Accueil > Critiques > 2007

Vive La Fête - Jour De Chance

mercredi 13 juin 2007, par marc

Retour de forme


C’est dingue de penser que c’est la quatrième fois que je critique un de leurs albums. Parfois je me dis que l’énergie dépensée à écouter puis commenter Vive La Fête pourrait être employée plus judicieusement. Et puis c’est quand même un des aspects fondamentaux de ce hobby, non ?

Couple hétéro mais au large public LGBT, Vive La Fête a su jouer de sa sensualité pour ne pas disparaître d’un paysage electro léger qui brûle ses idoles à une vitesse grand V. Danny Mommens (rappelons quand même qu’il a fait partie de dEUS) et Els Pinoo n’ont en effet jamais manqué de piquant et cette pochette évocatrice est pour moi assez réussie. Plus en tout cas que le fantasme camionesque du précédent Grand Prix. Heureusement la musique suit la même tendance.

Personne n’a jamais aimé ce groupe pour son strict intérêt musical. C’est de la musique hédoniste qui se déprécie à l’analyse. Ils s’appuient de toute façon depuis un temps sur une formule guitare-basse-batterie assez classique. Sauf que le tout est volontairement artificiel. Quand ils s’écartent de cette voie, c’est pour, selon eux, rendre hommage à Gainsbourg avec l’instrumentation presque entièrement en violon à touches de La Route. Mais on trouvera des traces du premier album de Depeche Mode, celui composé par Vince Clarke (Je Suis Fâchée). D’une manière générale, ils n’ont peur de rien. Même pas de l’électro-pop simpliste en allemand (Quatsch).

S’il se dégage d’un bout à l’autre un côté rentre-dedans dans le sens punk électronique du terme, c’est quand même un peu répétitif. Mais qui va souvent s’enfiler le tout d’une traite ? Faut-il à tout prix remplir un album ? Visiblement, c’est une obligation pour exister médiatiquement. Pour les groupes plaisants mais pas spécialement variés, c’est une contrainte qui ne les sert pas.

Encore une fois, l’énergie de la musique s’appuie sur un français, disons... déroutant. Ce qui amène comme parfois son lot de bonnes surprises (Les rochers se morfondent/Ce sont les vainqueurs) ou de coups de gueule basiques (Télévision/C’est vraiment con/Les gros connards/Ce sont des stars). Toi aussi apprends le français grâce à la méthode Vive La Fête (Une Par Une) semble être un de leurs slogans. Avec parfois très peu d’intelligible (Stupid Femme qui est heu... comme son titre l’indique) et au demeurant peu de mémorable. Ce n’est jamais de la métaphysique de haut vol mais finalement ils n’ont pas à rougir sur le strict point de vue sémantique et de la forme.

On retrouve cependant moins de crétineries absolues que sur le précédent. Ils ont touché le fond et en sont revenus. A part quelques exemples mentionnés, rien ne les fera rentrer dans la pléiade mais rien n’est suffisamment stupide pour gâcher le plaisir tout simple de ce riot grrrrls synthétique.

La crédibilité kitsch les fait reprendre Polnareff. Il faudra que les gens sachent qu’on n’en a absolument rien à faire de ce porte-moumoute pathétique depuis 40 ans. Cette version-ci de Love Me n’est même pas rigolote, ce qui est un comble. Il faut attendre dix minutes de blanc pour trouver une version plus acceptable, certes, mais tout aussi dispensable.

Allez, Vive La Fête n’a toujours rien apporté à la musique festive belge mais leur dernière livraison livre le quota demandé de petites pastilles énergétiques coquines. Moins primaire dans ses évocations que son prédécesseur, il applique avec efficacité et un peu de répétition ses recettes éprouvées.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Ultra Sunn - US

    Suivre des artistes, découvrir de prometteurs EP et puis écouter leur premier album qui confirme tout le potentiel soupçonné, c’est vraiment un des plaisirs de cet étrange hobby. Et dans les EP qui nous avaient vraiment plu (et pas qu’à nous si on en juge par l’ampleur de leur tournée), le duo bruxellois se plaçait assez haut. Gaelle Souflet et Sam Huge nous reviennent donc US qu’ils ont écrit, (...)

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)

  • Oootoko - Oootoko

    l y a plusieurs expressions qui attirent immédiatement notre attention. Et big band n’en fait pas vraiment partie. Mais il faut reconnaitre que les effectifs pléthoriques sont aussi une belle façon de susciter l’ampleur. C’est précisément ce qui rend Oootoko immédiatement sympathique.
    Impossible donc de valablement tenter le jeu des étiquettes. Même le terme générique de ’musique instrumentale’ ne (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)

  • Chaton Laveur - Etat Sauvage

    Parfois il faut de la flexibilité mentale pour réconcilier des concepts. D’un côté on a un nom vraiment amusant mais improbable et une goutte d’eau qui poursuit un promeneur. De l’autre une musique qui revendique à juste titre une étiquette kraut-pop.
    Julie Odeurs et Pierre Lechien profitent donc de cette base solide qui permet la fantaisie par ailleurs. Laquelle peut s’exprime à travers des (...)

  • Billions of Comrades - Trotop

    Une certaine distance vis-à-vis des artistes qui sont critiqués ici rend incongrue la proximité géographique. 1480 est un morceau ici mais aussi un code postal. Y a-t-il une école wallonne de la turbulence ? Si on se réfère à La Jungle et ceci, ce n’est pas impossible. Est-ce une coïncidence s’ils font tous deux partie du catalogue Rockerill ? Nous ne le pensons pas.
    Mais cet album produit par Gil (...)