment de prendre un bain moussant après une dure journée de labeur.

En musique électronique, j’ai récemment découvert une difficulté à appréhender la lenteur (Roÿksöpp, Kelley Polar, le dernier Matthew Herbert) même si Massive Attack ou Nathan Fake par exemple arrivent à créer des climats variés et prenants. Donc, c’est typiquement un truc qui aurait pu m’ennuyer et à ce titre c’est incontestablement un must. De l’emmerdement chic à souhait. Approuvé par Pitchfork en plus. De là à vous le déconseiller, il y a un pas que je ne franchirai pas vu que c’est plus le style mou qui me pose problème que les qualités sonores intrinsèques. Est peut-être assez efficace en fond sonore en fait. J’essaierai. (M.)

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Bitter Moon & After 5:08 – Berlin Kinder

    On vous avait dit en son temps à quel point on appréciait l’electro un peu vintage du duo suisse Bitter Moon. On dirait que le duo After 5:08 (Aloys Christinat et Matthew Franklin) qui les accompagne est dans un mood plus ambient. La répartition des rôles n’est pas précisée mais on se doute que les plages plus apaisées (on peut même y entendre des bruits d’eau) leur sont attribuables.
    La voix de Réka (...)

  • Tyto - 未来 MIRAI

    Si Beppe Scardino, le multi-instrumentiste à la manœuvre ici est visiblement une figure courante de la scène jazz péninsulaire, ce premier album en tant que Tyto n’est vraiment jazz pour autant. Tout au plus peut-on dire que la relative complexité et densité montre un savoir-faire assez étendu. On peut en trouver des traces, notamment dans les climats tortueux de Minore.
    Mais Scardino est aussi (...)

  • Tachycardie – Nouvelles et Anciennes Pratiques de Cartographie (...)

    En photographie, la macro est un peu à part et permet souvent de déterminer des structures abstraites à partir de choses bien réelles, simplement par la magie du changement d’échelle. Si certains artistes ont appliqué ce principe à la musique via le microsampling (The Field notamment), d’autres utilisent le field recording, touchant à ce qu’on appelle la musique concrète. C’est cette dernière voie qui (...)

  • Niton – Cemento 3D

    Encore un disque d’expérimentations électroacoustiques et encore une fois, une plongée étrange qui intrigue mais n’irrite jamais. Quand deux musiciens italiens, Luca Xelius Martegani et El Toxyque, flanqués du violoncelliste suisse Zeno Gabaglio se réunissent à l’occasion d’une ‘jam drone’ (chacun a sa façon de se détendre), le résultat leur plait tellement que Niton se forme dans la foulée.
    Une version (...)