Accueil > Musique > Concerts > Apparat + Judith Juillerat @ Beursshouwburg - 21/10/2006

Apparat + Judith Juillerat @ Beursshouwburg - 21/10/2006

samedi 21 octobre 2006, par Seb

Labelnight Shitkatapult


C’est une basse lourde et oppressante éclaircie par un bruit blanc (comme neige ?) qui entame le live de Judith Juillerat. Les cheveux lisses et le visage fermé, elle accompagne de sa voix douce et feutrée ses rythmiques down-tempo au goût tantôt organique tantôt industriel. Elle réussit à créer une ambiance intimiste un peu trop froide peut-être. Les instruments sont souvent des nappes continues qui vont et viennent au timbre tout droit sorti d’un hiver polaire. Malgré ces racines françaises, on se croirait plus dans les fiords de Scandinavie. Les sons s’éternisent et le public ne peut rester que statique. Un univers en soi mais trop fermé, trop lent, pas assez varié que pour être communiqué dans cette superbe salle dorée du Beurs. La sauce ne prend pas.

Arrive alors sous sa casquette militaire Sasha aka Apparat bien décidé a relevé la barre devant un public plutôt en demi teinte. Il ne faudra pas 30 secondes pour mettre tout le monde d’accord. L’intro impose d’emblée une richesse sonore qui lui est propre et les rythmes electronica vont ensuite se succéder. Le travail des sons est indéniable, sans tomber dans l’inaccessible, et la petite taille de la salle a de la peine à les contenir. La légendaire touche Berlinoise est au rendez-vous. Efficacité et rigueur, on va droit au but. Déchaîné derrière ces potards et son kaoss pad, Apparat aligne montée saturée à outrance mais maîtrisée avec quelques paliers plus calme, histoire de laisser souffler un public conquis.
On est toute fois loin d’un Vitalic (tant mieux car ce n’est pas ce qu’on attend de lui !). Les ambiances sont plus subtiles et l’ensemble s’apprécie sur la longueur.
J’ouvre d’ailleurs une parenthèse sur les opposants au ‘live-laptop’. Sasha nous prouve ici qu’il est possible de réaliser un live vivant et inoubliable en étant seul et sans video.
Le rythme est un peu breaké mais efficace et l’arrangement toujours varié. On aurait même droit à un petit clin d’œil à Ellen Alien. Tout en jouant dans la même cour que pour son Album ‘Orchestra of Bubbles’, il livre ici un travail plus dansant, plus chaleureux. Les effets sont saupoudrés quand il le faut sans jamais tomber dans l’excès et le plaisir qu’il prend sur scène est communicatif. C’est pendant près d’1h15 qu’il nous retiendra au bout des ses commandes, j’en redemande mais mes oreilles veulent une pause. Une petite bière s’impose.

Si vous avez l’occasion de croiser cet oiseau rare prochainement, n’hésitez pas car selon ses dires il changera complètement d’optique pour son prochain album. Il travaillera principalement avec des samples et non plus des synthétiseurs. Bref un tout autre univers en perspective. A suivre…

Article Ecrit par Seb

Répondre à cet article

  • Fanfara Station - Boussadia

    Fanfara Station, c’est le multi-instrumentiste tunisien Marzouk Mejri, le trompettiste américain Charles Ferris, et le producteur/DJ italien Marco Dalmasso. Ensemble, ils tentent de mélanger l’énergie des rythmes et chants du Maghreb avec celle d’un dancefloor. Et ça marche parce que Nagran est un méchant groove rehaussé d’électronique. Mais sans tomber dans le gros beat qui tache. Une performance en soi, un résultat à haute dose énergétique.
    Cet album est majoritairement chanté en Arabe et outre la (...)

  • C’mon Tigre – Scenario

    On connaissait déjà la formation à l’étrange patronyme félin mais on a bizarrement attendu leur troisième album pour vous en parler, sans doute parce que l’équilibre atteint ici nous parle plus. Leur style s’inspire un peu du Jazz mais plus pour l’ampleur et la liberté, le résultat étant souvent ensoleillé.
    Par exemple, Supernatural avec ses soli déstructurés se présente comme point médian entre Portishead et Calexico. Cette dialectique entre soleil et plus de froideur baigne tout cet album et en fait le (...)

  • Giovanni Dal Monte - Anestetico

    Et si on parlait d’un double album de musique électronique largement improvisée ? On est aussi là pour tester des limites aussi, même si ce double album ne vous perdra surement pas. Giovanni Dal Monte a une grande expérience en musique de films (ceux de Bruce LaBruce par exemple), de documentaires et d’expositions d’art et nous propose ici deux volumes pour englober deux concepts, articuler deux arcs.
    Le premier volume fait la part belle au glitch, voire un peu de techno déviante (Komm Tanz Mit (...)

  • I Speak Machine – War

    Les albums ne sont pas toujours ce qu’on en attend. Le titre et la présentation évoquent une violence qu’on ne retrouve pas forcément. La plage titulaire correspond assez pourtant, avec une electro martiale mais pas trop, qui fait forcément usage de sons des années ‘80 mais avec une verve moderne. On peut la situer dans le sillage de choses qui nous ont plu comme Camilla Sparksss ou Jeanne Added. Mais ces deux-là avaient placé leur barre tellement haut qu’il est compliqué de surpasser (surtout pour (...)