Accueil > Critiques > 2006

¡Forward Russia ! : Give Me A Wall

mercredi 25 octobre 2006, par Marc

Les mêmes en énervés


Il doit bien y avoir un doseur en chef, un type qui dirige les groupes en décidant des mélanges. On écoute trop de groupes trop proches sauf pour des éléments subtils pour que tout ne soit pas concerté. Blague et paranoïa à part, il est troublant de voir ce que le revival new-wave qui devrait s’éteindre nous fait écouter. La liste est trop longue et déprimante à décliner, mais toutes les combinaisons de new-wave et post-punk doivent être épuisées maintenant. Je pourrais vous dire qu’ici, c’est la tendance à haute énergie, voir carrément punk du revival qui est mise à l’honneur et je pourrais en terminer là. Même voix, même production, même basse, tout a déjà entendu. La folle puissance est la marque de fabrique. C’est un peu court, je vous l’accorde et ça ne suffira pas à étanche ma prolixité, donc je ne vous laisserai pas face à une critique laconique.

On avait vu ¡Forward Russia ! au Pukkelpop et l’impression avait été bonne, même si les compositions nous avaient semblé tout sauf mémorables. On n’écoute pas un album pour confirmer ses préjugés mais dans ce cas-ci la première impression a été la bonne.

On se saisit de l’album et on constate que tous les morceaux ont pour titre un numéro, idée calamiteuse puiqu’ils sont dans un ordre non chronologique (ce n’est pas grave) et que ça renforce d’autant la sensation d’uniformité. Le moins qu’on puisse dire, c’est que ça part fort. Thirteen place un petit synthé, des voix éthérées avant que la section rythmique n’englobe le tout. Le ton est donné, la mélodie est presque suivable. Ils insufflent une énergie juvénile dans des tentatives lyriques eighties. On en peut qu’admirer l’ouvrage bien faite mais la même sensation d’artificiel étreint comme face à White Rose Movement pour reprendre un exemple récent. Le second morceau (Twelve) enfonce le clou, plus direct, dansant et meilleur.

Le reste sera à l’avenant, dense, rentre-dedans. Avec des titres parfois plus sautillants (Seventeen) pas mal. Fallait-il le laisser déraper dans le bruyant ? La question mérite d’être posée vu que ce sont les moments les moins intéressants du morceau. Que dire sinon qu’un synthé discret et efficace (Fifteen pt1) est parfois convoqué en renfort et que Nine est plus ‘pop’ (tout est relatif) avec un refrain plus accrocheur. C’est ce qu’on en retient tout d’abord. Mais tout n’est pas joué avec les doigts dans la prise. Ainsi, Nineteen aussi part plus doucement, comme certains morceaux de I Love Yu But I’ve Chosen Darkness. Mais l’intimité, l’intensité ne s’improvisent pas et ici ça passe moins bien. Un morceau comme Sixteen part aussi d’une manière toute différente, avec deux voix dont une féminine. Le ton se veut plus méditatif. Mais qu’on se rassure, la bonne vieille énergie revient bien vite, on ne se refait pas. La tentation de faire autre chose ne dure donc pas.

Parlons maintenant de la voix qui n’est pas beuglante, c’est déjà ça, mais le chant la fait ressembler à mille choses actuelles, White Rose Movement en tête, en gros, tout ce qui tient du registre affecté lyrique des années ’80. Si au milieu de cette furie maîtrisée ça peut apparaître original, la lassitude (l’irritation) gagne vite à cause de ce ton geignard récurrent.

On ne peut plus jouer du punk ‘classique’ de nos jours, il faut y incorporer une basse new-wave sous peine de paraître hors du coup. Le résultat dégage une pêche vraiment convaincante, ce qui l’est moins c’est le nombre de clones (moins déchaînés, d’accord) et le manque de morceau sortant du lot lasse. Messieurs les Anglais, on a notre quota de groupes disco-punko-new-wavo-revivalistes, on va bloquer les frontières, là…

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Rodolphe Coster and Band – High With The People

    On va être tout à fait honnêtes, on n’avait jamais entendu parler du Bruxellois Rodolphe Coster malgré un parcours visiblement déjà fourni, avec un gros pied dans la musique de danse contemporaine. Mais ce n’est pas le plus important, on a copieusement apprécié cet album immédiatement familier.
    New York est ici un endroit d’enregistrement ici mais aussi un style, avec une forte dose de post-punk (...)

  • Unik Ubik – I’m Not Feng-shui

    Quand on avait entendu Maggie Débloque, on n’avait pas tout de suite succombé. Peut-être que l’idée de s’en prendre (justement) à une ministre démise depuis des lustres ne semble pas l’idée de l’année. Surtout parce que la musique à haute dose d’énergie et de complexité attend son moment. Il est arrivé plus tard, et il est arrivé, et l’album passe d’un coup d’un seul. Parce qu’une fois que l’envie est là, on (...)

  • A Place To Bury Strangers – See Through You

    Comme Animal Collective, A Place To Bury Strangers nous indique que la musique est la rencontre de morceaux et d’un son. Ces morceaux pourraient être traités de façon binaire et être du punk ou du post-punk de consommation courante mais leur traitement en fait autre chose. Alors que toutes les musiques très typées ont tendance à uniformiser leurs représentants, ils ont toujours eu cette propension à (...)

  • Motorama - Before The Road

    Mine de rien, les Russes de Motorama sont arrivés à trouver un style bien personnel, même si les composantes peuvent se retrouver par ailleurs. On l’avoue, la tentation de reprendre intégralement la critique de Many Nights et de mettre à jour quelques titres de morceaux a été grande. Mais si l’honnêteté nous pousse à réécrire un article, on se doit aussi de préciser que ce qui en a été dit à l’époque (...)

  • Projet Marina - Loin des Dons Célestes

    On le répète même si c’est une invitation implicite au remplissage de boîte mail, découvrir les artistes en ligne directe est toujours un plaisir. Et c’est ainsi qu’on a rattrapé avec leur second album le train du duo français.
    Il pratique une musique d’hybridation, entre veine froide électronique des eighties et tentations plus modernes. Mais s’ils revendiquent une inspiration de Tuxedomoon dont le (...)

  • Ultra Sunn - Night Is Mine (EP)

    Vous commencez à nous connaître, vous savez qu’on ne recule jamais devant une petite dose de darkwave bien sentie. Musique de niche et de passionnés, elle garde une étonnante vivacité. Le duo mixte du jour (Sam Hugé et Gaelle Souflet) nous vient de Bruxelles et sort un premier EP sur le label espagnol Oraculo Records et est édité par Jaune Orange.
    Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’ils maîtrisent (...)

  • NinjA Cyborg - The Sunny Road EP

    L’introduction sur leur page Bandcamp est tellement correcte que je m’en voudrais de simplement la paraphraser. “Ce duo pyrénéen dont la passion pour les synthétiseurs analogiques n’a d’égal que leur amour pour le cinéma d’action des années 80, nous livre avec leur premier EP la bande originale d’un nanard action / SF qui aurait pu sortir en 1985, le tout mis en scène à grands coups de Juno 60 et de (...)

  • Hermetic Delight - F.A. Cult

    Il est étonnant de voir à quel point la scène d’influence cold est vivace chez nos voisins du sud. Rien que cette année on a déjà entendu Princess Thailand, Sure sans oublier des formations comme Lebanon Hanover. Sans aller sur des traces aussi batcave, on peut pour partie placer les Strasbourgeois d’Hermetic Delight dans cette mouvance. Au moins pour une part parce qu’il y a aussi beaucoup d’autres (...)