Accueil > Critiques > 2007

The Field : From Here We Go Sublime

lundi 16 avril 2007, par Seb

La douceur arrive de Suède


Ce qui est sûr c’est que le label de Cologne vaut toujours le détour. Loin de se cantonner dans la mouvance minimale qui frôle parfois la saturation, Kompakt nous propose un petit voyage au delà de la mer Baltique. Les Suédois de The Field débarque avec un album tout en finesse et légèreté : From here we go sublime.

A l’heure où les productions du genre confondent parfois minimalisme et austérité, cet album aux constructions simples se base sur idée qu’il l’est tout autant. Le micro sampling en boucle. Toutes les mélodies principales sont extraites de voix ou d’instruments réels. Seuls des petits fragments ont été chirurgicalement retenus et confèrent une atmosphère radicalement opposée de l’original. Le tout est emballé à grand renfort de reverb du plus bel effet. (The Deal)

Les rythmiques se font discrètes et viennent mettre un peu d’ordre là où les loops peuvent paraître syncopées (A Paw In My Face). Quand ce n’est pas la rythmique elle-même qui joue aux micro-coupures (Mobilia).
A chaque morceau, on baigne dans une ambiance très fraîche et relaxante (Sun and Ice).

Bref si vous avez besoin d’un petit bol d’air dans votre catalogue électronique, The Field arrive à point nommé.

http://www.myspace.com/thefieldsthlm

    Article Ecrit par Seb

Répondre à cet article

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)

  • Jonas Albrecht - Schrei Mich Nicht So An Ich Bin In Trance Baby

    Si ce n’est pas trop visible pour le lecteur, certains distributeurs participent beaucoup à la ligne éditoriale. Parmi eux, Five Roses tient la pole position. Si l’éclectisme est remarquable, une des constantes est la présence d’artistes qui manipulent la percussion comme matière première. Dans un passé récent, on a eu le dernier Peter Kernel, la claque de Parquet et tous les projets d’Anthony Laguerre (...)

  • Parquet – Sparkles & Mud

    Alors que la technologie tente depuis très longtemps d’avoir des équivalents numériques à tous les instruments qui existent, la démarche de certaines formations va dans le sens opposé. Certes, c’est parfois anecdotique quand certains se présentent comme fanfare techno (Meute) mais dans le cas qui nous occupe, la force de frappe est indéniable.
    Parquet a été fondé en 2014 par Sébastien Brun qui a déjà (...)