Accueil > Musique > 2007 > The Good, The Bad & The Queen : The Good, The Bad & The (...)

The Good, The Bad & The Queen : The Good, The Bad & The Queen

dimanche 11 février 2007, par Marc

Dam. Alb. chanteur connu, ch. music. leg. pour form. groupe


Mais que devient Blur ? Pas que le dernier album m’ait retourné, mais au vu des dernières productions de leur leader, la question ne semble pas inutile. En effet, depuis que Graham Coxon, le guitariste, est parti, le chanteur met les bouchées doubles. Au risque de paraître un peu redondant si vous suivez un peu l’actualité rock, The Good, The Bad & The Queen, c’est un projet de Damon Albarn (leader de Blur donc) qui a décidé de se faire plaisir. Et se faire plaisir, pour un musicien de cette trempe, encore tout auréolé de son succès commercial et critique avec le groupe cartoon Gorillaz, c’est recruter du beau monde. On retrouve donc Simon Tong, claviériste de The Verve, Tony Allen, le peu médiatique mais historique batteur de Fela Kuti et rien moins que le bassiste des Clash Paul Simonon. Ce n’est pas vraiment revendiqué comme un super-groupe à la mode seventies mais le cœur y est. Damon Albarn précise que le nom pourra être utilisé quel que soit le changement de line-up. Dernière précision avant de passer à la musique proprement dite, le tout est produit par Danger Mouse, remonté à mort par les cartons récents de Gorillaz et Gnarls Barkley.

L’ambition avouée était de trouver un successeur à Parklife (considéré comme le sommet de la carrière de Blur). Ce vœu n’est pas vraiment exaucé pour deux raisons. Tout d’abord à cause de la noirceur qui traverse l’album, inspirée partiellement par la guerre dans laquelle son pays est engagé. Ce qui nous vaut des paroles comme Drink all day/’Cos the country’s at war (Kingdom Of Doom). La pochette est d’ailleurs assez loin de la vigueur colorée de Parklife ou de son successeur The Great Escape. London Is Burning ont déjà dit les Clash du basiste de luxe. Ensuite parce que la principale caractéristique de Parklife était une variété et une surprise de tous les instants qu’on retrouve nettement moins ici. Objectif pas vraiment atteint donc. Mais sincèrement, ce n’est pas important.

Dès le début de l’album, le doute n’est pas permis : c’est du Damon Albarn pur jus. Pas du Blur, le son est trop différent. Le mérite en revient à ses collaborateurs qui ont tous assez de personnalité pour ne pas sonner comme d’autres mais aussi suffisamment d’abnégation pour se mettre au service des compositions. Ils empêchent en tous cas Albarn de commettre un album solo, exercice éminemment casse-gueule. Au contraire, il peut se concentrer sur son chant, qui en devient parfois vraiment touchant (Kingdom Of Doom). Les arrangements, eux, sont fouillés, on en vient même à invoquer les chœurs du Pink Floyd d’Atom Heart Mother sur le très bon Herculean. C’est léger, de bon ton, voire légèrement décalé (80’s life). Le ton faussement absent d’Albarn apporte toujours un plus.

Puis soudain, en un claquement de doigts, l’album bascule dans la redite, en moins brillante, de ce qu’ont proposé les cinq premiers morceaux. Ca ne devient pas mauvais, loin de là même, mais le filon semble s’épuiser. La voix, poussée en fausset dans le refrain de Behind The Sun, est aussi moins intéressante. The Bunting Song est dans le même cas, baillant aux entournures.

