Accueil > Musique > 2007 > Gravenhurst - Western Lands

Gravenhurst - Western Lands

mardi 18 septembre 2007, par Marc

Le vrai génie est discret


Pour une fois, je n’ai pas vraiment envie de rentrer dans le détail, chercher des ressemblances, d’éventuelles influences, d’en préciser morceau par morceau la composition. La conclusion sera la même de tout façon : si vous connaissez déjà vous allez continuer à bien aimer ça. Si vous ne vous y êtes pas encore frottés, il faut le découvrir. Serait-ce une façon déguisée de réanimer les critiques express de l’ancienne mouture du site ? Que non pas. Je vais quand même tenter de clarifier mon point de vue.

Il faut dire les choses comme elles sont : le manque de popularité de Mike Talbot et de son projet Gravenhurst est une des injustices les plus navrantes de notre temps. Alors que les unes sont trustées par des groupes ayant plus de gueule que de talent (non, ne comptez pas sur moi, vous pouvez vous faire une liste à votre guise), des albums commeFire In Distant Buildings étaient bouleversants et ont eu relativement peu d’écho. La faute à qui ou à quoi ? A la discrétion de Mick Talbot ? Il n’est en tous cas pas une de ces éphémères sensations anglaises (ils viennent de Bristol) qu’on doit bruler par paquet de trente pour un Arctic Monkeys ou un Franz Ferdinand dont les seconds albums étaient écoutables jusqu’au bout. Je ne connais jamais la tête des groupes que je n’ai pas vus en concert (eux je les ai vus, c’était un grand moment), je ne regarde pas les clips, je n’écoute que les infos à la radio, donc ce genre de comportement me désole. Voir un très bon concert dans une salle pas remplie est certes confortable pour le spectateur mais aussi un peu déprimant pour l’artiste. Ne noircissons pas outre mesure le tableau, le succès d’estime est réel, les critiques sont souvent très bonnes, ce n’est pas un Van Gogh de la guitare tout de même…

Il faut quand même que j’apporte quelques arguments pour ne pas passer pour le bougon de service, ce qui va un peu contredire le premier paragraphe. La qualité jamais démentie de Gravenhurst, c’est un sens mélodique inouï. Les quelques notes qui surgissent à trente secondes de la fin de Saints sont tellement bien mises, fourniraient un gimmick imparable pour n’importe qui mais ici, non, elles sont juste là pour illuminer la fin d’un morceau et rien d’autre. Car quand on pense à Gravenhurst on pense d’office à la six-cordes, même si d’autres instruments viennent la relever. Evidemment il chante, d’une voix de tête assez jolie, mais il faut le voir comme un complément indispensable à la guitare plus que comme l’instrument qui mène la manœuvre. Donc, quand la voix ne survient pas, on n’est pas déçu tant un morceau instrumental peut être largement assez dense et prenant. Mais ce n’est jamais virtuose, jamais démonstratif. Juste une bonne interprétation d’une composition inspirée. Car si rien n’est fait comme effet de manche, l’intensité est là, présente, entêtante, au détour d’un arpège de guitare désarmant de simplicité.

Il faut attendre la toute fin du disque pour que la distorsion se fasse entendre. Ca partait pourtant doucement, par une de ses habituelles douceurs. Mais bon, de temps en temps, l’envie de lâcher les chevaux se fait sentir sans doute. Précisons quand même que ce n’est jamais mollasson, puisqu’on constate une pulsation velvetienne à Hourglass et même un morceau carrément uptempo (Hollow Man). Bornons-nous à dire qu’il n’y a plus les zébrures électriques présentes sur l’album précédent, pas plus que les longs morceaux. Il revient donc un peu à la manière plus acoustique de ses deux premières réalisations.

Comme prévu, je ne vais pas donner de préférences entre les morceaux, même si j’en ai. Par contre, il faut que je vous prévienne que je n’ai pas trouvé de titre à la traîne du reste. Ce qui est une marque de grand album, qui renvoie à certains classiques du genre comme Spain (Grand Union Canal).

Loin des modes, loin des déclarations fracassantes, loin des groupes qui passent plus de temps chez le photographe qu’en répétition, Nick Talbot trace son chemin pour lui et tous les fans transis de Gravehurst qui retrouvent album après album ce qui constitue une des plus précieuses discographies actuelles.

Ecoutez une interview et quelques morceaux acoustiques sur radiolibre.be

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Equipe de Foot - Géranium

    Quinze ans après Myspace, la tradition du nom de groupe étrange survit. Mais ce n’est pas le seul anachronisme ici. Le style pratiqué nous renvoie en effet plein d’années en arrière, au temps des nineties. Mais si beaucoup des formations qui font revivre ce temps-là penchent du côté alternatif de la force (The Poison Arrows, Beingmoved, Daydream Three), le duo bordelais privilégie une musique plus pop avec de grosses guitares.
    Et à titre personnel, c’est là que ça coince parce que ce n’est pas ce que (...)

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de point de référence pour sa versatilité. On retrouve cette tendance sur des morceaux comme Charismatik qui (...)

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)