Accueil > Critiques > 2007

Modest Mouse : We Were Dead Before The Ship Even Sank

lundi 19 mars 2007, par marc

Un poids lourd de l’indie se maintient à flot


Il suffit parfois de pas grand’ chose pour faire un grand saut. Un single accrocheur (Float On) qui passe à la radio, l’album qui le contient pour approfondir le sujet et c’est parti. Il y a trois ans, en abordant un peu au hasard Good New For People Who Like Bad News, je ne me doutais pas que je me frottais à un des poids lourds de la production indie américaine, un de ceux (pas tellement nombreux finalement) qui sont arrivés à sortir du Seattle post-grunge. Ils se sont d’ailleurs comme beaucoup (The Decemberists, The Shins, Menomena) réfugiés à Portland, Oregon.

J’attendais donc avec gourmandise ce nouvel album. Un nom hilarant comme d’habitude, le single Dashboard, disponible sur le myspace du groupe depuis le mois de janvier m’avaient mis en appétit. Autant que la collaboration de Johnny Marr. Pour les distraits, il s’agit du guitariste du groupe culte de Manchester The Smiths. La succession de Good News For People Who Like Bad News était lancée.

La première impression est mitigée. Comme la tendance actuelle le veut, plus solide au niveau du son, ce qui fait perdre un peu de charme et fait paraître le chant naturellement déglingué moins en phase. On semble s’être éloigné dans la forme comme dans le fond de l’agitation rock de The Lonesome Crowded West. Mais voyons ça de plus près. Il y a encore une tripotée de chouettes titres, c’est indéniable. Mais ils sont un peu disséminés au milieu de moments plus convenus. Trop souvent, ils se contentent de leur gimmicks et ressemblent à ce qu’on a pu entendre chez des groupes comme The Robocop Kraus ou autres Infadels et on a un morceau comme Florida. Pas indigne, certes, mais un peu anodin. Et c’est ce qui plombe l’écoute intégrale. Même si la répétition de mid-tempos sautillants en fait une proie facile pour une écoute superficielle.

Pour sortir de la grisaille, il y a deux solutions qui ont été tentées et réussies. La première consiste à pousser le procédé dans ses derniers retranchements. Et on a alors Dashboard qui est un peu le morceau auquel aurait dû ressembler Satan Said Dance de Clap Your Hands Say Yeah pour être pleinement satisfaisant. La seconde solution est de capitaliser sur ses points forts et revenir à d’anciens procédés. Quand le tempo se ralentit pour mieux cacher des variations de rythme, quand le faut départ de Parting Of The Sensory embarque un violon, quand ils refont jouer leurs sensations au point de jouer a capella, ça fonctionne tout de suite mieux. Dans le même ordre d’idées, Spitting Venom a enfin ce côté rugueux, ce groove champêtre en ébullition, prêt à sauter. Sa longueur hors format lui permet de contenir bien plus d’idées (cuivre, remontée irrésistible). Ils peuvent aussi se contenter d’une guitare simple mais efficace. Enfin, le rayon des franches réussites comporte aussi Little Motel, avec son final lent mais dense.

Le reste, on l’a dit, fait plutôt dans le franc du collier (avec des réussites aussi comme le final Invisible). Leur volonté d’en découdre est indéniable mais on en vient à penser que la longueur, alors que c’est ce qui leur permettait dans le passé de fourrer un peu tout (et aussi n’importe quoi, ce qui était chouette aussi) joue ici à leur désavantage. Ils auraient dû pousser la logique de l’efficacité à fond et éliminer un quart d’heure. C’est l’accumulation de certains morceaux trop uniformes qui déforce ce We Were Dead Before The Ship Even Sank

L’assagissement était la pire chose qui puisse arriver à Modest Mouse. Ils n’en sont pas encore là mais l’uniformisation guette. Leur talent leur permet cependant de se surpasser sur plusieurs titres et de rester attachants d’un bout à l’autre.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • John Grant – The Art of the Lie

    Ça fait belle lurette que le style de John Grant a évolué, et on ne cherche plus depuis longtemps des traces de son fantastique Queen of Denmark. Mais on sait aussi que ce qu’on a aimé à l’époque se trouve toujours sous une forme différente. On le découvre au détour du son profond de Marbles par exemple.
    Triturer sa voix est un choix étrange quand on sait à quel point c’est un de ses atouts indéniables. (...)

  • of Montreal - Lady on the Cusp

    Un jour, on devrait faire gober la discographie d’Of Montreal à une AI et voir si elle arrive à prévoir la direction de l’album suivant. A notre peu algorithmique niveau, un album plus apaisé devait succéder au nerveux Freewave Lucifer f mais en abordant la douzième critique d’un de ses albums, on sait que la prédiction est difficile. Ce qui est compliqué en fait, c’est que le climat d’un album dépend (...)

  • Habibi - Dreamachine

    Habibi est un groupe féminin comme on les aime, c’est-à-dire avec une forte personnalité. Certes, on distingue chez le groupe de Brooklyn un cousinage avec des choses comme Warpaint (en moins froid) mais l’étendue de leur palette est assez marquante.
    Si on entame les hostilités du côté plus anguleux avec On The Road, elles peuvent aussi réussir la pop vaporeuse et très mélodique d’In My Dreams ou le (...)

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)