Accueil > Critiques > 2007

Daan - The player

jeudi 25 janvier 2007, par Fred

Il tourne en boucle depuis quelques semaines....


2004 avait été marqué par de très bons albums, dont Victory de Daan.
Deux années plus tard, il était plus que temps de donner une suite à ce succès, à la fois critique et commercial.

La recette qui avait si bien marché ne change pas et Daan nous propose au long de The Player une série de chansons electro-pop. Pas de retour vers le rock donc pour l’Anversois, ce qui nous convient très bien.

Toutes les plages ont un traitement clairement electro mais à des niveaux différents : celà va des machines à danser sur lesquels on sent déjà nos pieds vouloir bouger (Mirror, Deserter), aux bleuettes electro (OK), en passant par la chansonnette en français (Le vaurien), pour se terminer par deux notes plus sombres et introspectives qui ne sont pas sans rappeler certains Depeche Mode(Mountains fo time, Drama).

On semble parfois friser la pop allemande (Adrenaline, Type-ex) et les mélodies d’Eurovision (Promis-Q : "We have just one dream to reunite") mais Daan arrive heureusement chaque fois à sauver les meubles, soit grâce à des rythmiques inventives, des atmosphères originales ou simplement par son travail sur la voix.

L’écoute de la chansons the Player, et principalement de la partie centrale de celle-ci (de 1:30 à 2:30, avec cette super ligne de trompette), montre d’ailleurs tout le soin et le bon goût apportés à la production .

En parlant de voix, il faut également signaler que les chansons de cette album sont chantées dans 3 langues (si j’ai bien reconnu) : Anglais, Allemand et Français. Le travail sur les intonations est intéressant et ajoute un plus aux compositions.

En conclusion, un album abordable, réjouissant, ludique et dans la lignée Victory. Ne vous laissez surtout pas tromper par le côté kitch de certains morceaux, vous rateriez quelque chose !

    Article Ecrit par Fred

Répondre à cet article

  • Bitter Moon & After 5:08 – Berlin Kinder

    On vous avait dit en son temps à quel point on appréciait l’electro un peu vintage du duo suisse Bitter Moon. On dirait que le duo After 5:08 (Aloys Christinat et Matthew Franklin) qui les accompagne est dans un mood plus ambient. La répartition des rôles n’est pas précisée mais on se doute que les plages plus apaisées (on peut même y entendre des bruits d’eau) leur sont attribuables.
    La voix de Réka (...)

  • Tyto - 未来 MIRAI

    Si Beppe Scardino, le multi-instrumentiste à la manœuvre ici est visiblement une figure courante de la scène jazz péninsulaire, ce premier album en tant que Tyto n’est vraiment jazz pour autant. Tout au plus peut-on dire que la relative complexité et densité montre un savoir-faire assez étendu. On peut en trouver des traces, notamment dans les climats tortueux de Minore.
    Mais Scardino est aussi (...)

  • Tachycardie – Nouvelles et Anciennes Pratiques de Cartographie (...)

    En photographie, la macro est un peu à part et permet souvent de déterminer des structures abstraites à partir de choses bien réelles, simplement par la magie du changement d’échelle. Si certains artistes ont appliqué ce principe à la musique via le microsampling (The Field notamment), d’autres utilisent le field recording, touchant à ce qu’on appelle la musique concrète. C’est cette dernière voie qui (...)

  • Niton – Cemento 3D

    Encore un disque d’expérimentations électroacoustiques et encore une fois, une plongée étrange qui intrigue mais n’irrite jamais. Quand deux musiciens italiens, Luca Xelius Martegani et El Toxyque, flanqués du violoncelliste suisse Zeno Gabaglio se réunissent à l’occasion d’une ‘jam drone’ (chacun a sa façon de se détendre), le résultat leur plait tellement que Niton se forme dans la foulée.
    Une version (...)