Accueil > Critiques > 2007

Daan - The player

jeudi 25 janvier 2007, par Fred

Il tourne en boucle depuis quelques semaines....


2004 avait été marqué par de très bons albums, dont Victory de Daan.
Deux années plus tard, il était plus que temps de donner une suite à ce succès, à la fois critique et commercial.

La recette qui avait si bien marché ne change pas et Daan nous propose au long de The Player une série de chansons electro-pop. Pas de retour vers le rock donc pour l’Anversois, ce qui nous convient très bien.

Toutes les plages ont un traitement clairement electro mais à des niveaux différents : celà va des machines à danser sur lesquels on sent déjà nos pieds vouloir bouger (Mirror, Deserter), aux bleuettes electro (OK), en passant par la chansonnette en français (Le vaurien), pour se terminer par deux notes plus sombres et introspectives qui ne sont pas sans rappeler certains Depeche Mode(Mountains fo time, Drama).

On semble parfois friser la pop allemande (Adrenaline, Type-ex) et les mélodies d’Eurovision (Promis-Q : "We have just one dream to reunite") mais Daan arrive heureusement chaque fois à sauver les meubles, soit grâce à des rythmiques inventives, des atmosphères originales ou simplement par son travail sur la voix.

L’écoute de la chansons the Player, et principalement de la partie centrale de celle-ci (de 1:30 à 2:30, avec cette super ligne de trompette), montre d’ailleurs tout le soin et le bon goût apportés à la production .

En parlant de voix, il faut également signaler que les chansons de cette album sont chantées dans 3 langues (si j’ai bien reconnu) : Anglais, Allemand et Français. Le travail sur les intonations est intéressant et ajoute un plus aux compositions.

En conclusion, un album abordable, réjouissant, ludique et dans la lignée Victory. Ne vous laissez surtout pas tromper par le côté kitch de certains morceaux, vous rateriez quelque chose !

    Article Ecrit par Fred

Répondre à cet article

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)

  • Jonas Albrecht - Schrei Mich Nicht So An Ich Bin In Trance Baby

    Si ce n’est pas trop visible pour le lecteur, certains distributeurs participent beaucoup à la ligne éditoriale. Parmi eux, Five Roses tient la pole position. Si l’éclectisme est remarquable, une des constantes est la présence d’artistes qui manipulent la percussion comme matière première. Dans un passé récent, on a eu le dernier Peter Kernel, la claque de Parquet et tous les projets d’Anthony Laguerre (...)

  • Parquet – Sparkles & Mud

    Alors que la technologie tente depuis très longtemps d’avoir des équivalents numériques à tous les instruments qui existent, la démarche de certaines formations va dans le sens opposé. Certes, c’est parfois anecdotique quand certains se présentent comme fanfare techno (Meute) mais dans le cas qui nous occupe, la force de frappe est indéniable.
    Parquet a été fondé en 2014 par Sébastien Brun qui a déjà (...)