Accueil > Musique > 2007 > Film School - Hideout

Film School - Hideout

jeudi 13 septembre 2007, par Marc

La montée en première division


Ca va bientôt faire quatre ans qu’on écrit pour votre plaisir de lecture (j’y crois moyen) et d’écoute (j’y crois déjà plus). Un des avantages qu’une relative expérience confère, c’est qu’on a l’occasion de suivre de plus près l’éclosion et l’évolution de groupes. Film School est de ceux-là. Découverts en première partie de The National (n’arrivez pas en retard aux concerts, conseil d’ami), ils avaient sorti au début de l’an passé un premier album certes prometteur mais qui n’arrivait pas assez souvent à se hisser au niveau de leurs meilleurs moments (la fin dantesque de 11 :11).

Mais ils ont bien changé nos petits New-Yorkais. Le bond en avant qui frappe le plus est vocal. Alors qu’il était très souvent pris en défaut sur le premier opus, le chanteur fait montre ici d’une bien meilleure assurance aussi bien en voix de tête (Lectric, Capitalized I, Florida) que dans un registre plus grave (Sick Hipster Nursed by Suicide Girl). Le son de basse a lui aussi changé. L’allusion à The Cure est parfois flagrante. On croirait le clavier imitation violon de Two Kinds tout droit sorti de l’album Disintegration. Le flou de la ligne mélodique (un défaut léger inhérent au style pratiqué) et les guitares omniprésentes se chargeant de les distinguer. On remarquera aussi qu’ils noient moins le tout sous des murs de guitare que par le passé. Ca c’est pour le jeu des sept erreurs, exercice auquel il est difficile de résister quand on connait un peu une discographie.

Injecter une dose d’électricité dans une musique mélancolique est un procédé très courant. Les possibilités à la base restreintes permettent en réalité de se forger une vraie personnalité. Il n’y a qu’à consulter une grande partie des critiques récentes pour s’en rendre compte. Film School installe couche de guitare par couche de guitare pour imposer un mélange finalement léger (Compare). Florida est quand même très flou et brouillardeux. Buzzard Scout est lui à la limite de l’ambient, ce qui est carrément le cas de certains morceaux de transition (Must try Easier). Parfois aussi l’enjeu est plus grand (Plots And Plans) et on songe à I Love You But I’ve Chosen Darkness. Go Down Together est lui très plaisant dans la veine dream-pop qui a connu son moment de gloire il y a une quinzaine d’années. On mettra également dans les réussites les effets de transition réussis de Hipster Nursed by Suicide Girl. Les lignes mélodiques restent typiquement shoegaze, donc éthérées. C’est un gimmick qui finit par user sur la longueur. Mais comme c’est une musique d’atmosphère (Capitalized I), jouant bien plus des ambiances, on peu dire que c’est réussi. On se dit qu’avec juste un peu de nonchalance Sonic Youth ne serait pas loin. Heureusement, Film School ne s’en revendique pas, ce qui est heureux tant ce petit plus qui rend ces vétérans aussi indispensables a grillé de jeunes groupes. L’anodin guette parfois, sans doute plus induit par un brin de lassitude d’écoute (What I Mean To Say est quand même le treizième titre) que de la qualité intrinsèque.

Dans ce genre, Film School ne recherche pas la lenteur sombre à la Iliketrains ou la mélodie pure comme Gravenhurst mais un mur du son solide et enlevé. Ils se risquent en effet rarement à ralentir le tempo. C’est ça qui rend le tout jamais mièvre mais force encore une fois une certaine uniformité. Alors qu’on aurait pu craindre pour eux une concurrence des deux groupes cités qui sortent en même temps, ils tirent leur épingle du jeu grâce sans doute à une attente moins grande, un style pratiqué ne recherchant pas l’émotion pure et une évolution sensible. Ils cherchent juste à être plaisants et y arrivent presque toujours. Encore une fois, Film School propose un bon album à condition d’y chercher ce qui se trouve : un rock d’influence dream-pop atmosphérique et éthéré. Les progrès notables au niveau de la composition, de l’interprétation et de la production permettent aux New-Yorkais de se profiler comme une référence d’un certain revival ninenties.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • The Missing Season - After Hours

    Sourions sous la pluie
    En cette époque de pléthore de sorties, le label reste un repère, un encouragement dont on a besoin comme impulsion. Le quintette rennais sort ainsi son album sur My Little Cab Records et c’est un gage de qualité quand comme nous on a aimé Boy & The Echo Choir, My Name Is Nobody ou Aetherlone très récemment.
    Apparemment, le groupe a commencé en tant que duo de musique folk, ce qui transparait un peu dans l’importance des mélodies et dans les voix jamais masquées par la (...)

  • Ventura - Ultima Necat

    Le charme de la lourdeur
    La musique forte, j’en écoute fort peu. Le rock suisse, ce n’est pas non plus ma spécialité. Mais l’occasion aidant, j’apprécie d’autant mieux cette dose forte et subtile. C’est malin, j’aime beaucoup mais les comparaisons, le vocabulaire me manquent pour faire plus que vous le conseiller. On va donc essayer de se débrouiller..
    Comme beaucoup d’âmes sensibles, je peux supporter une forte dose de bruit si le chant n’est pas un cri. Vous aurez compris que ces morceaux sont (...)

  • Le « D » de l’ipoD

    Rattrapage hors-série
    Bon ben on y est là : l’année 2011 touche vraiment à sa fin et ça va très prochainement être l’heure des bilans, presque une fin en soi quand on a envie de se nettoyer la tête et de ne retenir, en vue d’un plus lointain avenir, que ce qui aura été digne des plus vives attentions. Histoire d’activer la liquidation des stocks disponibles, je voulais toucher un mot rapide sur cinq albums dont je n’ai jamais trouvé l’occasion de parler et qui, par un curieux hasard, se retrouvent tous (...)

  • Tennis - Cape Dory

    Pas gagné
    Étant entendu que mes goûts tendent à diverger largement de ceux de notre lectorat cible, établis après trois études de marché et une campagne promotionnelle en béton armé, il va de soi que le premier album des Américains de Tennis risque de faire des émules dont je tiens à m’excuser d’avance de ne pas faire partie. Histoire d’éviter de vous faire perdre votre temps et le mien par la même occasion, je tâcherai de vous énumérer brièvement les raisons pour lesquelles je ne les classerai pas à l’ATP. (...)