Accueil du site > Musique > 2006 > ¡Forward Russia ! : Give Me A Wall

¡Forward Russia ! : Give Me A Wall

mercredi 25 octobre 2006, par Marc

Les mêmes en énervés


Il doit bien y avoir un doseur en chef, un type qui dirige les groupes en décidant des mélanges. On écoute trop de groupes trop proches sauf pour des éléments subtils pour que tout ne soit pas concerté. Blague et paranoïa à part, il est troublant de voir ce que le revival new-wave qui devrait s’éteindre nous fait écouter. La liste est trop longue et déprimante à décliner, mais toutes les combinaisons de new-wave et post-punk doivent être épuisées maintenant. Je pourrais vous dire qu’ici, c’est la tendance à haute énergie, voir carrément punk du revival qui est mise à l’honneur et je pourrais en terminer là. Même voix, même production, même basse, tout a déjà entendu. La folle puissance est la marque de fabrique. C’est un peu court, je vous l’accorde et ça ne suffira pas à étanche ma prolixité, donc je ne vous laisserai pas face à une critique laconique.

On avait vu ¡Forward Russia ! au Pukkelpop et l’impression avait été bonne, même si les compositions nous avaient semblé tout sauf mémorables. On n’écoute pas un album pour confirmer ses préjugés mais dans ce cas-ci la première impression a été la bonne.

On se saisit de l’album et on constate que tous les morceaux ont pour titre un numéro, idée calamiteuse puiqu’ils sont dans un ordre non chronologique (ce n’est pas grave) et que ça renforce d’autant la sensation d’uniformité. Le moins qu’on puisse dire, c’est que ça part fort. Thirteen place un petit synthé, des voix éthérées avant que la section rythmique n’englobe le tout. Le ton est donné, la mélodie est presque suivable. Ils insufflent une énergie juvénile dans des tentatives lyriques eighties. On en peut qu’admirer l’ouvrage bien faite mais la même sensation d’artificiel étreint comme face à White Rose Movement pour reprendre un exemple récent. Le second morceau (Twelve) enfonce le clou, plus direct, dansant et meilleur.

Le reste sera à l’avenant, dense, rentre-dedans. Avec des titres parfois plus sautillants (Seventeen) pas mal. Fallait-il le laisser déraper dans le bruyant ? La question mérite d’être posée vu que ce sont les moments les moins intéressants du morceau. Que dire sinon qu’un synthé discret et efficace (Fifteen pt1) est parfois convoqué en renfort et que Nine est plus ‘pop’ (tout est relatif) avec un refrain plus accrocheur. C’est ce qu’on en retient tout d’abord. Mais tout n’est pas joué avec les doigts dans la prise. Ainsi, Nineteen aussi part plus doucement, comme certains morceaux de I Love Yu But I’ve Chosen Darkness. Mais l’intimité, l’intensité ne s’improvisent pas et ici ça passe moins bien. Un morceau comme Sixteen part aussi d’une manière toute différente, avec deux voix dont une féminine. Le ton se veut plus méditatif. Mais qu’on se rassure, la bonne vieille énergie revient bien vite, on ne se refait pas. La tentation de faire autre chose ne dure donc pas.

Parlons maintenant de la voix qui n’est pas beuglante, c’est déjà ça, mais le chant la fait ressembler à mille choses actuelles, White Rose Movement en tête, en gros, tout ce qui tient du registre affecté lyrique des années ’80. Si au milieu de cette furie maîtrisée ça peut apparaître original, la lassitude (l’irritation) gagne vite à cause de ce ton geignard récurrent.

On ne peut plus jouer du punk ‘classique’ de nos jours, il faut y incorporer une basse new-wave sous peine de paraître hors du coup. Le résultat dégage une pêche vraiment convaincante, ce qui l’est moins c’est le nombre de clones (moins déchaînés, d’accord) et le manque de morceau sortant du lot lasse. Messieurs les Anglais, on a notre quota de groupes disco-punko-new-wavo-revivalistes, on va bloquer les frontières, là…

Article écrit par Marc

Share on Facebook

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0