Accueil du site > Musique > 2006 > CSS : Cansei De Ser Sexy

CSS : Cansei De Ser Sexy

mercredi 27 décembre 2006, par Marc

Deux Singles au-dessus du lot


Pour le webmaster moyen, Css évoque inmanquablement autre chose qu’un groupe de rock. Pourtant, des Brésiliens sont en train de donner un peu de glamour à ces initiales. Cansei De Ser Sexy (littéralement quelque chose comme ’Marre d’être sexy’) est composé de cinq filles et un garçon et a bénéficié d’une hype un rien surestimée. Il y avait d’ailleurs tous les ingrédients pour ça : un casting frais, des paroles arty-trashy-rigolotes et un single irrésistible. Mais ça ne suffit pas à faire un album inoubliable.

Let’s Make Love And Listen To Death From Above est la narration d’une promesse de rendez-vous hot. Musique disco festive et festivale au groove pas exactement latino mais vraiment terrible, c’était condamné au tube et c’est une des réussites de l’année. Le second single a aussi un titre kilométrique (Fuck Off Is Not The Only Thing You Have To Show) mais est plus teinté de mélancolie et de synthés années ’80. C’est également tout bon. Et à part ça ? On navigue sans danger dans les eaux d’un disco-punk balisé. Certes énergique, cette musique manque cruellement d’audace dans sa ralisation et son écriture. Les paroles restent elles parfaitement à la hauteur. De l’ironie vis-à-vis d’une certaine forme d’art moderne (Art Bitch) à d’une manière plus générale la fête et le sexe. Le tout traîté d’une façon effrontée qui ne manque pas de charme. Mais d’un point de vue musical, on est fort loin de la réussite de Love Is All, pour prendre un exemple récent d’un style proche.

L’introduction (CSS Sucks) promettait pourtant beaucoup, ayant presque la valeur d’un manifeste, tout en basses rondes et en guitares qui ne se perdent pas encore dans de vagues clichés punk. Je préfère d’ailleurs leurs moments plus dansants (Musik Is My Hot Sex) à leurs aproximations guitaristiques. Mais le tout est emballé d’une belle énergie, avec une telle envie d’en découdre qu’on ne déplore à aucun moment du cynisme. Cette franchise rend d’ailleurs les moments dansants d’autant plus accrocheurs.

Peut être que le seul problème vient du fait que la qualité des singles rend par contraste un peu faible le reste qui ne démérite pas. Précisons aussi que c’est un premier album, et à ce point de vue le potentiel est bien là. Autant ne pas le cacher, cet album m’a un peu déçu. Il comporte de véritable haut faits mais n’arrive pas à se hisser à cette hauteur sur la longueur.

Article écrit par Marc

Share on Facebook

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0