Accueil > Musique > 2007 > Spoon - Ga Ga Ga Ga Ga

Spoon - Ga Ga Ga Ga Ga

mercredi 25 juillet 2007, par Marc

La profondeur des vrais amis


Il est des rencontres fortuites qui marquent. Honnêtement, qu’avez –vous pensé de ceux qui sont vos meilleurs potes maintenant la première fois que vous les avez vus ? Gimme Friction est typiquement un de ces albums qu’on écoute, qui intéresse sans plus mais qui constitue après un certain temps une pièce maîtresse d’une discothèque. Spoon pratique un format court, gentiment remuant, accessible, presque anodin. C’est plus loin que se cachent ses charmes. C’est à la fois leur force puisqu’ils distillent plus de richesses qu’ils n’en ont l’air mais également leur faiblesse car on peut facilement passer à côté. C’est un des côtés qui les rapprochent d’un des groupes les plus malheureusement sous-estimés de l’histoire du rock : Wire. Enfin, je veux parler de large succès, la liste des groupes les ayant comme influence directe ou indirecte, assumée ou pas est très longue.

Dès le premier morceau on retrouve les sons de guitares déstructurés, les morceaux à tiroir. Ils nous reviennent en forme et on ne peut que s’en réjouir. Le sourire s‘installe d’emblée et ne partira plus. Cet album est peut-être moins riche que le précédent. Le doute est de mise après aussi peu de temps tant le charme peut agir à retardement avec eux. On pourra quand même dire sans se tromper qu’il est plus léger. Ils ont par exemple mis des cuivres qui rehaussent immédiatement The Underdog (imparable) et Cherry Bomb.

C’est ça aussi le style Spoon : des marques très reconnaissables mais aussi des morceaux venus de nulle part qui poussent les choses un peu plus loin. Ici, c’est The Ghost Of You Lingers qui se charge de l’originalité. Il y a très peu des composantes : un piano qui enchaine les trois mêmes accords, trois voix qui se répondent, s’ignorent et collaborent à la fois, plus quelques effets sonores. Dit comme ça, ce n’est pas très appétissant mais on ne s’y ennuie pas une seconde. Les références sont quand même à chercher de ce côté-ci de l’Atlantique et on voit l’influence sous-jacente de Wire ou Can sur une partie finalement très étendue des groupes contemporains.

A l’heure ou presque tous les trop jeunes groupes cèdent à la tentation d’un son trop gros pour eux, ils gardent fièrement après plus de dix ans le cap d’une certaine légèreté rugueuse qui leur sied. Ils n’ont en tous cas pas changé leur post-punk légèrement anguleux (Eddie’s Ragga). Qu’en l’occurrence on pourait taxer de post-reggae froid plutôt. La voix n’est pas du tout la même mais on songe aux Talking Heads sur ce morceau. En général, c’est du faux. Du faux funk blanc (Don’t You Evah) avec des guitares presque Curesques, voire du faux branleur irrésistible (Finer Feelings). Avec une bizarre interruption d’animateur de foire français (sisi). Les mélodies, la voix sont toujours réussies, l’implacable rythmique aussi, même si certains morceaux sont plus de série dans leur chef (My Little Japanese Cigarette Case avec une petite guitare espagnole en passant) mais tout les titres maintiennent la qualité à un niveau très élevé. Il n’y a vraiment rien à jeter et peu de réserves à émettre. Si vous voulez mon avis, c’est le signe d’un très grand album. C’est pour ça qu’il est à déguster en une fois de préférence. Ou en concert ou ils restent aussi précis, soli déstructurés en plus. Ils seront au Pukkelpop. Nous aussi. Pour les avoir vus dans un set écourté à Sasquatch, je peux vous assurer qu’ils vont marquer des points ce jour-là.

C’est ça un grand groupe, celui qui multiplie les possibilités d’interprétation. De sorte que chacun puisse y trouver son compte. De nos jours, il est impossible de faire l’unanimité tant l’auditorat est morcelé. Mais certains groupes sont quand même candidats. Paradoxalement, il s’agit aussi d’un combo qui n’a pas de notoriété bien établie de ce côté-ci de l’eau atlantique. Cette fois, j’étais prévenu et j’ai pu faire l’économie des écoutes d’observation pour tout de suite profiter du potentiel énorme de ce Ga Ga Ga Ga Ga plus facilement. Spoon a tout pour réussir, et cet album, je l’espère, sera celui de sa reconnaissance sur notre continent.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)