Accueil > Critiques > 2007

Corde Sensible : EP

dimanche 15 avril 2007, par Marc

Plan-langues de pop anglaise sixties


Comme vous vous en êtes sûrement aperçus, la chanson française n’est pas exactement ce qui occupe le plus sur ce site. Mais de temps en temps, on aime s’offrir une escapade dans notre langue. L’envoi du prometteur EP autoproduit de Corde Sensible nous fournit une bonne occasion.

Quand on parle de chanson française, il est une habitude de distinguer le chant et son contenu de la musique. Je vais donc le faire ici aussi mais pour des raisons moins habituelles. En effet, si on juge en général le contenu en priorité, on se contente de traiter la forme en second, plus comme un emballage. Ici, la forme est ce qu’il y a de plus emballant, donc c’est de ça qu’on va parler d’abord.

Quatre titres, c’est à la fois très peu et suffisant. Peu parce que tout n’est pas dit, mais assez pour définir de façon claire la démarche de LaCorde (le pseudo du chanteur-compositeur-interprète). Il s’agit d’une pop classique, classieuse, essentiellement acoustique et dotée d’arrangements de fort haut niveau (un violon pas mielleux, piano, choeurs, le tous assez subtil). On pense tout de suite à des classiques comme les Beatles ou le Pink Floyd acoustique non délirant. Et puis au-delà de ces évidences, on est finalement plus proche des relectures modernes de ces deux classiques que nous données Archive (surtout sur les réussis Ce Qui Nous Oppose et Qui Me Sera De Secours ?) et Oasis. Si Corde Sensible ne possède pas le caractère hypnotique et se révèle plus artisanal que les premiers, il en a la facilité mélodique et aussi le côté peu racoleur. Ce qui est indéniablement une qualité mais pourra sembler manquer d’accroche à certains. Trêve de sentiments présente quant à elle quelques moments mélodiques (du côté du refrain) des ressemblances très troublantes avec Live Forever, qui lui-même, etc... Mais bon, le côté couillu macho des Gallagher est ici remplacé par plus de délicatesse.

Comme on l’a dit, les paroles sont en français. Et pourquoi pas, si c’est dans cette langue qu’il écrit et chante le mieux ? Ca a le mérite de la sincérité, vu que le résultat évite les deux écueils de la platitude et de la poétisation à outrance. Mais il faut bien avouer que lors des premières écoutes (surtout que le premier morceau n’est pas mon favori avec ses lalalas, question de goût) que c’est un peu déconcertant.

Evidemment, tout ce qu’on souhaite à Corde Sensible, c’est l’occasion de prouver sur un EP de quoi ils sont capables. Un petit conseil dans ce cas, il faudra un peu plus de variété. Le style est là, et sur quatre titres ça fait mouche, mais bon, douze pareils il faudrait pas.

Autant de texte pour quatre petites chansons ? Oui, si c’est pour la bonne cause de faire découvrir des artisans sincères. Il est facile dès lors de tracer le portrait de la personne qui pourrait être séduite par Corde Sensible : il s’agit de l’amatrice ou de l’amateur de pop anglo-saxonne ciselée estampillée années ’60 et ’70 et de chanson française. Bizarrement, pas de pop française seventies. Candidat(e) ? Faites-vous une idée sur leur myspace.

http://www.myspace.com/cordesensible

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Auren – Il s’est passé quelque chose

    Il y a des albums qui donnent envie d’en savoir plus. Alors on cherche longtemps pourquoi on aime ça et on ne trouve pas vraiment. Reste cette évidence, Auren nous fait une très belle proposition de pop en français et on se contentera de ça. Apprécier est mieux que comprendre après tout.
    C’est via ce duo avec Jeanne Cherhal (c’est en-dessous) qu’on avait eu vent de cet album et on le retrouve avec (...)

  • Bird Voices - Mirage

    Si le hip-hop est hégémonique, ce n’est pas la seule voie pour mêler écriture et musique comme le confirme brillamment le duo de Montpellier sur son premier album. Ce qu’on peut dire tout de suite est qu’on apprécie cette poésie naturaliste. Il est toujours difficile de dire précisément pourquoi. C’est entièrement au premier degré mais jamais sentencieux et musicalement, ces vignettes se distinguent (...)

  • Nicolas Jules – Carnaval Sauvage

    On vous voit, ceux qui forcent leur originalité, les as du marketing, ceux qui copient en moins bien. Et Nicolas Jules n’est pas dans votre camp. On lui donnait par boutade rendez-vous à cette année en parlant du très bon Yéti et il a tenu parole. Si on avait tout de suite apprécié les deux albums précédents, celui-ci marque encore plus sa singularité et se présente comme plus qu’une confirmation. (...)

  • Garden With Lips - Magnolia

    La transitivité simple qui veut que les amis de nos amis soient aussi nos amis connait certes quelques ratés mais reste une base solide. C’est lacollaboration avec Centredumonde sur un bel EP qui nous avait signalé Garden With Lips et l’occasion est belle de se frotter à un album complet. Surtout que comme on va le voir, la découverte est de taille.
    On commence par un instrumental languide, que (...)