Accueil du site > Musique > 90-2002 > Sixteen Horsepower : Hoarse

Sixteen Horsepower : Hoarse

dimanche 25 juin 2006, par Marc


Autant lâcher le mot qui fâche tout de suite : country. Bon, comme ça, les obtus sont déjà partis. Les autres, intrigués probablement, attendent plus, je les comprends. Car de western il n’est jamais question et on est aussi éloigné de Johnny Cash, par exemple, que le plus furieux des Dylan. Country est donc à prendre dans un sens plus général (allez, citons encore Neil Young comme héritier lointain de ce genre, il faut bien l’avouer fort ringard). Car on est ici dans une musique qui n’évoque pas le square dance mais le sud poisseux. La voix de David Edwards n’est pas celle d’un crooner mais celle d’un mystique hanté. Si les accents se font folkloriques (Black lung), ce n’est qu’une respiration entre des pièces plus consistantes, de véritables joyaux d’énergie rentrée, de rage contenue. Il s’agit d’un des groupes les plus intenses qu’il m’ait été doné d’écouter. Trois instrumentistes (un batteur, un chanteur-guitariste-accordéoniste-banjo et un contrebassiste) qui font d’un style ancien quelque chose de fondamentalement neuf, jamais entendu (à ma connaissance).

Le titre choisi est sans doute le plus accessible, puisqu’il s’agit d’un concert de 1998 (année où j’ai eu l’immense joie de les voir à Dour), c’est-à-dire de la conclusion de leur meilleure période. Ils ont sorti d’autres albums, bien sûr, mais plus routiniers ; les deux premiers sont et resteront les meilleurs. On remarque d’ailleurs dans les concerts récents (un joli sold-out à l’Ancienne Belgique au mois d’octobre 2003) que le propos se dilue un peu pour éternellement vibrer sur les plus anciens titres. La meilleure évolution de cette musique est Woven Hand, un groupe dont je vous reparlerai et qui a pour chanteur ce même David Eugène Edwards. L’air de rien, ces chansons vous vrillent lâme, par l’émotion qu’elles dégagent sans jamais tomber dans le kitsch. Il nous viendrait l’envie de se mettre au banjo, c’est tout dire... Et il y a trois reprises ici, dont l’extraordinaire Day of the Lords de Joy Division, dans une relecture stupéfiante. La classe. Rien que ça.( M.)

Article écrit par Marc

Share on Facebook

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0