Accueil > Critiques > 2006

Susanna And The Magical Orchestra : Melody Montain

lundi 23 octobre 2006, par marc

Des reprises pour déshabiller les morceaux


Qu’est-ce qui se passe, les filles ? Qu’est-ce qui vous déprime comme ça ? Répondez-moi Jana (Hunter), Marissa (Nadler), Sibylle (Baier) ou El Perro del Mar. Ca m’intéresse.

En quoi cela concerne-t-il Susanna et son orchestre magique ? Tout simplement, ces reprises sont empreintes d’une telle mélancolie tenace qu’on ne peut que l’associer à la pléthore de voix féminines non-youplaboum. Mais comme cette fois encore, c’est pour la bonne cause, c’est-à-dire pour faire un bon album, on reportera la question socio-psychologique des raisons du spleen à une autre fois.

Cet album est composé uniquement de reprises dans un style similaire mais différent de ceux d’origine. Je vois que, futés que vous êtes, vous songez tout de suite aux récents exercices de style de Nouvelle Vague. S’il y a des similitudes en effet, la démarche et le résultat varient sensiblement. Loin des délires bossa-easy-listening des Français, les arrangements sont vraiment minimaux. Pas glauques, mais lents, très lents. Un clavier suffit dans tous les cas. Qu’on se rassure, le son n’est jamais identique d’un morceau à l’autre. La voix se trouve donc presque livrée à elle-même. Comme elle est belle et juste, on ne peut que s’en réjouir. Le choix des morceaux aussi est moins restreint puisqu’il déborde largement le cadre de la new-wave pour aborder des titres plus récents (Hallelujah de Jeff Buckley qui lui venait de Leonard Cohen, évitez cependant cette version originale, Enjoy The Silence) ou plus anciens (Don’t Think Twice It’s Allright de Bob Dylan qui avait déjà subi les derniers outrages d’Eric Clapton). Le toujours vert Love Will Tear Us Apart apparaissant comme le seul point commun entre les deux albums. La confrontation directe me convainc que la lenteur inspirée convient bien mieux que l’iconoclaste version ensoleillée.

L’effet produit est une véritable redécouverte des titres connus, puisque les mélodies ne sont pas altérées et que les paroles se retrouvent livrées dans leur plus simple appareil. On plonge donc au cœur du morceau, ce que seuls les mieux écrits peuvent supporter. Le choix à ce niveau se révèle fort judicieux, plus en tout cas que certains morceaux délectables en version originale mais qui n’auraient pas supporté le déshabillage (pensons à Blue Monday de New Order sur Bande à Part)

Encore une fois, les morceaux qui me sont inconnus plaisent plus directement, non perturbés que je suis par les versions originales. These Days ou Crazy Crazy Nights semblent en effet avoir été écrits pour elle. Ce qui est bon signe. On découvre de nouvelles choses avec une joie non feinte.

De par son concept, cet album est cohérent d’un bout à l’autre, même si la langueur pourra en rebuter. Les autres redécouvriront certains morceaux emblématiques et une interprète d’une remarquable sobriété dégageant une humanité et une émotion certaines. Ceci ne sent pas le café enfumé ou le désespoir, juste le plaisir simple de se réapproprier un répertoire en le mettant tout nu.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Michele Ducci - Sive

    Un piano, une voix, voilà ce qui constitue le gros de ce premier album de l’Italien Michele Ducci. Mais il ne fait pas s’y tromper, celui qui était la moitié du groupe electro-pop M+A offre sur cette base un bel album d’une richesse réelle. Et surtout, on capte au passage quelques fort beaux morceaux.
    Notre préférence va sans doute à la simplicité de River qui frappe juste, ou alors au sol plus dense (...)

  • Beth Gibbons - Lives Outgrown

    Si après 15 années de Beak> et 5 albums, Geoff Barrow est toujours considéré comme ’le mec de Portishead’, que dire de Beth Gibbons qui s’est effacée de la vie publique depuis tant d’années ? Cette sortie a donc autant surpris qu’enchanté.
    Fort heureusement, musicalement, ce Lives Outgrown ne tente pas de souffler sur les braises du trip-hop. Et c’est intentionnel. Le résultat est donc moins ancré dans (...)

  • Sarah Mary Chadwick - Messages To God

    Dans une ère où toutes les émotions sont passées sous l’éteignoir d’une production qui lisse, il est plaisant de rencontrer des voix (forcément) discordantes comme celle de la Néo-Zélandaise Sarah Mary Chadwick sur son huitième album solo. On se frotte d’emblée à ce ton naturaliste et direct qui n’est pas sans rappeler Frida Hÿvonen. Frontal donc, d’une sincérité qui peut aller jusqu’au malaise. La dernière (...)

  • Anohni and the Jonsons - My Back Was a Bridge for You to Cross

    Une limitation connue de la critique est qu’elle intervient à un temps donné, dans un contexte. Or on sait que les avis ne sont jamais constants dans le temps. Ainsi si I am a Bird Now a beaucoup plu à l’époque, on le tient maintenant comme un des meilleurs albums de tous les temps, tous genres et époques confondus. Cette proximité crée aussi une attente quand que les Jonsons sont de nouveau de la (...)

  • Solah - Ballades

    On le sait, ce qu’on reprend est moins important que la façon dont on le reprend. Quand on prend connaissance des morceaux présents ici, il faut dire qu’un petit frisson parcourt l’échine. On dira pudiquement qu’ils sont éloignés de l’univers musical dont on cause ici. Il y a d’inoxydables classiques, certes, mais on reste proche des heures sombres de Nostalgie.
    Grégory Duby officie souvent en tant que (...)

  • Theophilus London - This Charming Mixtape

    Si c’est offert, je me sers...
    Le statut de ce Theophilus London est un peu difficile à comprendre au regard de cette Charming Mixtape sortie en ce début 2009. Rapporté comme étant un jeune Mos Def, il semblerait ainsi que ce soit un MC, un vocaliste jammant dans les clubs de Brooklyn, sur des beats composés ou mixés par MachineDrum.
    Et pour ceux qui s’intéresse au style, aux découvertes, aux (...)

  • Frank Riggio - Anamorphose

    The Tobin Replica
    Résumons, j’avais déjà introduit le travail de Frank Riggio dans la critique de son premier album Visible In Darkness l’année dernière, et tenté de décrire son univers, de pister ses influences parmi les Cinematic Orchestra, Bonobo, DJ shadow, et bien évidemment Amon Tobin.
    Si ce premier album marquait encore une certaine distance avec ce dernier, force est de constater que, cette (...)

  • Cat Power - Jukebox

    La danse du chat
    C’est en tentant d’écrire cet article que je me rend compte de la difficulté de parler de Cat Power et du présent album, que je comprends pourquoi Marc y a renoncé. Car de Cat Power se libère un sentiment incertain, un sentiment particulier pour cet album, d’accroche forte et de répulsion qui au final tend peut-être vers le piège de l’indifférence. Ce sentiment ne date pas d’hier, (...)