Accueil > Critiques > 2007

Deerhunter : Cryptograms

mercredi 28 février 2007, par marc

Noir sur toutes les faces


Peut-être que je suis trop Pitchfork à la lettre. Mais leurs suggestions tapent souvent dans le mille. Encore une fois, c’est via ce medium que j’ai découvert Deerhunter. D’une manière paradoxale, ce sont des Etats-Unis que proviennent les plus intéressantes tentatives de renouveler ce genre plutôt désuet qu’est la cold-wave en tentant – et réussissant – des hybridations nouvelles. Il suffit de citer les Texans de I Love You But I’ve Chosen Darkness ou Snowden (originaires d’Atlanta comme Deerhunter) pour comprendre que de belles réussites sont encore possibles.

Deux choses frappent d’emblée à l’écoute de cet album : la variété des genres en présence et l’agencement des morceaux. Il s’agit en effet d’un album pour le moins ambivalent puisque près de la moitié des titres sont des pièces instrumentales ambient assez sombres. Le reste quant à lui oscille entre dream-pop vintage et cold-wave robotique.

Revue de détail. Si on pense à Joy Division sur la plage titulaire, on songe plus à l’esprit qu’à la forme. En effet, dès qu’on entend quelques notes d’Interpol ou des Editors, on songe au légendaire groupe de Manchester alors que c’est juste le souvenir qu’on en a à travers la répétition de gimmicks. Ecouter Joy Division, c’est se retrouver face à une musique plus noire et plus bruyante. On retrouve donc ici l’esprit du Velvet Underground qu’Ian Curtis avait insufflé. Lake Somerset est quant à lui un rejeton malsain des alliances contre-nature de I Love You But I’ve Chosen Darkness pour les réminiscences de Echo And The Bunnymen et de Nine Inch Nails pour l’aspect robotique. Le tout glisse vers une fausse cacophonie modérée par une rythmique d’abord imperturbable mais qui se joint à la danse. Les morceaux instrumentaux dépourvus de rythmique, n’auraient sans doute rien gagné à se retrouver bout-à-bout sur un album (ou, en l’occurrence, sur un demi-album). Il suffit de songer au malaise qui accompagne l’écoute d’un Ostenbraun de Death In June (référence obscure, j’en conviens) par exemple. Les deux styles ne semblent fusionner que sur Octet, un long crescendo qui semble le carnet de voyage du Velvet Underground au pays des chauves-souris. Ce morceau marche sur la longueur, c’est-à-dire quand on se laisse aller à la répétition de ce rythme hypnotique. Le reste, situé en fin d’album, peut être assimilé à de la dream-pop ou plutôt nightmare pop, un de ces moments où My Bloody Valentine émerge d’un mauvais rêve ou d’une gueule de bois (Spring Hall Convert). Heureusement, il y a aussi des moments moins déprimants avec Strange Lights ou Hazel St. (morceau pop passé au concasseur d’une rythmique qui a l’air déréglée de loin). Ces morceaux tombent à un moment de l’écoute où on pensait que la noirceur était leur seul mode d’expression.

Car c’est aussi l’autre caractéristique de l’album. Alors qu’on se voyait bien installé dans la routine un intrumental malsain / une déflagration cold, les quatre derniers morceaux sont plus ‘pop’. Enfin, ce n’est pas les Fratellis non plus... Alors qu’on pense de prime abord qu’une répartition pareille déforce l’écoute, plusieurs passages sur cet album montrent toute la pertinence de la démarche. Les passages plus calmes rythmiquement offrent des pauses entre des moments intéressants en tant que tels mais qui auraient lassé à se retrouver à la queue-leu-leu. Et les morceaux plus shoegazing (les années ’90 sont de retour, ressortez vos tee-shirts Ride ou Curve) placés en fin d’album auraient semblé incongrus mêlés à la sècheresse de ce qui précède. Ecoutez-le en shuffle (j’ai essayé) et vous aurez l’impression d’une compilation hétéroclite.

Faire un album cohérent avec des références qui partent dans tous les sens ? Ce n’est pas la moindre des performances de Deerhunter. Si évidemment tout ceci suinte la séduction sombre et si le public potentiel (je suis encore une fois top dedans) n’est pas extrêmement large, le talent de Deerhunter pour pratiquer le tout est tellement manifeste que ce curieux objet est l’album qui s’impose si au moins une des références vous plaît.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

5 Messages

  • Deerhunter : Cryptograms 4 mars 2007 23:37, par Paulo

    Allant à paris, j’avais fait ma liste de courses à la fnac et au virgin megastore (on en convient quasi les seuils lieux de refuge pour les messieurs durant un après-midi de shopping)... Et ayant écouter des extraits de Deerhunter sur bleep, je m’en allais confiant, espérant avoir une longueur d’avance sur Marc (j’m’a profondément gouré dirais-je !!!).. Peau de balle comme dirait l’autre, au Virgin le gars m’a ouvert tous les tiroirs du rock indéopendant sans succés tandis qu’à la Fnac il m’a répondu "faut croire qu’on ne nous l’a pas encore proposé !"... Déçu mais un peu fier !

    repondre message

  • Deerhunter : Cryptograms 19 mars 2007 16:51, par Paulo

    ca me fait penser à Frank Black/pixies, meilleur exemple le début du morceau cryptograms... c’est très bon en tout cas !

    repondre message

  • Deerhunter : Cryptograms 27 avril 2007 04:36, par yann dintcheff

    l’album est excellent. le disque est distribue par differant. je l’ai trouve a rhyzome rec a rouen... apparemment il est aussi fnac bastille.

    repondre message

    • Deerhunter : Cryptograms 27 avril 2007 18:33

      Parfois certains albums sont moins bien distribués en Belgique.

