Accueil > Critiques > 2003

Avec Leo !

mardi 8 août 2006, par Marc


S’il ne s’agit pas de l’idée la plus renversante de l’histoire de la musique enregistrée, l’idée d’albums d’hommage est souvent bonne. Pour deux raisons : la première est de rappeler à notre bon souvenir des titres souvent classiques ; la seconde de permettre à des groupes ou chanteurs moins connus de s’exprimer auprès de chevronnés. Donc ici, c’est dans l’immense répertoire de Léo Ferré qu’on plonge. D’abord, je dois avouer qu’à de rares exceptions près je le connais mal, sans doute parce qu’il a été soumis plus que d’autres (Brel, Brassens) aux outrages du temps. Se côtoient donc des chansons plus faibles que d’autres, sans doute à cause d’un choix parfois plus pointu ou kitsch (Le conditionel de variétés défendu par Eiffel, La solitude par Tue-Loup ou encore L’été 68 par Katerine).

Mais les réussites sont plus qu’émouvantes, avec en tête La mémoire et la mer de Lavilliers et l’inévitable Des Armes qui figure sur le dernier (sans doute) Noir Désir. Le Jolie Môme par Jacques Higelin humilie tout simplement la version atroce qu’en avait faite Florent Pagny.
La personnalité de certains artistes est telle qu’elle donne une nouvelle dimension à certains titres trop souvent entendus pour être traités à l’identique. c’est ce que réussit Alain Bashung sur Avec le temps.

Le reste est parfois un rien trop académique pour mériter l’enthousiasme. Miossec, Dominique A et Les Hurleurs s’en sortent ainsi bien mais sans se mettre en danger.

Reste, comme sur l’album d’hommage à Brassens, des groupes prennent une mesure qu’ils n’ont pas toujours avec leurs propres compositions. Dans le cas qui nous occupe, c’est Dionysos qui se transfigure le temps d’un Thank You Satan.
Un album un peu hétérogène donc mais c’est finalement la loi du genre. (M.)

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Muet – Electrochoc (EP)

    On avait déjà confessé un goût prononcé pour ceux qui abordent la chanson française avec des envies résolument indé. Dans ce contingent, Volin nous avait beaucoup plu et on retrouve son leader Colin Vincent avec plaisir sur ce nouveau projet. Si on retrouve la même propension à garder des textes en français sur des musiques plus aventureuses, le style a un peu changé.
    Accompagné de Maxime Rouayroux, (...)

  • MHUD - Post Parade

    Il arrive qu’on voie débouler un artiste sans rien savoir de lui. C’est un peu ce qui s’est passé avec ce premier album de Matthieu Hubrecht dont on sait toujours peu en fait. Sa musique aussi arrive un peu masquée. On pense d’abord avoir affaire à une chanson française aux sonorités années ’80 mais on remarque vite que c’est plus pointu que ça
    L’instant Fragile est dans cette veine eighties, avec une (...)

  • Miossec - Simplifier

    Les retours d’albums de Miossec nous forcent toujours à nous regarder nous-mêmes. Il y a en effet tant de sincérité chez lui et une constante envie de faire le point qu’on a toujours été poussés à faire de même. On a changé depuis qu’on l’a découvert, on est moins jeunes, moins marrants, plus posés et il y a belle lurette qu’on ne beugle plus ses chansons aux petites heures.
    Au niveau des marottes, rien n’a (...)

  • Samuele - Une Paillette dans l’engrenage

    Il me faut commencer par une confession : j’ai un peu de mal avec les accents québécois trop typés ou le créole en chanson (seulement en chanson, je précise...). C’est comme ça donc cette écoute commençait par un petit handicap. Alors on se lance, histoire de voir si on arrive au bout d’une écoute. Et ça marche, alors on recommence, encore et encore.
    Pourquoi ? Parce que le ton pop est parfaitement (...)