Accueil > Musique > Concerts > Menomena, Botanique, 02/10/2007

Menomena, Botanique, 02/10/2007

mercredi 3 octobre 2007, par Marc

La folie peut être solide


En été il y a les festivals. En automne reviennent les ‘vrais’ concerts. C’est comme ça, dans l’ordre des choses, de façon presque immuable. Cette année, la saison a été lancée hier soir. Et si les nombreux rendez-vous sont à la hauteur de ce qu’on y a vu, les mois qui viennent mériteront d’être vécus.

Passons rapidement sur la première partie, assurée par la quatuor canadien de Dog Day. Leur pop-rock à guitares est au point, certes, mais si les compositions tiennent la route, elles sont bien trop anodines pour qu’on puisse en retenir quoique ce soit. On parlera donc juste de la claviériste qui n’emploie qu’une main à la fois, ce qui lui permet de prendre des photos en jouant. On dira donc que c’est surtout une spectatrice privilégiée.

La folie de Menomena est complexe à aborder sur album, tant le foisonnement d’idées nécessite des écoutes attentives et répétées. On pouvait donc craindre qu’un trio ait du mal à rendre le tout. Cette hésitation durera quelques secondes seulement, le temps d’entamer le premier morceau. Et quand l’emblématique Wet And Rusting est asséné en seconde position, on garde bien ses appuis et on profite du bon moment qui se profile. C’est que malgré le line-up réduit, toute la subtilité des imprévisibles compositions est rendue, une force sonique en plus. La batterie cogne fort, juste, et explose quand on ne s’y attend pas. Les deux autres se révèlent multi-instrumentistes, le solde étant appuyé de discrets passages samplés. C’est d’ailleurs le côté organique, très adapté aux conditions live qui séduit le plus. Les titres s’enchainent sans pardon, avec en point d’orgue ce qui fonctionne déjà mieux sur Friend And Foe (My My, Evil Bee). Il y a aussi des incursions dans le premier opus, notamment The Monkey’s Back qui clôturera le set.

La réaction du public ne laisse pas de doute : c’étaient surtout des gens curieux plus ouverts que parfaitement au fait de la discographie du trio de Portland, Oregon. Mais l’évolution de l’accueil ne laisse pas de doute, ils ont conquis des gens.

On ne s’est absolument pas ennuyés une seconde mais même pour les sourds le spectacle valait la peine. Une des qualités de Menomena c’est le packaging. Les dessins qui y figurent sont singuliers et participent à la cohérence de la démarche. Deux papiers blancs sont tendus au fond de la scène pour que l’artiste qui est responsable des illustrations réalise en direct deux œuvres originales. C’est définitivement pas courant, donne au tout une image de happening, de danger, d’improvisation. En plus, à la fin du concert, les réalisations son déchirées pour être distribuées au public. J’en ai eu un morceau, lalalère.

Déjà auteurs d’un de mes albums favoris de l’année, Menomena a confirmé sur scène la puissance de ses compositions.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • Okkervil River + Jawhar, PIAS, 29/03/2018

    Ca faisait un peu de temps qu’on n’avait plus parlé de concerts ici. D’autant plus que le temps avait manqué pour relater les deux derniers déplacements. L’endroit du soir est nouveau puisqu’on découvre le siège de PIAS, qui abrite aussi un très bel assortiment de vinyles et une salle de concert intime et accueillante.
    Le programme était pour nous un ’double bill’, ce genre de proposition qui associe deux artistes qui nous sont chers. Ajoutez à ça l’autorisation de prendre des images et quelques amis et (...)

  • Albin de la Simone, Nuits botanique, 11/05/2017

    Le plaisir de la découverte fait évidemment partie de ce qu’on aime en concert mais on ne boudera jamais une valeur sûre. Jamais on n’a été déçus par Albin de la Simone et il va garder son brevet d’invincibilité.
    Ce jeudi lance donc les Nuits Botanique et comme tous les ans, une belle programmation, une bonne ambiance et sans doute une météo mitigée.
    Cette bonne ambiance nous a fait rater le début de la prestation de Mathias Bressant . On ne peut pas dire que les regrets sont immenses. Sa prestation (...)

  • The Dears, Plants and Animals, Botanique, 21/02/2017

    D’habitude, les compte-rendus de concert sont écrits avant que les photos ne soient disponibles. Cette fois-ci pourtant, il n’y en aura pas. Pour la première fois en dix ans et après une centaine de concerts (à vue de nez), mon ami l’appareil photo n’a pas été autorisé à entrer avec moi...
    Mais bon, on était là pour écouter de la musique surtout et on n’a pas été déçus de ce côté-là. L’affiche du jour était en fait double, et d’une certaine cohérence. Plants and Animals et The Dears partagent certes la même (...)

  • Jeanne Cherhal, Théâtre 140, 20/01/2017

    Il est bon de temps en temps de revoir en concert ceux qui nous enchantent sur disque. Et le dernier Jeanne Cherhal avait confirmé ses bonnes dispositions. Sa très longue tournée maintenant clôturée passant par notre capitale, il était plus que tentant de reprendre contact avec le Théâtre 140.
    La formule piano-voix ne permet pas d’approximations, et quand le talent le permet, c’est souvent un grand moment que peuvent nous offrir Frida Hyvonen, Moonface, Alina Orlova, Soap&Skin ou Pierre (...)