Accueil > Critiques > 2007

Electrelane - No Shouts, No Calls

mercredi 6 juin 2007, par marc

Comment j’ai tué mes références


Puisqu’il faudra le faire à un moment ou un autre, débarrassons-nous des trois figures tutélaires auxquelles on pensera de façon évidente à l’écoute de ce troisième album des quatre filles de Brighton : Stereolab, Sonic Youth et le Velvet Underground. Evidemment, ce groupe ne prétend pas au statut de culte (voire de légendaire) de ces formations mais ce qui est intéressant, ce n’est pas les références même pas revendiquées, c’est que les chansons sont bonnes. Point. Mais elles permettent de vous faire deviner à quoi ça ressemble.

La référence à Stereolab est inévitable quand on pense au clavier souvent présent et au chant (en Anglais alors qu’ils ont aussi pratiqué le français comme la bande à Laetitia Sadier). Par ricochet, certaines variations du krautrock (Can ?) seront convoquées quand une idée simple prend son ampleur (The Lighthouse). Je dois tout de même préciser que je préfère ceci au modèle pour la variété plus grande, et que ce qui semble le plus marqué par leur empreinte est aussi le moins intéressant (At Sea).

La ressemblance avec Sonic Youth est moins flagrante a priori. Mais elle se manifeste surtout dans l’esprit des guitares introduisant After The Call, puis dans le chant, puis dans l’accélération. C’est quand une certaine fureur rentrée est perceptible qu’Electrelane est le plus intense (Between The Wolf And The Dog). La conjonction de l’orgue et de la guitare est donc particulière à ce groupe (Saturday) et empêche la parodie ou l’hommage.

Du dernier groupe, on ne retiendra cette façon d’être constamment à la limite, sans jamais tombe dans le maladroit. Pour être complet, on parlera aussi d’un son d’orgue qui n’aurait pas déparé un Pink Floyd première mouture (Five), et d’un apport occasionnel et réussi de violon (In Berlin)

D’une manière générale, il faudra s’habituer à ce chant qui parait parfois un peu dépassé par les évènements mais participe au charme. De toute façon, il est plutôt appréhendé comme un instrument supplémentaire, quand il n’est pas réduit à des haha (Tram 21). Et puis il y a plusieurs morceaux instrumentaux, qui montrent la cohérence de la démarche. Ce ne sont pas des intermèdes mais des ‘chansons’ à part entière. On voit le désir de jouer, la ferveur. C’est palpable et communicatif. Dans un monde logique, la musique d’Electrelane ne devrait pas fonctionner, tant elle ne semble reposer que sur son charme. Mais il faut se méfier de cette fausse fragilité. La rythmique ne joue pas les apprentis-sorciers. Elle est là pour apporter une base solide. Et c’est sa présence qui rend le tout si digeste et enlevé. On ne joue pas sur les contrastes, on chauffe juste la machine pour qu’elle trouve son propre rythme. C’est pour cette raison que certains morceaux semblent lents à démarrer (Berlin, très flagrant sur Five) mais finissent toujours par convaincre sur la longueur. C’est encore plus évident en concert (signalons au passage qu’elles ont assuré quelques premières parties d’Arcade Fire en Europe) d’ailleurs ou il faut le temps de s’installer pour pleinement profiter de ces jams tendues et hypnotiques.

Bien que partant pas gagnantes à cause de points de comparaison évidents et lourds à porter, les quatre filles d’Eletrelane emportent la mise par un savoir-faire certain, une sincérité inattaquable et finalement une forte personnalité. Si le mélange évoqué vous interpelle, pas de raison de bouder son plaisir.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Bat For Lashes - The Dream of Delphi

    On ne pourra jamais reprocher à Natasha Kahn d’enchainer des albums identiques. Après le plus synthétique et clairement teinté eighties Lost Girls, la revoici avec un album vaporeux et presque ambient par moments. Peu de morceaux se détachent lors des premières écoutes, ce qui est habituel. Il a par le passé fallu des prestations live pour pleinement appréhender certains albums. Il faut dire que c’est (...)

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)

  • Terestesa - Bella Faccia (EP)

    On ne le répétera jamais assez, un premier morceau qui claque est toujours une bonne façon de se présenter. Et le groupe toulousain Terestesa formé de deux Françaises et deux Italiennes l’a bien compris. Mondo Cane monte, monte. C’est un peu âpre, très rentre-dedans sans jamais hausser le ton, et vraiment irrésistible. Une pulsation kraut, certes, mais éminemment moderne et aventureuse.
    Mais cet album (...)