Accueil > Musique > 2006 > Clark - Body Riddle

Clark - Body Riddle

vendredi 16 mars 2007, par Paulo

"On" dit que c’est son meilleur


Ca fait quelques temps déjà que j’attendais de pouvoir entendre quelque chose de conséquent de ce (Chris) Clark, non pas que ce soit ici son premier album, mais plutôt que l’occasion ne s’était pas vraiment présentée auparavant (sans doute une question de médiatisation). J’avais retenu ce nom lors d’une quelconque fouille musicale car il évoquait quelques interrogations. Sans doute parce que ca ressemblait à un nom connu sans l’être, et wikipedia relève d’ailleurs 7 "Chris Clark" (http://en.wikipedia.org/wiki/Chris_Clark). Evidemment une fois confirmé que celui-ci, je ne le connaissais pas, j’eûs envie de le connaitre... d’autant que ça sonne plutôt pas mal pour un artiste de musique électronique... de chez Warp...pas vraiment de l’easy-listening donc.

Bref j’avais pu entendre quelques morceaux et extraits qui m’avaient mis le sebum aux oreilles (des albums Clarence Park 2001 et Empty the bones of you 2003 - entre electro LFOesque et IDM Aphextwinenne) et j’attendais de choper un album complet. Chose qui eut enfin lieu avec Body Riddle...Qu’en est-il ?

Cet album se caractérise nettement selon moi par une alternance entre un estampillage Warp et une idée propre. En effet, d’un côté si vous êtes amateur de glockenspiel et des mélodies utilisées par Aphex Twin sur drukqs, quelques morceaux sont tout à fait dans la lignée [herr Barr, Ted, Night Knuckles]. Gare tout de même à l’impression "marché de noel à Cologne", même si ca passe encore bien en mars. D’un autre côté on trouve un côté plus personnel et des compositions plus originales [roulette thrift run, Matthew unburdened].

Côté influences on retrouve pas mal de courant : glockenspiel, jazz brûlé [roulette thrift run], hachis de classique [Frau wav] et sucée de hiphop [vengeance drools]. J’ai même pensé aux expérimentations de Radiohead avec Herzog qui reste un de mes favoris pour sa ligne de basses et ses quelques vocalises. Il reste aussi quelques morceaux plus ambient et noisy dont j’avoue ne pas être un grand fan [springtime epigram, The autumn Crush].

Côté son, le rendu des basses peut déplaire sur certains systèmes d’écoutes, cela donne en effet une sorte de distorsion stereo dérangeante. ce problème n’apparait cependant pas sur un bon système et on découvre alors un album vraiment jouissif avec de réels moments intimes. A défaut de cela, il est toujours possible de s’accrocher à des morceaux plus immédiats.

Body Riddle est un album à la fois abouti et contrasté mais qui ne devrait cepandant pas faire émerger Clark de la mare électronique. Gardons le bonhomme en réserve car il possède de sérieux atouts !

- http://www.myspace.com/throttleclark
- http://www.myspace.com/clarkbodyriddle

Article Ecrit par Paulo

Répondre à cet article

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)