Accueil > Critiques > 2007

Vive La Fête - Jour De Chance

mercredi 13 juin 2007, par Marc

Retour de forme


C’est dingue de penser que c’est la quatrième fois que je critique un de leurs albums. Parfois je me dis que l’énergie dépensée à écouter puis commenter Vive La Fête pourrait être employée plus judicieusement. Et puis c’est quand même un des aspects fondamentaux de ce hobby, non ?

Couple hétéro mais au large public LGBT, Vive La Fête a su jouer de sa sensualité pour ne pas disparaître d’un paysage electro léger qui brûle ses idoles à une vitesse grand V. Danny Mommens (rappelons quand même qu’il a fait partie de dEUS) et Els Pinoo n’ont en effet jamais manqué de piquant et cette pochette évocatrice est pour moi assez réussie. Plus en tout cas que le fantasme camionesque du précédent Grand Prix. Heureusement la musique suit la même tendance.

Personne n’a jamais aimé ce groupe pour son strict intérêt musical. C’est de la musique hédoniste qui se déprécie à l’analyse. Ils s’appuient de toute façon depuis un temps sur une formule guitare-basse-batterie assez classique. Sauf que le tout est volontairement artificiel. Quand ils s’écartent de cette voie, c’est pour, selon eux, rendre hommage à Gainsbourg avec l’instrumentation presque entièrement en violon à touches de La Route. Mais on trouvera des traces du premier album de Depeche Mode, celui composé par Vince Clarke (Je Suis Fâchée). D’une manière générale, ils n’ont peur de rien. Même pas de l’électro-pop simpliste en allemand (Quatsch).

S’il se dégage d’un bout à l’autre un côté rentre-dedans dans le sens punk électronique du terme, c’est quand même un peu répétitif. Mais qui va souvent s’enfiler le tout d’une traite ? Faut-il à tout prix remplir un album ? Visiblement, c’est une obligation pour exister médiatiquement. Pour les groupes plaisants mais pas spécialement variés, c’est une contrainte qui ne les sert pas.

Encore une fois, l’énergie de la musique s’appuie sur un français, disons... déroutant. Ce qui amène comme parfois son lot de bonnes surprises (Les rochers se morfondent/Ce sont les vainqueurs) ou de coups de gueule basiques (Télévision/C’est vraiment con/Les gros connards/Ce sont des stars). Toi aussi apprends le français grâce à la méthode Vive La Fête (Une Par Une) semble être un de leurs slogans. Avec parfois très peu d’intelligible (Stupid Femme qui est heu... comme son titre l’indique) et au demeurant peu de mémorable. Ce n’est jamais de la métaphysique de haut vol mais finalement ils n’ont pas à rougir sur le strict point de vue sémantique et de la forme.

On retrouve cependant moins de crétineries absolues que sur le précédent. Ils ont touché le fond et en sont revenus. A part quelques exemples mentionnés, rien ne les fera rentrer dans la pléiade mais rien n’est suffisamment stupide pour gâcher le plaisir tout simple de ce riot grrrrls synthétique.

La crédibilité kitsch les fait reprendre Polnareff. Il faudra que les gens sachent qu’on n’en a absolument rien à faire de ce porte-moumoute pathétique depuis 40 ans. Cette version-ci de Love Me n’est même pas rigolote, ce qui est un comble. Il faut attendre dix minutes de blanc pour trouver une version plus acceptable, certes, mais tout aussi dispensable.

Allez, Vive La Fête n’a toujours rien apporté à la musique festive belge mais leur dernière livraison livre le quota demandé de petites pastilles énergétiques coquines. Moins primaire dans ses évocations que son prédécesseur, il applique avec efficacité et un peu de répétition ses recettes éprouvées.

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Bitter Moon & After 5:08 – Berlin Kinder

    On vous avait dit en son temps à quel point on appréciait l’electro un peu vintage du duo suisse Bitter Moon. On dirait que le duo After 5:08 (Aloys Christinat et Matthew Franklin) qui les accompagne est dans un mood plus ambient. La répartition des rôles n’est pas précisée mais on se doute que les plages plus apaisées (on peut même y entendre des bruits d’eau) leur sont attribuables.
    La voix de Réka (...)

  • Tyto - 未来 MIRAI

    Si Beppe Scardino, le multi-instrumentiste à la manœuvre ici est visiblement une figure courante de la scène jazz péninsulaire, ce premier album en tant que Tyto n’est vraiment jazz pour autant. Tout au plus peut-on dire que la relative complexité et densité montre un savoir-faire assez étendu. On peut en trouver des traces, notamment dans les climats tortueux de Minore.
    Mais Scardino est aussi (...)

  • Tachycardie – Nouvelles et Anciennes Pratiques de Cartographie (...)

    En photographie, la macro est un peu à part et permet souvent de déterminer des structures abstraites à partir de choses bien réelles, simplement par la magie du changement d’échelle. Si certains artistes ont appliqué ce principe à la musique via le microsampling (The Field notamment), d’autres utilisent le field recording, touchant à ce qu’on appelle la musique concrète. C’est cette dernière voie qui (...)

  • Niton – Cemento 3D

    Encore un disque d’expérimentations électroacoustiques et encore une fois, une plongée étrange qui intrigue mais n’irrite jamais. Quand deux musiciens italiens, Luca Xelius Martegani et El Toxyque, flanqués du violoncelliste suisse Zeno Gabaglio se réunissent à l’occasion d’une ‘jam drone’ (chacun a sa façon de se détendre), le résultat leur plait tellement que Niton se forme dans la foulée.
    Une version (...)

  • The Imaginary Suitcase - Alone, we go faster. Together, we go further (...)

    Dix ans déjà et maintenant dix critiques de notre côté (on se place tout de même comme exégètes officieux), c’est le temps de la célébration. Pour fêter ça, ce n’est pas vraiment le genre de la maison de sortir une best-of pour les fêtes. Par contre, profiter de l’occasion pour retrouver des collaborateurs qui l’ont accompagné, c’est bien plus le genre de Laurent Leemans. Regarder dans le rétroviseur pour (...)

  • Sïan Able - Veni Vidi Sensi

    D’accord, un premier EP qui plait, c’est un bon début mais confirmer avec un bon premier album, c’est l’étape cruciale d’une carrière. Donc Sïan Able (anagramme de son vrai nom Anaïs Elba) passe la vitesse supérieure et son talent ne se dilue pas dans la taille d’un album.
    On l’a déjà dit, les styles plus soul ne sont pas nécessairement ceux qu’on goûte le plus. Pourtant on l’avait tout de suite adoptée, (...)

  • Van Den Bear - No Plan Survives First Contact (EP)

    On n’a pas deux fois l’occasion de faire une première impression. Fort de ce poncif, le Bruxellois Antoine Van den Berg entame son troisième EP avec fracas, comme une version (forcément) soft d’A Place To Bury Strangers, déflagrations comprises. La voix est clairement l’argument principal mais ce n’est fort heureusement pas le seul. On peut donc convoquer sans honte des références au bel organe parce (...)

  • Auguste Lécrivain - Noir Quart D’Heure

    Sans qu’on sache trop pourquoi ni comment, les artistes francophones deviennent plus nombreux en ces colonnes. Et logiquement, la diversité est au rendez-vous. Si on vous a parlé de ceux qui brouillent les frontières et les genres, ce jeune artiste belge se situe dans un versant résolument traditionnel. Mais n’allez pas en déduire que c’est daté, le son et les influences un peu bossa viennent (...)