Accueil du site > Musique > Concerts > Iliketrains : Botanique, Bruxelles, 03/10/2006

Iliketrains : Botanique, Bruxelles, 03/10/2006

mardi 3 octobre 2006, par Marc

Mission accomplie. Brrr


Comme vous n’y étiez pas, il faut bien que je vous raconte. C’était il y a deux heures, c’était pas très loin. Mais trève de plaisanteries, j’ai assisté à un bien bon concert.

Si l’album de Iliketrains m’avait plu, c’est parce que la musique dépend de plusieurs choses. De choix d’abord. Le mélange de cold-wave, post-rock et de guitares brouillardeuses marche et n’est pas si fréquent. De talent de composition ensuite. Ici, il y a queques perles et aucun morceau n’est anodin. Bien sûr, la variété n’est pas la qualité la plus marquante mais la puissance y est. D’intensité d’interprétation enfin. Si l’album permet aux montées de guitares de fonctionner pleinement, qu’en est-il en conditions de direct ?

A y bien penser, cette musique est taillée pour le live. Bien sûr, pas pour une tente à 15h00 en plein mois d’août, mais convient parfaitement à cette Rotonde remplie. Le procédé de débuts en chanson lente rehaussée de guitares aux effets réussis qui dégénèrent en murs de guitare intenses sont parfaitement rendues en concert.

Comme prévu, c’est habillés en contrôleurs que les cinq zouaves débarquent. Ceux qui se défoulent le plus auront tôt fait de se retrouver en chemise serrante et cintrée dans le plus pur style Indie anglais. Des projections de dias et de petites vidéos par le trompetiste (tendez l’oreille, il y en a sur presque tout l’album) installent une ambiance receuillie. Le premier morceau est inédit mais bien dans la veine de ce qu’on trouve sur Progress/reform. Comme tous les groupes pratiquant une musique basée sur les effets de guitare désée et sur des montées presque systématiques, la précision est de mise. Elle est présente ici, avec pour corollaire des versions proches de celle de l’album. Pas grave, puisque les frissons viennent. Ils sont là sur les trois chansons les plus réussies de l’album. Rooke’s House For Bobby est à ce titre exemplaire. Le martèlement de batterie que j’ai tant entendu et qui annonce les 30 seconde finales les plus essentielles de cette année installe une tension qui ne sera pas exactement à la hauteur mais me permettra de ne pas me ramasser en vrac.

Par contre, Terra Nova et Stainless Steel placé en toute fin sont tout simplement somptueux. La structure de ces morceaux est identique mais fonctionne toujours. Ces finaux sont tout ce que j’aime.

Avec un titre plus atypique comme Beeching Report (la montée se fait sur une ligne mélodique à trois voix tenue par la rythmique) en rappel, le concert est bouclé en un peu plus d’une heure.

Voilà. Iliketrains arrive à reproduire sur scène les morceaux de bravoure de l’album. C’est ce que vous devez savoir si Progress/reform vous a plu. Le but d’un concert est de passer un bon moment. C’est exactement ce dont je sors. (M.)

Article écrit par Marc

Share on Facebook

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0