Mais il reprend du poil de la bête à partir de Green Fields. Le spectre de certains Stranglers plane sur ce morceau qui annonce la fin plus réjouissante. Les deux derniers morceaux achèvent d’enfoncer le clou. Le morceau qui s’appelle à la fois comme l’album et le groupe est un peu une des possibilités les plus évidentes à la lecture du casting : une jam fiévreuse et tendue. Un faux chaos fait de la somme des individualités. C’est aussi là que Damon chante le moins, laissant les autres galoper le plus librement. Ils n’ont pas besoin d’une bien grande pâture pour se sentir à l’aise. Le résultat ? Cinq minutes finales d’une sorte de Velvet Underground world, faussement linéaire puisque la progression d’accord récurrente prend au passage tous les instruments qui lui tombent entre les mains pour créer un boogie monstrueux, plus moyen de comparer ça à du Blur. Un des moments les plus intéressants de l’album, vous l’aurez compris. Three Changes a la tâche difficile de passer après mais la section rythmique est décidée à en découdre. Chaloupé, irrésistible, c’est la fin qu’il fallait, pour sortir définitivement de la torpeur. On quitte donc l’album dans ce fort bonne humeur, même si le thème n’est toujours pas à la fête.

L’ordre des morceaux nous constitue un album en trois temps : une première moitié emballante, un petit passage à vide avant de passer à autre chose de bien plus consistant. La courbe d’intérêt ressemble donc à une corde à linge chargée. La moyenne de tout ça est bonne de toute façon comme vous l’avez compris. On ne sait pourtant pas quel est l’avenir de ce projet de Damon Albarn mais son talent est intact et dévoile ses facettes à jet continu. Il lui faudra sans doute faire des choix dans le futur et ce ne sera pas facile, vu que son temps n’est pas élastique et que la médiocrité ne veut pas de lui. Ce side project du side project du side project d’un groupe dont on ne sait pas s’il vit encore est donc une des surprises agréables de ce début de 2007.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • The Smile – A Light For Attracting Attention

    Sans vouloir manquer de respect aux autres membres de Radiohead, lesquels sortent même sous leur nom des albums charmants, Thom Yorke et Johnny Greenwood sont tout de même au cœur du processus artistique de la formation d’Oxford. Un artiste qui tente le solo, c’est dans l’ordre des choses. D’ailleurs, Yorke produit de très convaincants albums solo quand Greenwood connait un vrai succès avec ses musiques de film avec deux nominations aux Oscars à la clé. Mais que les deux forces vives d’une formation (...)

  • Maxwell Farrington et Le Superhomard - I Had It All (EP)

    Parfois il faut faire un pas de côté, prendre un peu de recul pour que les choses apparaissent sur un jour nouveau. Certes, le temps avait manqué pour vous parler de Once qui marquait la rencontre entre le chanteur australien installé en Bretagne et le musicien et producteur français Le Superhomard (Christophe Vaillant pour l’état civil), mais l’album avait plu, récoltant un beau succès critique.
    Et puis on écoute Dewaere dont il est aussi le chanteur et on se dit que ce mélange de crooner et de rock (...)

  • Black Country, New Road – Ants From Up there

    On avait vu passer au loin le buzz de Black country, New Road l’an passé, saisissant au vol quelques morceaux tous dignes d’intérêt. Cette fois, on ne voulait pas passer à côté. Mais on est passé à côté.
    Ils aiment les angles, c’est de l’art-rock dans ce qu’il a de plus revigorant et d’usant aussi. Moins héroïques que leurs cousins canadiens au rang desquels on compte les projets tordus des songwriters d’exception à (Sunset Rubdown, Swan Lake, Silver Mt Zion et autres...), ils en partagent pourtant (...)

  • Squid - Bright Green Fields

    Il est des groupes qu’on voit venir dès les premiers morceaux lâchés au fil de leur Bandcamp. Mais on attend souvent l’album pour voir si les raisons de s’enflammer sont légitimes. Dans le cas des remuants Squid, elles le sont. On retrouve d’emblée une morgue très british, un constat social narquois mêlée à une distanciation et une diction qu’on apprécie chez beaucoup de leurs compatriotes, Art Brut en tête.
    Ce n’est pourtant pas l’ambiance potache qui prime ici, on fait plutôt dans le groove lourd et (...)