Accueil > Musique > 2006 > Tv On The Radio : Return To Cookie Mountain

Tv On The Radio : Return To Cookie Mountain

vendredi 29 décembre 2006, par Marc

Eloge de la modernité


Pourquoi revenir à Tv On The Radio alors que leur précédent ne m’a avait pas exactement retourné ? Parce qu’il ne faut pas nécessairement rester sur un échec et ce que j’avais eu l’occasion d’entendre étaient d’un tout autre niveau. Qu’est-ce qui a bien pu me rendre cet album attirant dès lors ? C’est ce que je vais tenter d’expliquer.

Un des domaines dans lesquels Tv On The Radio excelle, c’est bien le son. Très dense, il est à la fois ce qui attire et déconcerte. Déconcerte parce qu’en cherchant bien, il y a peu de styles musicaux qui ne sont pas représentés. Mais plutôt que les juxtaposer en jouer les montagnes russes, comme Malajube par exemple, ils en empruntent quelques éléments et jouent sur les textures. Pas de couplet-refrain en vue. Dans un morceau comme Playhouses, il y a des guitares années ’90, un rythme presque breakbeat, et une guitare qu’on ne remarque que quand les autres instruments se calment. Même quand il y a peu de choses dans le morceau (A Method), on reste très cohérent avec le foisonnement du reste de l’album. Un morceau s’approche parfois d’un style défini, mais n’y rentre jamais vraiment. A leur échelle, Whirlwind peut même passer pour une ballade. Ils peuvent mêler des rythmes tribaux et une guitare extra-froide tout en agrémentant le début et la fin de claps très Cure première époque (Let The Devil). Ils font leur shopping à travers les époques en n’inscrivant sur leur liste que ce qui pourra servir le morceau.

La présence de David Bowie sur Provinces ne relève pas de l’anecdote. S’il a depuis longtemps prouvé un goût certain en matière de nouveaux groupes (Placebo, Clap You Hands Say Yeah, Arcade Fire, Indochine - celui-là c’est pour rire...), la filiation est ici évidente. Sa voix se fond d’ailleurs parfaitement à l’ensemble. Dans sa longue carrière, lui aussi a pu transcender certains styles. Tente ans après sa trilogie berlinoise, voici un écho du côté de New-York. Tant que j’en suis à la citation, on des albums les plus proches est le premier de Tricky, Maxinquaye, pour le groove sombre.

C’est quand même de la musique pour esthètes, pour ceux qui sont prêts à enlever les couches une par une, pour tirer le meilleur de ces chansons. Si la première écoute est gratifiante, il faut quand même une certaine attention pour en tirer la quintessence. Sans compter que ce n’est pas exactement fredonnable. C’est pourquoi je parlerai d’un certain élitisme. C’est au demeurant le seul reproche objectif, qui n’en est pas un en soi : cet album est juste intrigant à la première écoute. Il devient intéressant à la troisième et addictif à la dixième.

Tv On The Radio
produit de la musique de son temps, qui ne s’embarrasse s’absolument aucun passéisme ou nostalgie. C’est la musique d’un groupe décidé à explorer des champs nouveaux et à faire de la sculpture sur son. Ils ne sont d’ailleurs pas les seuls. On peut établir un parallèle entre ce désir de faire subir les derniers outrages au rock comme Animal Collective et Grizzly Bear l’infligent au folk ou Snowden à la new-wave. Comme chez ces groupes, Tv On The Radio procède par superposition, apparaît comme froid au premier abord avant de révéler son intensité et son humanité après des écoutes où les couches se dissocient les unes des autres. Il y a en sus une réelle puissance. Wolf Like Me restera comme un des meilleurs morceaux récents. Il faut enfin dire que l’interprétation et la production soient à la hauteur. Un peu d’approximation et le tout vire au chaos sonore, et quitte les rayons du rock pour ceux de l’expérimental supportable un jour de fort bonne humeur.

Voilà, ma a-list de cette année est complète maintenant. Je ne pouvais pas manquer cette musique qui fait la synthèse de tellement de choses qu’elle en devient inclassable. Avec en sus une puissance et des compositions hypnotiques qui créent d’authentiques bons morceaux. Il n’y a pas que des groupes passéistes de nos jours, et ce rock certes parfois cérébral est là pour prouver que la modernité peut encore s’incarner.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Unik Ubik – I’m Not Feng-shui

    Quand on avait entendu Maggie Débloque, on n’avait pas tout de suite succombé. Peut-être que l’idée de s’en prendre (justement) à une ministre démise depuis des lustres ne semble pas l’idée de l’année. Surtout parce que la musique à haute dose d’énergie et de complexité attend son moment. Il est arrivé plus tard, et il est arrivé, et l’album passe d’un coup d’un seul. Parce qu’une fois que l’envie est là, on apprécie cette étreinte qui jamais ne se desserre.
    Le chant décalé et choral est dans les canons (...)

  • A Place To Bury Strangers – See Through You

    Comme Animal Collective, A Place To Bury Strangers nous indique que la musique est la rencontre de morceaux et d’un son. Ces morceaux pourraient être traités de façon binaire et être du punk ou du post-punk de consommation courante mais leur traitement en fait autre chose. Alors que toutes les musiques très typées ont tendance à uniformiser leurs représentants, ils ont toujours eu cette propension à se distinguer. Et on a suivi le cours de leur discographie depuis les débuts, même si on a (...)

  • Motorama - Before The Road

    Mine de rien, les Russes de Motorama sont arrivés à trouver un style bien personnel, même si les composantes peuvent se retrouver par ailleurs. On l’avoue, la tentation de reprendre intégralement la critique de Many Nights et de mettre à jour quelques titres de morceaux a été grande. Mais si l’honnêteté nous pousse à réécrire un article, on se doit aussi de préciser que ce qui en a été dit à l’époque s’applique toujours.
    Non, ce n’est pas encore solaire, mais leur façon de distiller de la mélancolie sans (...)

  • I LIKE TRAINS - KOMPROMAT

    Si vous voulez la version courte, ce cinquième album d’I LIKE TRAINS est un des plus percutants de l’année, et ça s’écoute en dessous de l’article. Si vous voulez un peu plus de détail, on peut commencer par un rappel des faits.
    On avait craqué tout de suite pour le groupe de Leeds, pour ce mélange de sons et structures post-rock utilisés dans des morceaux qui reposaient aussi sur la voix de baryton de David Martin. Il y avait ce sens du paroxysme qui vrillait l’âme au casque ou en concert. Il y avait (...)

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)