      Par contre, ils viennent de sortir un EP enregistré pendant le mixage de Cryptograms que je n’ai pas encore trouvé (ça s’appelle Fluorescent) ici (à Seattle).

      repondre message

    • Deerhunter : Cryptograms 2 septembre 2007 22:36, par Konrad

      konrad ! aka le tank ! c’est donc toi !

      repondre message

  • Sarah Mary Chadwick - Messages To God

    Dans une ère où toutes les émotions sont passées sous l’éteignoir d’une production qui lisse, il est plaisant de rencontrer des voix (forcément) discordantes comme celle de la Néo-Zélandaise Sarah Mary Chadwick sur son huitième album solo. On se frotte d’emblée à ce ton naturaliste et direct qui n’est pas sans rappeler Frida Hÿvonen. Frontal donc, d’une sincérité qui peut aller jusqu’au malaise. La dernière (...)

  • Anohni and the Jonsons - My Back Was a Bridge for You to Cross

    Une limitation connue de la critique est qu’elle intervient à un temps donné, dans un contexte. Or on sait que les avis ne sont jamais constants dans le temps. Ainsi si I am a Bird Now a beaucoup plu à l’époque, on le tient maintenant comme un des meilleurs albums de tous les temps, tous genres et époques confondus. Cette proximité crée aussi une attente quand que les Jonsons sont de nouveau de la (...)

  • Jungstötter - Air

    Quand on a découvert Jungstötter, c’était presque trop beau pour être vrai. En se situant aux confluents de tant de choses qu’on aimait comme Patrick Wolf ou Soap&Skin (dont il a assuré les premières parties) ou Anohni, il a délivré avec Love Is un de nos albums préférés de ces dernières années. C’était aussi l’occasion de retrouver des collaborateurs talentueux comme P.A. Hülsenbeck qui d’ailleurs est (...)

  • Lana Del Rey - Did You Know That There’s a Tunnel Under Ocean Blvd (...)

    Généreuse dans l’effort, Lana Del Rey l’est certainement, et il faut l’être pour livrer aussi régulièrement des albums aussi consistants. Surtout s’ils sont entrecoupés de recueils de poésie. Maintenant, on peut s’affranchir d’un rappel des faits précédents. On remontera juste jusqu’au formidable Noman Fucking Rockwell ! pour signaler qu’il y a eu deux albums jumeaux en 2021 qui l’ont vu à la fois revenir à (...)

  • The Ultimate Dreamers - Echoing Reverie

    Le vintage années ’80 est un style qui se pratique depuis des dizaines d’années. S’il peut évidemment être pratiqué par des novices, on ne se lasse pas non plus de ceux qui ont vécu les évènements en direct. Outre les légendes Wire, il y en a d’autres qui ressurgissent du passé. Actif au milieu des années ’80, le quatuor belge est revenu aux affaires à la faveur du confinement qui les avait vus dépoussiérer (...)

  • AstraSonic - Society

    Les influences, on peut les aborder frontalement ou par la bande. Dans le cas du second album du groupe belge, si les marqueurs post-punk ou cold sont bien là, ils sont déjà très processés. On vous a déjà parlé de groupes comme Ultra Sunn (et on vous reparlera de The Ultimate Dreamers) plus frontalement cold wave ou gothique, on est plutôt ici dans un pop-rock mélancolique qui lorgne du côté d’un (...)

  • MHUD - Post Parade

    Il arrive qu’on voie débouler un artiste sans rien savoir de lui. C’est un peu ce qui s’est passé avec ce premier album de Matthieu Hubrecht dont on sait toujours peu en fait. Sa musique aussi arrive un peu masquée. On pense d’abord avoir affaire à une chanson française aux sonorités années ’80 mais on remarque vite que c’est plus pointu que ça
    L’instant Fragile est dans cette veine eighties, avec une (...)

  • Ladytron - Time’s Arrow

    Il ne faudra pas beaucoup de temps pour renouer avec Ladytron, quelques secondes ont suffi pour que cette voix et son écho qui maintient un peu de mystère reviennent avec leur charriot de souvenirs (c’est comme un charriot de desserts mais plus nostalgique).
    C’est leur ADN, leur marque de fabrique depuis qu’ils ont émergé avec l’electroclash. On ne s’étonnera donc pas de retrouver des sons plus (...)